Goudjil confirmé dans son poste    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Mandat d'arrêt international contre le principal responsable    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Benbouzid annonce la réception de nouveaux lots    Plusieurs opérations menées en une semaine    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Borussia M'gladbach-Man City : Bensebaini titulaire. Mahrez sur le banc    CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rééchelonnement de dettes de projets Ansej: 400 demandes introduites
Publié dans Le Temps d'Algérie le 08 - 03 - 2018

Quelque 400 promoteurs de projets relevant de l'Agence nationale de soutien à l'emploi de jeunes (ANSEJ) ont introduit, depuis septembre 2017, des demandes de rééchelonnement de leurs dettes, a révélé, hier à Alger, la Directrice générale de l'Agence, Samira Djaider, «Il s'agit de projets ANSEJ ayant bénéficié de crédits avant mars 2011 et qui n'avaient pas les mêmes avantages que ceux octroyés actuellement», a précisé Mme Djaider, sur les ondes de la Radio nationale.
Elle a rappelé qu'avant 2011, le jeune promoteur était dans l'obligation de rembourser son crédit contracté auprès des banques, après une année seulement d'exploitation de son projet, alors qu'aujourd'hui, la loi lui octroie 3 ans de différé pour le faire. Ces nouveaux avantages accordés aux jeunes promoteurs, a-t-elle relevé, ont été introduits par la convention, signée en septembre 2017, entre l'ANSEJ, le Fonds de caution mutuelle de garantie risques/crédits et les cinq banques publiques couvrant les crédits octroyés aux jeunes bénéficiaires de projets. Soulignant les efforts consentis par les pouvoirs publics afin d'encourager l'insertion professionnelle des jeunes et pour le succès de la micro-entreprise, Mme Djaider a estimé que cette dernière «exerce son activité très à l'aise» depuis l'application de la disposition consistant à différer de trois années le remboursement des crédits. Depuis la mise en place en 1996 du dispositif ANSEJ, plus de 372.000 micro-entreprises ont été créées avec un taux de mortalité de ces dernières estimé à 10%, a-t-elle fait savoir, ajoutant que 21.000 projets ont été indemnisés, à ce jour, par le Fonds de garantie, soit 25 milliards de DA de remboursés aux banques.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.