Chelsea : Lampard officiellement limogé    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Polémique FAF-FTF    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministre de l'Industrie dépose plainte contre l'Association des concessionnaires : L'automobile de la discorde    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Le Real sourit à nouveau, Zidane sauvé par contumace    Youcef Atal marque et se blesse    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





3e Festival du film méditerranéen d'Annaba: Compétition, projections et formation
Publié dans Le Temps d'Algérie le 25 - 03 - 2018

Ouvert mercredi dernier au théâtre régional Azzeddine Medjoubi avec la projection du long métrage belge Insyriated, de Philippe Van Leeuw., le 3e Festival de Annaba du film méditerranéen (FAFM) se poursuit jusqu'au 27 mars courant avec la compétition officielle, des projections et des formations au profit des professionnels et amateurs du 7e art.
Au quatrième jour du FAFM, les projections se poursuivent avec les 20 productions en compétition, dont 10 longs métrages et autant de documentaires, représentant 11 pays sur les 17 Etats participant au festival. Le film franco-algérien Mon histoire n'est pas encore écrite, de la réalisatrice française Jacqueline Gozland, projeté jeudi dernier en avant-première dans le cadre de la compétition officielle du film documentaire, a fait renaître dans la mémoire des cinéphiles l'histoire et la dimension de la Cinémathèque d'Alger, reflétant le cheminement de cette source de rayonnement auprès des artisans du 7e art. Projeté à la cinémathèque d'Annaba, ce film documentaire sorti en 2017, d'une durée d'une heure et seize minutes, retrace l'histoire de la cinémathèque d'Alger dont le but était le rayonnement culturel et artistique en incarnant un espace d'accueil et de découverte du cinéma international. Ce film a nécessité le recours aux archives et à des témoignages vivants de cinéastes et de critiques, tels que Ahmed Bedjaoui, Lyes Meziani, Farouk Beloufa, Sid Ahmed Agoumi et Jean Douchet, concernant les étapes historiques qui ont insufflé la dynamique de la cinémathèque d'Alger. Par ailleurs, et s'agissant de la catégorie des longs métrages inclus dans la sélection officielle pour le prix du Annab d'or, le théâtre régional Azzedine Medjoubi a accueilli vendredi dernier la projection du film Sheikh Jackson du réalisateur égyptien Amr Salama, où durant 90 minutes, le public annabi et les cinéphiles ont eu droit à un psychodrame traitant de la question de l'extrémisme religieux.
En outre, en ce qui concerne la section des longs métrages, le film Zahrat Halab (La fleur d'Alep) du réalisateur tunisien Ridha Behi, invité d'honneur de cette 3e édition du FAFM, a été présenté jeudi soir. Ce dernier-né de Ridha Behi dont le rôle principal a été confié à la star tunisienne Hind Sabri traite du phénomène de «l'extrémisme religieux et la problématique du djihad dans les groupes armés en Syrie». Très attendu par le public, ce film d'une durée de 96 minutes zoome sur une mère (Hind Sabri) fière de son fils unique, passionné par l'art et la musique, mais le comportement du jeune change radicalement : il bascule dans l'extrémisme et rejoint les groupes armés en Syrie. Ridha Belhi présentera durant les prochains jours trois autres films, Chams Ediyaâ (Soleil des hyènes), Al Sounouwat la tamout fil Qods (Les hirondelles ne meurent pas à El Qods) et "El Olba sihriya (La boite magique).
En outre, le 3e FAFM propose une session de formation dans les techniques cinématographiques organisée au profit de 30 amateurs du 7e art à la maison de la culture Mohamed Boudiaf d'Annaba. Cet atelier, encadré par Ahmed Hamel, porte sur l'accompagnement et formation des amateurs du cinéma.
Formation au profit de 30 amateurs
Ainsi, les participants à cette session forment trois groupes regroupant chacun 10 jeunes, formés dans les spécialités du son, du tournage et du montage audio-visuel. Ce stage qui permet d'ancrer une culture de formation devant accompagner cette manifestation culturelle englobe aussi une session de formation destinée aux professionnels dans la production du film documentaire, la réalisation et le tournage, encadré par des réalisateurs et des cinéastes belges. Rappelons que ces programmes de formation ont permis de former, d'encadrer et d'accompagner au court de la 2e édition du FAFM, un groupe de jeunes amateurs d'Annaba dont la production de six courts métrage a été projetée vendredi dernier à la cinémathèque d'Annaba. Baptisé Annaba Cinéma, cette nouveauté a vu un public nombreux et enthousiaste assister vendredi à la projection de Al Qalb Al nabith (Le cœur battant), Cara Costa, Fraiza (Fraise), Layla Baydha (Nuit blanche), Kitaâ mina dhalam (Bout d'obscurité) et de Nouara, réalisés par ces jeunes formés dans les techniques de l'écriture et la mise en scène, et encadrés par des professeurs spécialistes en coordination avec le FAFM et le festival de Kelibia du cinéma des amateurs (Tunisie). Benyaâla. D'une durée de 6 à 12 minutes, filmés à Annaba, les courts métrages traitent des phénomènes sociaux tels que l'émigration clandestine, la femme face aux contraintes de la société ainsi que de la drogue...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.