Divergences, contradictions jusqu'où    En marge de l'installation de la nouvelle présidente du Conseil d'Etat : Zeghmati s'attaque à la corruption dans l'administration    Métaux précieux : Les Russes vont-ils remplacer leurs épargnes en dollar par l'or ?    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Objectif de la participation algérienne (JA 2019): Rester sur la dynamique de Brazzaville    2eme journée de Ligue 1: Qautre matchs au menu ce lundi    Tension sur le pain    Bouchons monstres à Alger    Karim Younes rugit    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    Ooredoo rassure ses clients    "C'est la mauvaise gestion", selon le ministre    Le plasticien Mohammed Bakli expose à Alger    Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Les prix à la merci des conflits sino-américains    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Benlameri boycotte l'entraînement    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    Des communes croulent sous les détritus    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Corée du Nord maintient son arsenal militaire face à Washington: Kim Jong Un ne veut pas être un nouveau Kadhafi
Publié dans Le Temps d'Algérie le 28 - 05 - 2018

Le président de la Corée du Nord, Kim Jong un, ne veut pas être un nouveau Kadhafi. Il l'a fait savoir avec sa réaction aux propos du conseiller aux affaires sécuritaires.
.Les négociations engagées par la Corée du Nord et Washington ont été remises en cause par les propos du conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, qui faisait allusion au modèle libyen pour résoudre le conflit diplomatique. Le président de la Corée du Nord n'a, à juste titre, pas apprécié ces propos et exprimé son mécontentement quant à la politique de Washington envers la Corée du Nord qui n'a rien à craindre grâce à sa force de dissuasion nucléaire. Le président de la Corée du Nord ne veut pas être un nouveau Kadjhafi. Tout le monde sait très bien ce qui s'est passé pour le dirigeant Libye Mouammar Kadhafi. Il a accepté de détruire tout l'arsenal nucléaire de la Libye, mais il a fini comme tout le monde sait. Kim Jong un n'est pas candidat pour devenir un nouveau Kadhafi. Le président américain devra bel et bien compter avec le renforcement de la position de Pyongyang sur la scène internationale. La Corée du Nord est arrivée à un stade où elle n'a rien à craindre grâce à sa force de dissuasion nucléaire. Le pays est en effet à un stade «très avancé» de développement de l'arme atomique et n'a donc plus besoin de nouveaux essais. En d'autres termes, Kim Jong-un peut se contenter de son arsenal. Kim Jong Un n'avait pas exprimé un enthousiasme pour la rencontre avec le président américain le 12 juin à Singapour.Le président américain a alors annoncé l'annulation de la rencontre. Il a évoqué l'arsenal nucléaire américain pour intimider Pyongyang. Le président américain a, ensuite, dit que la rencontre avec son homologue nord- coréen n'est pas annulée. Washington ne veut pas d'une confrontation avec la Corée du Nord, pour la simple raison que Kim Jong Un n'est pas Kadhafi. Le leader libyen tué dans des conditions inhumaines a été éliminé après avoir accepté de se débarrasser de son programme nucléaire. C'est également ce qui est arrivé au président irakien Saddam Hussein. Le ministre russe des Affaires étrangères a dit, il y a quelques mois, que Washington n'attaquera jamais la Corée du Nord puisqu'il sait que ce pays dispose de l'arme nucléaire. Le ministre russe parlait au moment où Washington exprimait des menaces de frappes contre la Corée du Nord. Le ministre russe a dit juste et noté que Washington n'aurait jamais attaqué l'Irak si ce pays disposait de ces armes. La Corée du Nord a compris la politique prônée par Washington et décidé de se doter d'armes dissuasives qui empêcheraient une attaque militaire. La réconciliation engageant la Corée du Nord et celle du sud est maintenue. Le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un ont eu une rencontre samedi dans la zone démilitarisée qui sépare les deux Corées au lendemain de l'annonce par le président américain Donald Trump que son sommet avec M. Kim pourrait finalement avoir lieu. Les deux dirigeants se sont entretenus durant deux heures dans le village de Panmunjeom, où ils s'étaient déjà rencontrés le 27 avril et avaient publié une déclaration commune dans laquelle ils s'engageaient à améliorer leurs relations. «Ils ont eu un échange de vues et ont discuté des moyens de mettre en œuvre la déclaration de Panmunjeom et d'assurer le succès du sommet américano-nord-coréen», a précisé dans un communiqué la présidence sud-coréenne, ajoutant que M. Moon ferait une proclamation hier.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.