La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attaque d'al Hodeida au Yémen: Militaires français et américains au secours de l'Arabie saoudite
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 06 - 2018

L'Arabie saoudite fête à sa manière la fin du mois sacré du Ramadhan : une attaque contre Hodeïda au Yémen, malgré la dénonciation de l'initiative par l'ONU. D'après le journal français Le Figaro, la France participe à l'attaque.
Des éléments des forces spéciales françaises sont présents aux côtés de la coalition arabe qui tente de reprendre le port yéménite de Hodeïda aux rebelles houthis, écrit un média français. Des militaires français l'affirmaient dans Le Figaro, hier, malgré les dénégations du ministère des Armées vendredi. Des militaires des forces spéciales françaises sont bien présents aux côtés de l'armée émirienne au Yémen, où la France envisage une action de déminage des accès au port de Hodeïda, selon deux sources militaires citées par Le Figaro dans son édition de hier. Sans réfléchir aux conséquences graves pour la paix, Macron engage des forces spéciales françaises dans l'abominable guerre du Yémen au service des Emirats et de l'Arabie saoudite dans un contexte de crise grave avec l'Iran, écrit le média français. Les forces du président yéménite en exil ont lancé mercredi, avec le soutien de la coalition arabe conduite par l'Arabie saoudite, une vaste offensive contre Hodeïda, le principal port du Yémen toujours aux mains des miliciens houthis. Elles étaient samedi sur le point de s'emparer de l'aéroport. «Il n'y a pas d'action militaire française aujourd'hui dans la région de Hodeïda, et la France ne fait pas partie de la coalition qui est engagée sur ce théâtre», avait déclaré vendredi le ministère français des Armées. Une action de déminage des accès au port de Hodeïda après la fin des opérations militaires est donc actuellement à l'étude, avait-il ajouté. L'émissaire de l'ONU pour le Yémen Martin Griffiths a atterri hier dans la capitale du Yémen pour des discussions en urgence sur Hodeida, au quatrième jour d'une offensive des forces progouvernementales visant à reprendre aux rebelles ce port stratégique. Depuis quatre jours, une offensive meurtrière vise à chasser les rebelles de ce grand port, où arrive une bonne partie des importations et de l'aide humanitaire dans le pays. Les navires américains et français sont déployés au large de la côte occidentale du Yémen afin d'attaquer ce pays avec l'appui des avions saoudiens, dit Mohammed Abdessalam, le porte-parole d'Ansarallah, cité par la télévision al Masirah. «Au mépris des valeurs morales et humaines, l'ennemi a recours à une guerre psychologique et médiatique», a ajouté Mohammed Abdessalam. En ce qui concerne l'attaque menée, le 15 juin, dans la soirée, par la coalition autoproclamée contre le port stratégique d'al-Hodeidah situé en mer Rouge à 226 km de la capitale yéménite, Sanaa, il s'est exprimé en ces termes : «La bataille d'al-Hodeida est en effet une bataille américano-britannique et les pays agresseurs, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis (EAU) ne peuvent pas à eux seuls mener cette attaque. Nous sommes fiers d'avoir combattu les agresseurs soutenus par les Occidentaux», a confié Abdessalam. L'Arabie saoudite dirige la coalition arabe qui mène une agression contre le Yémen depuis mars 2015. Des organisations non gouvernementales accusent la coalition de crimes de guerre perpétrés contre les civils. L'ONU dit que des milliers de civils ont été tués par la coalition au Yémen. Le président américain et son homologue Emmanuel Macron sont accusés de complicité par des organisations non gouvernementales qui dénoncent la fourniture d'armes à la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.