«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attaque d'al Hodeida au Yémen: Militaires français et américains au secours de l'Arabie saoudite
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 06 - 2018

L'Arabie saoudite fête à sa manière la fin du mois sacré du Ramadhan : une attaque contre Hodeïda au Yémen, malgré la dénonciation de l'initiative par l'ONU. D'après le journal français Le Figaro, la France participe à l'attaque.
Des éléments des forces spéciales françaises sont présents aux côtés de la coalition arabe qui tente de reprendre le port yéménite de Hodeïda aux rebelles houthis, écrit un média français. Des militaires français l'affirmaient dans Le Figaro, hier, malgré les dénégations du ministère des Armées vendredi. Des militaires des forces spéciales françaises sont bien présents aux côtés de l'armée émirienne au Yémen, où la France envisage une action de déminage des accès au port de Hodeïda, selon deux sources militaires citées par Le Figaro dans son édition de hier. Sans réfléchir aux conséquences graves pour la paix, Macron engage des forces spéciales françaises dans l'abominable guerre du Yémen au service des Emirats et de l'Arabie saoudite dans un contexte de crise grave avec l'Iran, écrit le média français. Les forces du président yéménite en exil ont lancé mercredi, avec le soutien de la coalition arabe conduite par l'Arabie saoudite, une vaste offensive contre Hodeïda, le principal port du Yémen toujours aux mains des miliciens houthis. Elles étaient samedi sur le point de s'emparer de l'aéroport. «Il n'y a pas d'action militaire française aujourd'hui dans la région de Hodeïda, et la France ne fait pas partie de la coalition qui est engagée sur ce théâtre», avait déclaré vendredi le ministère français des Armées. Une action de déminage des accès au port de Hodeïda après la fin des opérations militaires est donc actuellement à l'étude, avait-il ajouté. L'émissaire de l'ONU pour le Yémen Martin Griffiths a atterri hier dans la capitale du Yémen pour des discussions en urgence sur Hodeida, au quatrième jour d'une offensive des forces progouvernementales visant à reprendre aux rebelles ce port stratégique. Depuis quatre jours, une offensive meurtrière vise à chasser les rebelles de ce grand port, où arrive une bonne partie des importations et de l'aide humanitaire dans le pays. Les navires américains et français sont déployés au large de la côte occidentale du Yémen afin d'attaquer ce pays avec l'appui des avions saoudiens, dit Mohammed Abdessalam, le porte-parole d'Ansarallah, cité par la télévision al Masirah. «Au mépris des valeurs morales et humaines, l'ennemi a recours à une guerre psychologique et médiatique», a ajouté Mohammed Abdessalam. En ce qui concerne l'attaque menée, le 15 juin, dans la soirée, par la coalition autoproclamée contre le port stratégique d'al-Hodeidah situé en mer Rouge à 226 km de la capitale yéménite, Sanaa, il s'est exprimé en ces termes : «La bataille d'al-Hodeida est en effet une bataille américano-britannique et les pays agresseurs, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis (EAU) ne peuvent pas à eux seuls mener cette attaque. Nous sommes fiers d'avoir combattu les agresseurs soutenus par les Occidentaux», a confié Abdessalam. L'Arabie saoudite dirige la coalition arabe qui mène une agression contre le Yémen depuis mars 2015. Des organisations non gouvernementales accusent la coalition de crimes de guerre perpétrés contre les civils. L'ONU dit que des milliers de civils ont été tués par la coalition au Yémen. Le président américain et son homologue Emmanuel Macron sont accusés de complicité par des organisations non gouvernementales qui dénoncent la fourniture d'armes à la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.