L'autoritarisme inquiétant de Gaïd Salah    Avocats et étudiants ont battu le pavé    Cabale contre Issad Rebrab    L'indépendance de la justice en question    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Qui veut enflammer la Kabylie ?    L'UA accorde un sursis de 3 mois à l'armée    Au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Washington menace ses alliés    Les Belouizdadis visent la finale    Mellal, en "président" populaire du MCO    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    Des habitants de la Casbah protestent devant la wilaya    Ighil El Mal (Ath Zmenzer) : Caravane sanitaire    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Pour un idéal républicain    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Skikda: Tentative de meurtre, quatre arrestations    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Les marchés couverts non exploités gérés par l'entreprise du marché de gros: La priorité aux jeunes activant dans l'informel    CR Témouchent: Une accession méritée en division amateur    Les étudiants toujours mobilisés    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    La solidarité en perspective du Ramadhan    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Le malaise Riyad Mahrez enfle    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Tabbou fidèle à ses positions    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Un humoriste comédien à la tête de l'Ukraine    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le DG de la CNR tire la sonnette d'alarme: Le système de retraite en danger
Publié dans Le Temps d'Algérie le 04 - 07 - 2018

Le système de retraite algérien a atteint ses limites. Les cotisations des travailleurs ne suffisent plus à payer les pensions de retraite.
Face à la croissance rapide des prestations, les cotisations ne rentrent pas suffisamment. Un système financier profondément menacé par des déséquilibres structurels et la CNR n'arrive toujours pas à développer des ressources de façon proportionnelle à l'activité économique, principalement en raison du poids croissant de l'informel.
Les prestations pour 2018 sont de 1200 milliards de dinars, alors que les recettes tournent autour de 700 milliards DA. Intervenant hier dans l'émission l'Invité de la Rédaction de la Chaîne III de la radio algérienne, le Directeur général de la Caisse Nationale de retraite (CNR), Slimane Melouka, est longuement revenu sur les difficultés de la CNR. Selon les chiffres communiqués, la CNR s'attend à verser «plus de 11 milliards de dollars en 2018, alors que les recettes tournent autour de 700 milliards DA, en droits contributifs et en aide de l'Etat». «C'est vous dire que le déficit s'est nettement accru», a-t-il fait remarquer.
Le système national de retraites concerne désormais près 3,2 millions de retraités, sur 42 millions de population, a-t-il fait observer. Ils étaient seulement un peu plus de 1,2 million en 2000. Leur effectif s'accroissait au rythme de près de 150.000 nouveaux retraités par an. «Pour assurer l'équilibre du système, il faudrait 5 cotisants pour un retraité. On est dans une situation où seulement 2 travailleurs cotisent pour un retraité», a-t-il expliqué. Slimane Mellouka estime qu'«arriver à 3 ou 4 cotisants pour un retraité serait déjà un objectif raisonnable». Face à des prestations en croissance rapide, le nombre de cotisants, estimé actuellement à près de 7 millions, n'augmente pas au même rythme.
En cause, essentiellement, le poids croissant de l'informel qui concerne, suivant les sources, entre 3 et 4 millions de travailleurs non déclarés, a-t-il expliqué. «En 2010, la dépense en matière de retraite tournaient autour de 350 milliards DA pour une recette de l'ordre de 370 milliards DA. Nous sommes passés en 2012, grâce aux augmentations salariales de l'époque, à une recette de 650 milliards DA pour une dépense d'à peine 600 milliards DA», ce qui explique la dégradation du système financier de la CNR.
Les retraites anticipées en cause
Le DG de la CNR explique la dégradation de la situation financière de la Caisse de retraite par «les départs massifs» de travailleurs en retraite anticipée, au «nombre d'un million», durant les années 2014 et 2015. La suppression du dispositif de départ anticipé en retraite, qui constitue, selon Melouka, «un retour à une situation normale du fait que ce dispositif a été mis en place à titre exceptionnel, dans une conjoncture exceptionnelle», et le taux de 1% qui a été surajouté à la branche retraite en 2015 et qui a permis un apport de 30 milliards DA supplémentaires par année ont aidé la Caisse à surmonter ses difficultés et à continuer à assurer le paiement des pensions.
La dernière augmentation des pensions de retraite décidée par le président de la République va bénéficier «à 2,8 millions de retraités et coûtera environ 20 milliards de dinars supplémentaires», ce qui va fragiliser encore plus cette Caisse. Ce qui doit amener à la recherche de nouvelles ressources financières pour combler ces dépenses.
L'Etat a injecté dans la Caisse 500 milliards DA en 2018, qui s'ajoutent à un son apport annuel régulier de 15% des dépenses. La hausse du taux de cotisation des salariés, décidée en 2015, a franchi un nouveau palier en passant de 17% à 18,5%. Ce n'est cependant encore qu'une première étape. Pas moins de 560 milliards de dinars (près de 5 milliards de dollars) ont été prévus la loi de finances 2018, par le budget d'équipement. Cet argent constitue un remboursement des avances accordées par la CNAS à la CNR.
Le DG de la CNR,= a évoqué le chiffre de 800 milliards de dinars avancés par la CNAS depuis 2015. Toutefois, «une réforme du système de retraité s'impose et des réflexions sont engagées (...) pour étudier sa faisabilité sans toucher aux droits des retraités», a déclaré Mellouka. Et d'ajouter : «un système qui a été mis en place il y a 35 ans a forcément ses limites». Interrogé sur les paramètres de réformes concernés, Slimane Mellouka a estimé qu'il est «difficile à réformer à cause de ce qui est considéré comme des acquis». Cependant il fait savoir qu'il y a des propositions qui concernent l'âge de départ à la retraite, le taux des cotisations ou encore le nombre d'années retenu pour le calcul de la pension.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.