Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    "L'aide de l'armée est capitale"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le DG de la CNR, Slimane Melouka : " Le système de retraite à atteint ses limites "
Publié dans Le Maghreb le 04 - 07 - 2018

Les difficultés de la Caisse nationale de retraite (CNR) ont été au centre de l'intervention du DG de la CNR, Slimane Melouka, lors de son passage, mardi matin, dans l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la radio algérienne.
Selon M. Melouka, les cotisations des travailleurs ne suffisent plus à payer les pensions de retraite. " Il faudrait 5 cotisants pour un retraité. Aujourd'hui, on est dans une situation où seulement 2 travailleurs cotisent pour un retraité, ça reste nettement insuffisant ", a-t-il expliqué.
Chiffres à l'appui, M. Melouka donne un aperçu de la dégradation continue de la situation financière de la Caisse : " En 2010, la dépense en matière de retraite tournaient autour de 350 milliards DA pour une recette de l'ordre de 370 milliards DA. Nous sommes passés en 2012, grâce aux augmentations salariales de l'époque, à une recette de 650 milliards DA pour une dépense d'à peine 600 milliards DA. Par contre, aujourd'hui, on se retrouve avec une situation où les recettes tournent autour de 700 milliards DA, en droits contributifs et en aide de l'Etat, et une dépense qui va dépasser 1.200 milliards DA à la fin 2018, c'est vous dire, fait-il remarquer, que le déficit s'est nettement accru ".
Aujourd'hui, la CNR verse des pensions directes et indirectes à 3,2 millions de retraités, sur une population globale de 42 millions d'Algériens.
Le DG de la CNR explique la dégradation de la situation financière de la Caisse de retraite par " les départs massifs " de travailleurs en retraite anticipée, au " nombre d'un million ", qui sont partis avant l'âge légal (ndlr, 60 ans), particulièrement durant les années 2014 et 2015.
Cette situation, selon M. Melouka, a nécessité l'intervention de l'Etat qui a injecté dans la Caisse de retraite " 500 milliards DA " en 2018, qui s'ajoutent à un apport annuel régulier de l'Etat qui tourne autour de " 15% " des dépenses. La suppression du dispositif de départ anticipé en retraite, qui constitue, selon M. Melouka, " un retour à une situation normal, du fait que ce dispositif a été mis en place à titre exceptionnel, dans une conjoncture exceptionnelle ", et le " taux de 1% qui a été surajouté à la branche retraite en 2015 et qui a permis un apport de 30 milliards DA supplémentaires par année ", ont aidé la Caisse à surmonter ses difficultés et à continuer à assurer le paiement des pensions. Toutefois, " une réforme du système de retraité s'impose ", déclare le DG de la CNR. " Les réflexions pour une réforme du système de retraite sont engagées à tous les niveaux, et sur tous les paramètres, en concertation avec les employeurs, les représentants des travailleurs et les gestionnaires ", a fait savoir M. Melouka. " Un système qui a été mis en place il y a 35 ans, a forcément ses limites ", a conclu le DG de la CNR.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.