La bataille vitale que les jeunes doivent mener est celle de la conscience    JM: médaille d'or pour le nageur Syoud    JM/Escrime: médaille d'or pour Saoussen Dlindah Boudiaf    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Université: Plus de 5 millions de diplômés formés en 60 ans    La Cour constitutionnelle célèbre le 60e anniversaire de l'indépendance    Mise en garde contre l'escalade marocaine au Sahara occidental occupé    Il y a 2 ans, les crânes des symboles de la résistance algérienne retrouvaient leur terre natale    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Hydrocarbures: 4,4 mds USD consentis par Sonatrach dans l'exploration-production en 2021    Canicule annoncée lundi, sur plusieurs wilayas du pays    Le ministère de la Santé appelle au respect des mesures de prévention durant l'Aïd El-Adha    «Le Maroc essaie d'effacer les preuves»    Président libanais: le Sommet arabe d'Alger revêt une importance capitale    Deux unités de production de médicaments anticancéreux et de stylos à insuline inaugurées à Alger    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    Ecole nationale supérieure d'Agronomie: sortie de la 57e promotion d'étudiants    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Feuille de route admissible ?    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    Makri avance sa proposition    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Les clés de l'indépendance    Les déchets ménagers inquiètent    Le sens et les messages d'un défilé    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La commission de sélection a prétendu que le film n'est pas algérien «Les bienheureux» de Sofia Djama censuré au FIOFA ?
Publié dans Le Temps d'Algérie le 09 - 08 - 2018

Le film «Les Bienheureux» de Sofia Djama a-t-il été censuré au Festival international d'Oran du film arabe ? C'est ce que laisse comprendre la polémique qui ne cesse d'enfler sur les réseaux sociaux.
Les organisateurs de ce festival on été interpellés lors d'une conférence de presse sur la non sélection de ce film. Ceux-ci ont prétendus que ce film n'est pas algérien, ni arabe. Comment se fait-il donc qu'un film réalisé par une jeune réalisatrice algérienne, pleine de talents, tourné en Algérie, avec un casting entièrement algérien, dont la langue principale du film est l'arabe dialectale algérienne, et cofinancé par une société algérienne, soit considéré par la commission de sélection au Festival international du film arabe d'Oran comme un film non algérien ? Une question qui mérite d'être posée, d'autant plus que le film a rencontré un franc succès à l'étranger et s'est distingué en remportant le «Prix de la meilleure actrice» lors du 74e Festival international du film de Venise (Italie). Le film vient d'ailleurs d'avoir sept nominations, dans la full list Africa movie academy awards 2018 (AMAA) où il représente l'Algérie. Pour Bachir Derraïs, propriétaire de la boite de production «Les Films de la source», qui est la partie algérienne de la production, les arguments avancés par les organisateurs de ce festival ne tiennent pas du tout la route. «C'est un film franco-algéro-belge et Qatari. Ce film a représenté l'Algérie au festival de Venis où la jeune actrice Lina Khoudri a été distinguée pour son rôle», déclare-t-il au Temps d'Algérie. «C'est faux, c'est archi faux, ce film est algérien, par la nationalité de la réalisatrice et par la production ; Je suis producteur associé de ce film par ma société ‘les films de la source' de droit algérien, et à ce jour, ni la réalisatrice ni moi même ne possédons une autre nationalité que l'Algérienne. Ce film a participé dans plusieurs festivals comme film algérien et j'ai en ma possession des documents et formulaires que j'ai signé» écrit-il encore sur sa page Facebook. De son coté, la réalisatrice Sofia Djama a tenue à apporter des précisions sur son film, après la conférence des organisateurs du festival, sur sa page facebook. «Pour son ‘Algériennité' il est pourtant de notoriété publique (à lire le générique) qu'il a été soutenu financièrement par une entreprise privée Algérienne, que des institutions étatiques avec qui nous avons signé des conventions ont soutenu le film, on appelle cela ‘soutien industrie' et ça compte en prod, ce qui est assez pour lui donner sa légitimité algérienne, puisque ma nationalité ne vous suffit pas» écrit-elle. Elle ajoute que «Quant au membre de la commission qui dit que mon film n'était pas éligible parce qu'il n'a reçu aucun centime de la part de Ministère de la Culture, en soi il formalise l'idée que tout film qui ne passe pas par le financement officiel du Ministère, ne peut être Algérien. On ne fait rien sans être adoubé par le Ministère, donc vous officialisez publiquement le contrôle de la culture», se désole-t-elle. A noter que le Festival international d'Oran du Film arabe a connu sa pire édition depuis son lancement pour son édition 2018, d'après les confrères et consœurs présents sur place. Les organisateurs de ce rendez-vous annuel, de leur coté, se demandent qui veut salir l'image du Festival et de l'Algérie, pour avoir soulevé les points négatifs de cette nouvelle édition.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.