Les révélations du PDG de l'ANEP    Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Feux de forêts: installation du comité d'évaluation des dégâts    Covid19 à Tizi-Ouzou: le reconfinement de deux communes imposé par la recrudescence des cas    Feux de forêts: réunion interministérielle pour indemniser les personnes impactées    551 nouveaux cas confirmés et 13 décès en Algérie    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    COLLECTE DES ORDURES MENAGERES A ORAN : La mairie réquisitionne des entreprises communales    Premiers essais de Vision-S    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Manchester United et l'Inter : objectif «Final 8»    Mutualisation des compétences et passage de témoin    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    L'eau, le feu, l'argent et les enquêtes    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Un SUV pour les pays émergents    Les modalités restent à fixer    2 employés morts dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier à Chaâba-el-Hamra    La rentrée universitaire semble compromise    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    La famille Bouchaoui sans acte de propriété    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    17 morts dans des inondations dans le Nord    Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères    Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    L'aide humanitaire ne suffit pas    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conflit entre le Sahara occidental et le Maroc: Le Polisario veut des négociations sans conditions
Publié dans Le Temps d'Algérie le 13 - 08 - 2018

Le chef de délégation des négociateurs du Front Polisario et président du conseil national de la république du Sahara occidental, Khatri Addouh, réitère la disponibilité du Front à s'asseoir avec le Maroc autour de la table des négociations sans conditions préalables.
«Le Front Polisario est prêt à reprendre les négociations avec le Maroc sans conditions préalables et sans l'implication d'aucune autre partie. Tout le monde sait qu'il y a deux parties au conflit, à savoir le Maroc et le Front Polisario», a-t-il déclaré, hier au forum du quotidien Le Courrier d'Algérie. Il y a quelques jours, le Front a exprimé sa disponibilité et sa volonté à engager des négociations directes avec le Royaume du Maroc, conformément à la résolution 2414 du Conseil de sécurité, et ce suite au briefing tenu par l'émissaire de l'ONU pour le Sahara Occidental, Horst Kohler, devant le Conseil de sécurité sur sa récente visite dans la région. Le Front Polisario a qualifié les efforts déployés par l'émissaire de l'ONU depuis sa prise de fonctions de «facteur encourageant», appelant les Nations Unies, notamment les membres du Conseil de sécurité, à s'acquitter de leurs responsabilités de manière à se conformer aux principes de la charte des Nations Unies, et à respecter le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance. Mais l'entêtement du Maroc et sa volonté d'imposer sa propre solution risque d'entraver toute reprise des négociations.
Khatri Addouh a dénoncé la volonté du Maroc de passer outre les résolutions de l'ONU. Selon lui, le statut-quo sera de mise tant que la France continue à défendre les positions du Maroc au Conseil de sécurité de l'ONU. Il n'a pas manqué d'appeler le Conseil de sécurité à exercer des pressions sur le Maroc afin d'accepter d'appliquer les résolutions onusiennes.
Il a rappelé les décisions de certaines instances internationales qui ont admis que le Sahara occidental ne fait pas partie du Maroc. Il s'agit notamment du Tribunal de l'Union européenne qui a affirmé, dans une ordonnance rendue publique le 19 juillet dernier, que le territoire du Sahara occidental et les eaux y adjacentes ne relèvent pas de la souveraineté du Maroc.
Malgré cela, le conférencier estime que tant que la position de la France reste en faveur du Maroc, la question sahraouie n'avancera pas. La reprise des négociations directes est possible avec les efforts de l'émissaire de l'ONU pour le Sahara Occidental, Horst Kohler.
Ce dernier envisage d'adresser, probablement vers la fin septembre, des invitations aux deux parties en conflit pour le Sahara occidental (Front Polisario et Maroc), dans le cadre des efforts onusiens pour la relance des négociations directes, à même d'aboutir à un règlement permettant au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination. Le Coordonnateur du Front Polisario avec la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental (Minurso), M'hamed Kheddad, estime que «le Conseil de sécurité onusien affiche une volonté claire de faire avancer le processus de règlement du conflit au Sahara occidental». L'ONU souhaiterait que les deux parties en conflit «fassent preuve de bonne volonté et adhèrent de manière effective au processus de règlement», avant la fin du délai de six mois fixé par le Conseil de sécurité à la Minurso dont le mandat prendra fin le 31 octobre. La dernière fois que le Front Polisario et le Maroc se sont installés à la même table de négociations remonte à mars 2012, à Manhasset aux Etats-Unis, et, depuis, le processus de paix lancé par l'ONU se trouve dans l'impasse en raison des entraves dressées par le Maroc pour empêcher le règlement du conflit sur la base des principes de la légitimité internationale qui garantissent le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination. Mis au pied du mur, le Maroc est, cependant, tenu de reprendre sans tarder les négociations. En avril, le Conseil de sécurité s'est fixé rendez-vous en octobre prochain pour évaluer l'avancée du processus, mettant le cap sur une nouvelle démarche visant à ramener les partis en conflit à la table des négociations dans un délai de six mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.