Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Prise en charge de 200 ressortissants algériens rapatriés du Canada    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Examen de la coopération avec les Emirats arabes unis    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    Fin de mission pour l'ambassadeur des USA en Algérie    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    INCENDIE DE FORETS : Plus de 16300 hectares partis en fumée    ECOLE SUPERIEURE D'AGRONOMIE DE MOSTAGANEM : Protocole de clôture de l'année universitaire, 2019-2020    TREMBLEMENTS DE TERRE A MILA : Des logements et des aides financières pour les sinistrés    Covid-19: 492 nouveaux cas, 343 guérisons et 10 décès    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Un rassemblement de soutien à l'activiste Rabah Ziani réprimé    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Triste et en colère    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    Reprise à la Pêcherie    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    On vous le dit    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En raison des sanctions US contre l'Iran: Le Brent à plus de 78 dollars
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 09 - 2018

Les prix du pétrole montaient, hier, en cours d'échanges européens, dans un marché restreint mais toujours inquiet de voir les exportations iraniennes s'évaporer, en raison des sanctions de Washington. Dans la matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, valait 78,11 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 47 cents par rapport à la clôture de vendredi. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour le contrat d'octobre, prenait 8 cents à 69,88 dollars. Les faibles gains du Brent lui ont permis de repousser son plus haut depuis plus d'un mois et demi, à 78,17 dollars, lundi matin. Le marché entamait, cependant, une séance calme, où les volumes devraient rester restreints, alors que les investisseurs américains profiteront d'un jour férié. «Le marché reste soutenu par l'idée que les sanctions américaines contre les exportations iraniennes de brut vont limiter l'offre», a commenté Stephen Innes, analyste chez Oanda. Les sanctions prendront effet début novembre, mais «les exportations du troisième plus grand producteur de l'Opep reculent déjà à un rythme plus rapide qu'attendu», s'est inquiété Stephen Brennock, analyste chez PVM. En revanche, les autres membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et la Russie, qui se sont associés fin 2016 pour limiter leur offre et faire grimper les cours, ont augmenté leur production ces derniers mois. Les exportations irakiennes de pétrole, ont ainsi atteint, en août, un pic annuel, avec près de 112 millions de barils vendus, pour plus de 7,7 milliards de dollars, a annoncé, samedi, le ministère du Pétrole.
La production russe a, elle, atteint 11,21 millions de barils par jour en août, selon des données ministérielles partagées par l'agence Bloomberg. Un des trois plus grands producteurs mondiaux, avec les Etats-Unis et l'Arabie saoudite, la Russie, peine à dépasser ses plus hauts depuis la chute de l'URSS, atteints en 2016. «Il reste un doute sur la capacité de l'Opep a absorber la perte du marché occasionnée par les sanctions américaines», ont cependant prévenu les analystes de Commerzbank.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.