De la surfacturation à la sous-facturation !    Entreprises: La dépénalisation de l'acte de gestion en question    Assainissement du foncier industriel: 307 actes de concession annulés pour non concrétisation des projets    Football - Ligue 1: Une étape pour y voir plus clair    Assises nationales de la santé: Des participants et des boycotteurs    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    La Baraka du baril    Un marché pour les produits fabriqués par les femmes    Christopher Ross: «je persiste et je signe»    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Ce que propose Lamamra pour protéger les migrants    Le nouveau procès en appel de Hamel reporté    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Lorsque Rabah Madjer était «Mustapha»    Les choses sérieuses commencent    Tebboune présente ses condoléances    Le MDN organise un colloque historique    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Le corps de l'avocat Zitouni retrouvé    Enfin des logements pour les sinistrés    Le Makhzen joue ses dernières cartes    L'artisanat des idées    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Ecrivain algérien Youssef Bendekhis lauréat    Journées de formation sur la gestion des risques biologiques    La distribution d'essence peine à redémarrer    "COMME UN MIROIR BRISE"    Campagne de sensibilisation dans le milieu estudiantin    MERIEM    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    Un studio de cinéma en plein air à Oultem !    Abbas Righi chante le malouf à Montréal    Cour de Boumerdès : Le nouveau procès en appel de Hamel reporté au 24 novembre    La JS Saoura affrontera les Ghanéens de Hearts Of Oak    La CAF reporte le match Soudan-Algérie    Deux organisations plaident en faveur d'un mécanisme de surveillance des droits humains    Des offres chez Peugeot Algérie    Les putschistes isolés    Les députés adoptent des ordonnances déjà appliquées    Forcing pour l'arrivée d'une filiale de Sonatrach    Sûreté de wilaya: La police honore la presse    Les dernières cartouches des imposteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



61e anniversaire de la mort d'Ali la pointe
Publié dans Le Temps d'Algérie le 09 - 10 - 2018

La commune de Miliana (Aïn Defla) a commémoré, lundi, le 61e anniversaire de la mort du chahid Ali Ammar, dit Ali la pointe, tombé au champ d'honneur le 08 octobre 1957.
Une gerbe de fleurs a été déposée devant la stèle érigée sur la place qui porte le nom du martyr au cours d'une cérémonie organisée en présence des moudjahidine de la région et des autorités civiles et militaires de la wilaya, à leur tête le wali, Aziz Benyoucef. Intervenant à l'occasion, le responsable de l'antenne locale de l'Organisation nationale des Moudjahidine (ONM), Abdallah Adjadj, a mis l'accent sur le fait que les événements se rapportant à la glorieuse guerre de libération nationale doivent être mises à profit pour inculquer aux jeunes l'amour de la patrie. Ces célébrations doivent également constituer une occasion pour expliquer aux jeunes que «l'indépendance n'a jamais été un cadeau offert par la France, mais est le fruit de bien de sacrifices consentis par des centaines de milliers d'hommes et de femmes épris de justice et de liberté». Observant que Miliana ne saurait être évoquée sans qu'une pensée n'aille à Ali la pointe, le P/APC de Miliana, Mourad Bousalhih, a fait état d'un vœu de la famille du défunt consistant à transformer la maison familiale où naquit la pointe en un musée pour relater les faits se rapportant à la Révolution.
Au niveau du jardin public du 24 février, un passage du célèbre film «La bataille d'Alger» a été diffusé, suivi avec attention par un public composé essentiellement de jeunes. Mettant à profit sa présence à Miliana, le wali de Aïn Defla s'est rendu au siège de l'APC ayant fait l'objet d'une opération de réhabilitation, de même qu'il a inauguré une cantine scolaire au niveau de l'école primaire Youcef Damerdji. Combattant au courage et à l'audace exemplaires de la lutte de libération nationale, Ali Ammar (1930-1957), est principalement connu pour sa participation à la bataille d'Alger aux côtés de Hassiba Ben Bouali, Zohra Drif, Omar Yacef (dit petit Omar) et Yacef Saâdi, alors chef de la zone autonome d'Alger (ZAA).
En 1952, Ali Ammar, alors âgé de 22 ans, est incarcéré à la prison de Damiette (Médéa). Trois années plus tard, le 02 avril 1955, il s'évade en compagnie de l'un de ses compagnons de cellule. Il prit, dans un premier temps, la direction de Blida puis réussit à rallier Alger où il entra en clandestinité. Après plusieurs tests et mises à l'épreuve qui consistaient à mener des missions périlleuses dans la capitale, quadrillée alors par les parachutistes du général Massu, notamment des attentats contre des gendarmes et des traîtres à la cause algérienne, Ali la pointe constitua avec un groupe de fidayîn, dont font partie Hassiba Ben Bouali et Abderrahmane Taleb, un commando de choc qui alla porter le combat au cœur même de l'état-major français. Après trois années de lutte armée (avril 1955-octobre 1957), Ali Ammar est repéré le 08 octobre 1957 par les forces armées coloniales dans un immeuble de la Casbah. Il sera tué en compagnie de Mahmoud Bouhamidi, Hassiba Ben Bouali et Omar Yacef après que les parachutistes du 3e Régiment étranger de parachutistes (REP) commandé par le colonel Bigeard, eurent dynamité la maison où ils s'étaient réfugiés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.