La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réduction de la production de pétrole: Pas encore de consensus
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11 - 11 - 2018

Le ministre saoudien de l'Energie, Khaled al-Faleh, a déclaré hier, qu'il n'y avait «pas encore de consensus» entre les grands pays producteurs de pétrole pour «réduire la production» de brut.
«Il est prématuré de parler d'action spécifique», a-t-il déclaré, en réponse à une question sur la possibilité de réduire la production de pétrole, pour enrayer la baisse des prix. Faleh a fait ces déclarations avant une réunion à Abou Dhabi, des pays membres de l'OPEP et non membres du cartel, dont la Russie. Les grands producteurs de pétrole sont entrés en négociation à Abou Dhabi, pour étudier la possibilité d'un retour à des limitations de la production, au moment où la dégringolade actuelle des prix de l'or noir fait craindre un effondrement des cours, comme en 2014.
Pris en étau entre un bond de la production chez quelques grands pays producteurs, et la crainte d'une baisse de la demande, les cours du pétrole ont chuté de près de 20% en un mois, après avoir pourtant culminé, début octobre, à leur plus haut niveau depuis quatre ans.
Le prix du baril de Brent est passé, vendredi, sous la barre des 70 dollars, pour la première fois depuis avril, et celui du baril new-yorkais (WTI) sous les 60 dollars, en baisse pour le neuvième mois consécutif. Malgré des signes de ralentissement de la demande, l'Arabie saoudite, la Russie, le Koweït et l'Irak ont récemment augmenté leur production de brut, et les Etats-Unis celle de pétrole de schiste. La récente diminution des prix de pétrole est, notamment, le résultat d'une demande en baisse de la Chine, le plus grand importateur, qui connaît un ralentissement de sa croissance, souligne Cailin Birch, analyste à l'Economist Intelligence Unit. D'autre part, les sanctions américaines contre l'Iran, qui menaçaient de faire baisser l'offre mondiale et de faire grimper les prix, se sont avérées moins sévères que prévu. Dans la perspective des sanctions américaines, Moscou et Ryad, deux des trois plus grands producteurs mondiaux, avaient amendé, en juin, leur accord de limitation de la production, afin de pouvoir extraire plus et compenser une baisse des exportations pétrolières iraniennes.
Depuis décembre 2016, les pays de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole), menés par l'Arabie saoudite, et d'autres producteurs non-membres du cartel, dont la Russie, appliquaient un accord de réduction de la production d'or noir. Lors de la réunion de dimanche du Comité ministériel conjoint de suivi de l'accord, ils comptent aborder la baisse de leur production.
Ryad avait augmenté sa production, passant de 9,9 millions de barils par jour en mai, à 10,7 millions bpj en octobre, d'après le ministre saoudien de l'Energie, Khaled al-Faleh. Selon Fawad Razaqzada, analyste pour Forex.com, les responsables discuteront probablement «de la nécessité d'un retour à un respect de l'accord à 100%», après la décision de Washington d'accorder des exemptions à huit importateurs de pétrole iranien. «Les prix sont en baisse, alors que la production des grands producteurs, comme l'Arabie saoudite, la Russie et les Etats-Unis continue d'augmenter, dépassant les quantités de barils iraniens perdus», a-t-il expliqué.
Si les producteurs «échouent à montrer leur intention d'inverser la dernière hausse de la production, les prix du pétrole risquent de plonger davantage», ont prévenu, vendredi, les analystes de Commerzbank.
Aucune décision ne devrait être prise à Abou Dhabi, mais des recommandations devraient être émises avant une réunion plénière de l'OPEP, prévue en décembre à Vienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.