Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réduction de la production de pétrole: Pas encore de consensus
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11 - 11 - 2018

Le ministre saoudien de l'Energie, Khaled al-Faleh, a déclaré hier, qu'il n'y avait «pas encore de consensus» entre les grands pays producteurs de pétrole pour «réduire la production» de brut.
«Il est prématuré de parler d'action spécifique», a-t-il déclaré, en réponse à une question sur la possibilité de réduire la production de pétrole, pour enrayer la baisse des prix. Faleh a fait ces déclarations avant une réunion à Abou Dhabi, des pays membres de l'OPEP et non membres du cartel, dont la Russie. Les grands producteurs de pétrole sont entrés en négociation à Abou Dhabi, pour étudier la possibilité d'un retour à des limitations de la production, au moment où la dégringolade actuelle des prix de l'or noir fait craindre un effondrement des cours, comme en 2014.
Pris en étau entre un bond de la production chez quelques grands pays producteurs, et la crainte d'une baisse de la demande, les cours du pétrole ont chuté de près de 20% en un mois, après avoir pourtant culminé, début octobre, à leur plus haut niveau depuis quatre ans.
Le prix du baril de Brent est passé, vendredi, sous la barre des 70 dollars, pour la première fois depuis avril, et celui du baril new-yorkais (WTI) sous les 60 dollars, en baisse pour le neuvième mois consécutif. Malgré des signes de ralentissement de la demande, l'Arabie saoudite, la Russie, le Koweït et l'Irak ont récemment augmenté leur production de brut, et les Etats-Unis celle de pétrole de schiste. La récente diminution des prix de pétrole est, notamment, le résultat d'une demande en baisse de la Chine, le plus grand importateur, qui connaît un ralentissement de sa croissance, souligne Cailin Birch, analyste à l'Economist Intelligence Unit. D'autre part, les sanctions américaines contre l'Iran, qui menaçaient de faire baisser l'offre mondiale et de faire grimper les prix, se sont avérées moins sévères que prévu. Dans la perspective des sanctions américaines, Moscou et Ryad, deux des trois plus grands producteurs mondiaux, avaient amendé, en juin, leur accord de limitation de la production, afin de pouvoir extraire plus et compenser une baisse des exportations pétrolières iraniennes.
Depuis décembre 2016, les pays de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole), menés par l'Arabie saoudite, et d'autres producteurs non-membres du cartel, dont la Russie, appliquaient un accord de réduction de la production d'or noir. Lors de la réunion de dimanche du Comité ministériel conjoint de suivi de l'accord, ils comptent aborder la baisse de leur production.
Ryad avait augmenté sa production, passant de 9,9 millions de barils par jour en mai, à 10,7 millions bpj en octobre, d'après le ministre saoudien de l'Energie, Khaled al-Faleh. Selon Fawad Razaqzada, analyste pour Forex.com, les responsables discuteront probablement «de la nécessité d'un retour à un respect de l'accord à 100%», après la décision de Washington d'accorder des exemptions à huit importateurs de pétrole iranien. «Les prix sont en baisse, alors que la production des grands producteurs, comme l'Arabie saoudite, la Russie et les Etats-Unis continue d'augmenter, dépassant les quantités de barils iraniens perdus», a-t-il expliqué.
Si les producteurs «échouent à montrer leur intention d'inverser la dernière hausse de la production, les prix du pétrole risquent de plonger davantage», ont prévenu, vendredi, les analystes de Commerzbank.
Aucune décision ne devrait être prise à Abou Dhabi, mais des recommandations devraient être émises avant une réunion plénière de l'OPEP, prévue en décembre à Vienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.