Neutralité écornée    Alger: Trois militants du FFS arrêtés    Importation des véhicules en CKD: Une facture de près de 3 milliards de dollars    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Division nationale amateur - Est: Le MOC et le CRBOD en arbitres    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Lutte contre l'habitat précaire: Réception de plus de 3.500 nouveaux logements, fin 2019, à Misserghine    Ils seront installés le mois d'avril prochain pour la gestion des plages: Un administrateur et deux élus, dans chaque commune côtière    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    La balle dans le camp des actionnaires    L'Histoire des peuples ne se falsifie pas    Session de formation au profit d'officiers de la police mauritanienne    Ligue des champions    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Partenaire de la Fédération Algérienne d'Escrime : Ooredoo accompagne l'équipe nationale dans la Coupe du monde de Sabre féminin-junior    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Réunion des partis de l'opposition    Deux suspects arrêtés    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Selon le FMI : Le PIB de l'Algérie s'établirait à 188 mds de dollars
Publié dans Le Temps d'Algérie le 13 - 11 - 2018

Le PIB nominal de l'Algérie devrait atteindre 188,3 milliards (mds) de dollars en 2018, contre 167,6 mds de dollars en 2017, une hausse soutenue par l'augmentation des dépenses publiques, qui devraient doper la croissance cette année et l'année prochaine, selon les nouvelles prévisions du FMI publiées hier.
Le PIB nominal de l'Algérie devrait franchir, pour la première fois, la barre des 200 mds de dollars en 2019, pour se chiffrer à 200,2 mds de dollars, prévoit l'institution de Bretton Woods dans son rapport sur les perspectives économiques de la région Moanap (Moyen-Orient, Afrique du Nord, Afghanistan et Pakistan), présenté mardi à Dubaï. Le Fonds a maintenu inchangées ses prévisions d'octobre pour le PIB réel à 2,5% en 2018, contre 1,4% en 2017, et à 2,7% en 2019, précisant que «l'augmentation des dépenses publiques devrait stimuler la croissance» cette année. Mais «la contraction budgétaire prévue pour les années à venir va probablement se traduire par un ralentissement de la croissance non pétrolière sur le moyen terme», relève, toutefois, le prêteur en dernier ressort. Le FMI rappelle que l'Algérie, a «augmenté ses dépenses afin de stimuler l'activité économique, en s'appuyant largement sur le financement monétaire», soulignant que «le retour à un rééquilibrage budgétaire rigoureux est prévu à partir de 2019». «La monétisation du déficit budgétaire en Algérie s'est traduite par des injections de liquidités considérables qui ont stimulé le crédit au secteur privé comme au secteur public en 2017», note le rapport. A ce titre, le Fonds relève que le ratio investissement privé par rapport au PIB dans les pays exportateurs de pétrole de la région a été tiré par l'Algérie, dont le ratio moyen est passé de 14% à 22%. Des progrès sont réalisés aussi en matière d'amélioration du climat des affaires, constate le FMI, qui cite, à ce titre, l'adoption de nouvelles lois visant à soutenir les petites et moyennes entreprises, et le développement de cadres de partenariat public-privé. En parallèle, le financement monétaire de l'économie ne s'est pas traduit pas une poussée inflationniste. Le FMI a maintenu ses prévisions d'octobre pour l'inflation à 6,5% en 2018 et à 6,7% en 2019, des taux qui sont en baisse par rapport à ses projections d'avril dernier. A l'instar des autres pays exportateurs de pétrole de la région, l'Algérie devrait enregistrer une amélioration de ses soldes extérieurs et budgétaires grâce, notamment, au redressement des cours du brut. Le rebond des cours pétroliers «apportera un soutien temporaire» aux pays exportateurs de pétrole de la région qui doivent, cependant, poursuivre les réformes et l'ajustement budgétaire, pour renforcer leur résilience à long terme, souligne le FMI dans son rapport. Ainsi, les exportations passeront à 46,2 mds de dollars en 2018, contre 37,6 mds de dollars en 2017. Le déficit du compte courant s'établira à -16,9 mds de dollars cette année, contre -22,1 mds de dollars en 2017. En 2019, ce déficit baissera encore d'un milliard à -15,9 mds de dollars.
Le déficit du compte courant représentera -9% du PIB en 2018, comparé au -13,2% en 2017, et devrait se réduire à -7,9% du PIB en 2019, selon les mêmes données. Le FMI prévoit que le budget de l'Algérie sera à l'équilibre, avec un baril à 105,1 dollars en 2018, et à 98,6 dollars en 2019. Mais pour son équilibre extérieur, elle aura besoin d'un baril beaucoup moins cher à 80,3 dollars en 2018, et à 78,9 dollars en 2019, selon les estimations du FMI.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.