La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie défend l'idée d'une organisation continentale «indépendante»: L'Afrique aux Africains
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 11 - 2018

La réforme de l'Union africaine, qui est au cœur du 11e sommet extraordinaire de l'organisation continentale, est une absolue nécessité. Mais celle-ci doit être «pensée et promue par les Africains et pour les Africains».
C'est du moins, ce que défend l'Algérie, selon le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui a représenté le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à cette rencontre. M. Ouyahia a souligné, à l'ouverture des travaux du sommet, que «l'Algérie sera, aujourd'hui et demain, un défenseur et un acteur convaincu d'une organisation continentale pensée et promue par les Africains et pour les Africains», ajoutant que c'est «une organisation où se retrouve et où fusionnent souverainement nos volontés nationales, au profit de notre unité et de notre solidarité». Il a également mis en exergue, l'importance qu'accorde l'Algérie à l'Afrique, en déclarant qu'elle «considère son appartenance africaine comme un élément central de son identité, et demeure fidèle aux solidarités qu'elle a partagées avec les autres peuples et pays du continent, pour les causes de la liberté et du développement». Ce Sommet étant axé sur la question de la réforme institutionnelle de l'UA, M. Ouyahia a, tout en soulignant l'adhésion de l'Algérie à ce processus, et en faisant part de sa satisfaction des nombreux consensus dégagés autour de certaines questions, appelé à poursuivre la finalisation des aspects toujours en discussion. A ce titre, M. Ouyahia a réaffirmé un certain nombre de principes, que l'Algérie considère comme «essentiels» pour le succès de la réforme de l'organisation continentale. Il s'agit, en premier lieu, a indiqué M. Ouyahia, des «principes et valeurs contenus» dans l'Acte constitutif de l'UA, et qui continuent d'unir ses Etats. Il a, dans ce cadre, ajouté que «l'Union africaine doit, naturellement, demeurer sous le contrôle souverain des Etats membres, et ses mécanismes ont la charge de mettre en œuvre les décisions et les politiques arrêtées par les instances délibérantes».
Le Premier ministre a également insisté sur la nécessité de maintenir la procédure d'élection des membres de la Commission de l'Union africaine, selon les critères de parité de et de représentation équitable. S'agissant des questions d'intégration régionale, M. Ouyahia a appelé à la préservation de la place des sous-régions et des communautés économiques régionales, en relevant que la création de la zone de libre échange continentale, et le renforcement du rôle de la Commission de l'Union, ne doivent pas remettre en cause ces réalités.
Dans le même sillage, M. Ouyahia a abordé la question liée à la future agence de développement de l'UA, en relevant que celle-ci «devra préserver et mettre en œuvre, les décisions déjà adoptées par l'Union en matière de développement, qu'il s'agisse de programmes prioritaires ou qu'il s'agisse de l'Agenda 2063, tout en préservant les acquis légués par le NEPAD, et en consolidant ses projections de développement». S'agissant du Mécanisme africain d'Evaluation par les Pairs (MAEP), le Premier ministre a appelé au maintien du caractère volontaire de ce mécanisme. Les questions de la gestion administrative et financière étant également à l'ordre du jour du Sommet, M. Ouyahia a indiqué que «l'Union africaine doit accorder une grande importance à la rationalisation des dépenses, surtout que nous voulions affirmer l'autonomie financière de notre Union».
Il a, dans le même ordre d'idée, appelé à la révision du barème des contributions des Etats membres, en soutenant que «l'Algérie, qui a toujours donné l'exemple par sa disponibilité et sa régularité en la matière, considère qu'une répartition plus équitable des contributions financières entre les Etats membres, est aussi un élément important dans le cadre de la réforme de l'Union africaine». Enfin, M. Ouyahia a déclaré que «l'Algérie partage la nécessité de consolider le rôle de la Commission. Cependant, elle insiste sur la préservation des Missions du Comité des Représentants permanents (COREP) qui est l'organe du contrôle permanent de l'Union africaine par ses Etats membres». M. Ouyahia est accompagné de Abdelkader Messahel, Ministres des Affaires étrangères.
Le commissaire de l'UA, Moussa Faki Mahamat, partage l'avis de l'Algérie, en soutenant que «la réforme institutionnelle est un impératif. Elle est en fait, consubstantielle à l'acte fondateur de notre union, créée pour accélérer le projet d'intégration économique et d'unité politique, qui est au cœur du panafricanisme, tout en respectant la souveraineté des Etats membres». Il a expliqué, dans ce sens, que la nature de l'Union africaine, et l'ambition, dont l'agenda 2063 est l'emblème, exigent que l'Organisation panafricaine se «réinvente», pour s'adapter à son environnement. C'est dans ce cadre qu'un processus des réformes institutionnelles de l'UA a été lancé depuis plus de deux ans, afin de répondre aux besoins des panafricains, et faire face aux défis auxquels s'expose le continent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.