Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En l'absence d'initiatives sérieuses, de débat national, et face à la démission de la classe politique: Les imams pour lutter contre la harga !
Publié dans Le Temps d'Algérie le 26 - 12 - 2018

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs a appelé les imams à consacrer, ce vendredi, une partie de leur prêche pour parler du sujet, et aider à convaincre tous ceux qui, parmi les Algériens, seraient tentés de traverser la Méditerranée à la recherche de meilleurs horizons, de ne pas le faire.
L'on s'attendait à une prise de conscience sérieuse du gouvernement, quant à l'explosion du phénomène, à des mesures en direction des jeunes candidats à l'immigration clandestine, à un débat national,…etc. il n'en est rien ! Les autorités n'ont pas trouvé mieux que de faire appel aux imams, pour lutter contre le drame de la harga, qui touche désormais, toutes les franges de la société.
Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs a appelé les imams à consacrer, ce vendredi, une partie de leur prêche pour parler du sujet, et aider à convaincre tous ceux qui, parmi les Algériens, seraient tentés de traverser la Méditerranée à la recherche de meilleurs horizons, de ne pas le faire. Mohamed Aïssa espère créer «un élan national» à travers toutes les mosquées de la République, «pour sauver nos enfants des embarcations de la mort». «J'ai invité les imams à consacrer des passages de leur prêche du vendredi 28 décembre 2018 à parler du sujet», a indiqué le ministre sur sa page facebook, tout en se disant ouvert «à toute initiative qui contribuerait à conscientiser la société».
Certes, il n'y a pas de mal à ce que les imams soient impliqués dans cette affaire, pour dissuader les candidats à l'émigration clandestine. Mais les pouvoirs publics sont-ils à ce point en manque de solution, pour implorer l'aide de la mosquée, faire appel à la morale pour éradiquer un phénomène qui ne cesse de prendre les vies de jeunes et de moins jeunes par dizaines ? De plus, même cette réaction d'un ministre de la République est venue tardivement. Depuis plus d'un mois, le nombre de harraga morts en mer, déclarés disparus, ou encore arrêtés sur les côtes de différentes wilayas du pays, ne cesse d'augmenter. Lundi, un rassemblement de citoyens a été organisé à Oran par les amis et les proches de 20 harraga, disparus en mer depuis une semaine. «Allez chercher nos frères disparus», était la revendication portée en bleu sur une banderole levée par les manifestants, qui faisaient face aux brigades ant-émeutes, déployées sur les lieux. Cette action exprime, en fait, un ras-le-bol au sein de la population. Tout le monde se sent désormais concerné. Pourtant, depuis plus d'un mois, avec les cadavres de harraga repêchés au large de Tigzirt à Tizi-Ouzou, en passant par le drame de Rais Hamidou dans la capitale, où une dizaine de jeunes ont été engloutis par la mer près des côtes italiennes, jusqu'à ce début de semaine où les unités du groupement territorial des gardes-côtes d'Oran, ont mis en échec une tentative d'émigration clandestine de 11 personnes, aucune initiative sérieuse n'a été prise par les autorités. Osons le constat : le gouvernement est démissionnaire. Prise dans le débat sur la prochaine élection présidentielle, la classe politique n'a pas classé la question dans ses priorités. Le Parlement, lieu où tous les sujets d'ordre d'intérêt national peuvent faire l'objet d'un débat, est aux abonnés absents. Aucun groupe parlementaire, du pouvoir ou de l'opposition soit-il, n'a introduit au bureau de l'APN, comme l'autorise pourtant la Constitution, une demande d'ouverture d'un débat. Même la société civile ne s'en mêle pas. Il n'y a ni conférence ni journées consacrées à la question, malgré la multiplication, ces derniers jours, d'activités organisées par des associations connues pour leur «présence». C'est le vide.
«Il s'agit d'un vrai malaise social, les jeunes ne s'intéressent plus à avoir une vie ici, tout le monde veut partir, c'est grave», a expliqué, dans une déclaration récente, le sociologue Nacer Djabi. Tandis que le professeur Mustapaha Khiati de la Forem, (Fondation nationale pour la promotion de la santé et du développement de la recherche) a lié la recrudescence du phénomène à «la mal-vie des jeunes, aux mauvaises conditions de vie des gens, avec des horizons bouchés». Devant ces constats, les pouvoirs publics continuent d'adopter, soit la méthode répressive envers les harraga, sinon le recours au discours religieux, que prêcheront donc ce vendredi, les imams à travers toutes les mosquées d'Algérie. Mais sont-ce des solutions sérieuses ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.