PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    COMMERCE EXTERIEUR : Une baisse globale des échanges en 2019    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    Un petit village kabyle met en place une ‘'organisation de guerre''    Un mariage provoque 4 contaminations au Covid-19 à Bejaia    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Covid19-Médicaments à base d'hydroxychloroquine: près de 320.000 boites bientôt disponibles    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Report JP-2020: les athlètes algériens entre déception et soulagement    Coronavirus: les walis instruits de la mise en œuvre "urgente" d'un dispositif "particulier" d'assistance des citoyens    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Blida: Le décompte macabre continue    Prolifération des abattoirs clandestins: Saisie de près de 6 q de viande impropre à la consommation à Es-Senia    Les cygnes blancs de 2020    Une panne technique dans deux postes transformateurs à Hassi Ameur: Coupure prolongée du courant électrique à Oran et plusieurs wilayas de l'Ouest    Mascara: Nouvelles saisies de produits alimentaires    Le confinement fait polémique    L'ESPRIT ET LE CŒUR    La leçon d'humilité    30e nouveau membre de l'Otan    Les règles de conformité fixées    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Pandémie Covid-19: the year after!    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cacophonie autour du projet de PV des réunions bilatérales.. Les syndicats renvoient la balle à Benghabrit
Publié dans Le Temps d'Algérie le 05 - 02 - 2019

Qui croire entre la ministre de l'Education nationale et les syndicats autonomes du secteur? Les deux parties se renvoient la balle, quant au dialogue resté au point mort et sans aucune avancée palpable, à même de projeter une stabilité dans les écoles.
Pour les syndicats autonomes, Nouria Benghabrit doit revoir sa copie avant de leur infliger le retard pris dans la prise en charge des problèmes. Depuis la wilaya de Bordj Bou-Arreridj où elle effectuait une visite de deux jours, la ministre a affirmé, lundi, qu'un projet de protocole d'accord a été proposé aux syndicats du secteur ayant trait à leurs propositions, et que son département était dans l'attente d'une réponse officielle. Ceci, bien que les syndicats avaient déjà expliqué que les réponses étaient en deçà des attentes. Une véritable cacophonie. Mais, «pas dans le camp des organisations syndicales », insiste Meziane Meriane. Le coordinateur national du Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest), joint hier par nos soins, estime que « s'il y a cacophonie, elle est dans le camp du ministère de l'Education ». « On a décidé de répondre collectivement et c'est déjà fait. Nous avons dit que suite à différentes réunions que nous avons tenues, on a l'impression que ceux qui ont rédigé le projet de Procès verbal ne sont pas ceux qui ont participé auxdites rencontres », précise notre interlocuteur. Il explique que ce dont ils avaient discuté et ce qui a été écrit dans le projet de PV, est « totalement différent ». Meriane s'étonne d'ailleurs qu'« il y a eu des réponses à des points qu'on n'a même pas soulevés». Plus encore, et concernant le point relatif au statut particulier discuté dans le cadre de la commission mixte pendant trois ans, la tutelle a précédemment répondu que « le texte était au niveau de la commission Ad hoc, qui est l'étape finale ». Paradoxalement, la semaine passée, les syndicats reçoivent, révèle Meriane, « une invitation pour le 6 février, afin de discuter des incohérences contenues dans le statut particulier ». « Soyons sérieux !», s'indigne-t-il, annonçant que « les syndicats n'iront pas » à la réunion d'aujourd'hui. Selon le coordinateur du Snapest, « ce qu'il faut, c'est d'aller profondément dans les réponses, et tracer un calendrier pour l'application des promesses lorsqu'il y en a ». Meziane Meriane regrette enfin que « la sincérité » des syndicats qui sont allés négocier, n'ait pas trouvé la considération du côté de la tutelle. Même regret chez Boualem Amoura, secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de l'éducation et des la formation (Satef). Pour lui, le problème de la ministre, « ce sont ses conseillers qui lui transmettent de fausses informations ». Amoura explique en effet, que son syndicat « lui a remis les réponses sur le projet de PV depuis le 24 janvier dernier ». Il s'agit de « six réserves », que le Satef a émises «sur la première page du même document », par rapport à ce qui a été arrêté dans la réunion, renvoyé donc à la tutelle. Ce n'est que lundi dans l'après-midi, affirme le syndicaliste, que le Satef a reçu un appel du ministère, lui demandant « de refaire les réserves sur du propre ». « On nous répond après 11 jours », se demande, surpris, Amoura. De plus, notre interlocuteur rejette le fait que Mme Benghabrit parle de réponse officielle. « Si remettre des réserves avec un cachet à l'un de ses conseillers n'est pas officiel, je ne sais pas comment peut-on continuer à travailler avec ces gens là », dénonce-t-il. Et de suggérer à la ministre de l'Education « de discuter d'abord avec ses conseillers ». Boualem Amoura reproche à la première responsable du secteur « de tenter par ses déclarations, de blâmer les syndicats, et leur faire porter le chapeau ». Mais cela n'ébranlera en rien leur détermination, puisqu'il insiste que l'intersyndicale des six organisations tiendra sa réunion à la mi-février, pour décider des suites à donner à la grève du 21 janvier. « Il y aura un autre plan de protestation », annonce-t-il d'ores et déjà.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.