Equinoxe 22    Interrogations autour des investissements étrangers    2e édition du salon du BTP    Le directeur persona non grata    Tunisie : La présidentielle est-elle jouée d'avance ?    Batelli renvoie Bouchar    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    ASO Chlef : Sursaut impératif devant le PAC    Les oncologues plaident pour le renforcement du dépistage    On adopte la règle du pollueur payeur    Aouinet El Foul : Des habitants non relogés ferment la route    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Championnat arabe des clubs: JSS-Al Shabab, aujourd'hui à 21h00 - Mission ardue pour les Sudistes    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    GALETTE ET PETIT-LAIT    Aïn Témouchent: Une tentative d'émigration clandestine déjouée    Deux fast-foods fermés à Cité Petit et Emir Khaled: 114 personnes intoxiquées après avoir consommé des sandwichs    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    Division nationale amateur - Centre: Le CRBT et le WRM sans partage    Environnement Une feuille de route pour l'économie circulaire sera lancée début octobre    Afin de consacrer l'indépendance de la magistrature : Amendement impératif et immédiat du cadre juridique    Ligue 2 (5e journée): L'O Médéa seule aux commandes, l'USMH coule    CHAN 2020, Algérie 0 - Maroc 0 : Peu audacieuse, l'Algérie se fait accrocher par le Maroc    Un procès hors normes    Les victimes protestent et réclament leur argent    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 6 octobre    Début de l'opération    Le marché pétrolier "équilibré, main incertain"    Le ministère s'explique    Le procès historique attendu par les Algériens    Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cacophonie autour du projet de PV des réunions bilatérales.. Les syndicats renvoient la balle à Benghabrit
Publié dans Le Temps d'Algérie le 05 - 02 - 2019

Qui croire entre la ministre de l'Education nationale et les syndicats autonomes du secteur? Les deux parties se renvoient la balle, quant au dialogue resté au point mort et sans aucune avancée palpable, à même de projeter une stabilité dans les écoles.
Pour les syndicats autonomes, Nouria Benghabrit doit revoir sa copie avant de leur infliger le retard pris dans la prise en charge des problèmes. Depuis la wilaya de Bordj Bou-Arreridj où elle effectuait une visite de deux jours, la ministre a affirmé, lundi, qu'un projet de protocole d'accord a été proposé aux syndicats du secteur ayant trait à leurs propositions, et que son département était dans l'attente d'une réponse officielle. Ceci, bien que les syndicats avaient déjà expliqué que les réponses étaient en deçà des attentes. Une véritable cacophonie. Mais, «pas dans le camp des organisations syndicales », insiste Meziane Meriane. Le coordinateur national du Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest), joint hier par nos soins, estime que « s'il y a cacophonie, elle est dans le camp du ministère de l'Education ». « On a décidé de répondre collectivement et c'est déjà fait. Nous avons dit que suite à différentes réunions que nous avons tenues, on a l'impression que ceux qui ont rédigé le projet de Procès verbal ne sont pas ceux qui ont participé auxdites rencontres », précise notre interlocuteur. Il explique que ce dont ils avaient discuté et ce qui a été écrit dans le projet de PV, est « totalement différent ». Meriane s'étonne d'ailleurs qu'« il y a eu des réponses à des points qu'on n'a même pas soulevés». Plus encore, et concernant le point relatif au statut particulier discuté dans le cadre de la commission mixte pendant trois ans, la tutelle a précédemment répondu que « le texte était au niveau de la commission Ad hoc, qui est l'étape finale ». Paradoxalement, la semaine passée, les syndicats reçoivent, révèle Meriane, « une invitation pour le 6 février, afin de discuter des incohérences contenues dans le statut particulier ». « Soyons sérieux !», s'indigne-t-il, annonçant que « les syndicats n'iront pas » à la réunion d'aujourd'hui. Selon le coordinateur du Snapest, « ce qu'il faut, c'est d'aller profondément dans les réponses, et tracer un calendrier pour l'application des promesses lorsqu'il y en a ». Meziane Meriane regrette enfin que « la sincérité » des syndicats qui sont allés négocier, n'ait pas trouvé la considération du côté de la tutelle. Même regret chez Boualem Amoura, secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de l'éducation et des la formation (Satef). Pour lui, le problème de la ministre, « ce sont ses conseillers qui lui transmettent de fausses informations ». Amoura explique en effet, que son syndicat « lui a remis les réponses sur le projet de PV depuis le 24 janvier dernier ». Il s'agit de « six réserves », que le Satef a émises «sur la première page du même document », par rapport à ce qui a été arrêté dans la réunion, renvoyé donc à la tutelle. Ce n'est que lundi dans l'après-midi, affirme le syndicaliste, que le Satef a reçu un appel du ministère, lui demandant « de refaire les réserves sur du propre ». « On nous répond après 11 jours », se demande, surpris, Amoura. De plus, notre interlocuteur rejette le fait que Mme Benghabrit parle de réponse officielle. « Si remettre des réserves avec un cachet à l'un de ses conseillers n'est pas officiel, je ne sais pas comment peut-on continuer à travailler avec ces gens là », dénonce-t-il. Et de suggérer à la ministre de l'Education « de discuter d'abord avec ses conseillers ». Boualem Amoura reproche à la première responsable du secteur « de tenter par ses déclarations, de blâmer les syndicats, et leur faire porter le chapeau ». Mais cela n'ébranlera en rien leur détermination, puisqu'il insiste que l'intersyndicale des six organisations tiendra sa réunion à la mi-février, pour décider des suites à donner à la grève du 21 janvier. « Il y aura un autre plan de protestation », annonce-t-il d'ores et déjà.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.