Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vacances avancées et fermeture des universités.. Forte mobilisation des enseignants et des étudiants
Publié dans Le Temps d'Algérie le 10 - 03 - 2019

Des assemblées générales d'étudiants se sont tenues dans plusieurs universités, à l'instar de celles de Bouira et de Mouloud Mammeri à Tizi Ouzou, pour décider des prochaines actions à entreprendre pour contrecarrer Hadjar.
La décision du ministre de l'Enseignement supérieur Tahar Hadjar d'avancer et de rallonger les vacances de printemps dans les universités de 26 jours n'a pas été pour plaire aux étudiants ni aux enseignants. Vécue comme une «provocation» et une tentative de «musellement de l'université algérienne», fortement mobilisée contre un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, les étudiants et leurs enseignants ont rejeté la décision de Hadjar. Des assemblées générales d'étudiants se sont tenues dans plusieurs universités, à l'instar de celles de Bouira et de Mouloud Mammeri à Tizi Ouzou, pour décider des prochaines actions à entreprendre pour contrecarrer Hadjar. L'annonce de la fermeture des résidences universitaires, du transport et de la restauration n'ont fait qu'accentuer le sentiment de mépris à l'encontre des étudiants. En réponse, plusieurs rassemblements ont été tenus dans l'enceinte universitaire au niveau national. D'autres ont choisi de sortir dans la rue et marcher pour exprimer leur inflexibilité et leur mobilisation contre une réélection de Bouteflika.
La première réaction à cette annonce a commencé sur les réseaux sociaux, où les étudiants et même les enseignants universitaires ont été nombreux à appeler à occuper les facultés. A l'USTHB de Bab Ezzouar, le plus grand campus d'Algérie, les étudiants se sont rassemblés hier matin pour protester contre la décision du ministre chargé du secteur. D'autres messages unanimes ont appelé à organiser des marches d'étudiants à travers tout le pays ce mardi 12 mars. Un nombre important d'étudiants a observé un rassemblement devant la Grande Poste à Alger. Le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES) a, par le biais d'un communiqué rendu public samedi soir, dénoncé «la décision unilatérale» prise la matinée par le ministère de tutelle concernant l'aménagement des vacances universitaires de printemps. Il est même allé jusqu'à appeler le ministre Tahar Hadjar à démissionner. D'autres enseignants, dont Louisa Ait Hamadouche, ont rendu public un communiqué.
Intitulé «Manœuvre malheureuse du ministère de l'Enseignement supérieur. Fermeture des universités pour empêcher la poursuite de la protestation», les signataires du document ont qualifié l'instruction de Hadjar d' «illégale». «Encore une fois, face à la protestation sans précédent des Algériens, les gouvernants se rendent coupables d'une décision illégitime en fermant les universités avant la date prévue pour les vacances universitaires», a-t-on écrit.
«Il s'agit d'une manœuvre obsolète, voire ridicule, à travers laquelle il montre son mépris pour la jeunesse de son pays et son aveuglement face à la maturité politique dont elle a fait preuve depuis le début du mouvement de protestation», a-t-on estimé. Le recteur de l'université de Tizi Ouzou et celui de l'université de Boumerdès ont pour leur part sévèrement critiqué cette décision surprise, en affirmant qu'ils ne la respecteront pas. La qualifiant d'anti-pédagogique, le recteur de l'université Mouloud Mammeri, le Pr Ahmed Tessa, s'est démarqué publiquement de la décision du MESRS d'avancer de façon unilatérale la date des vacances de printemps. Tessa a annoncé que «les enseignants et les étudiants de l'université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou poursuivront leurs programmes pédagogiques selon le calendrier initialement tracé afin de rattraper déjà le retard cumulé». Tessa a déclaré que «l'aspect pédagogique prime sur toute autre chose», indiquant qu'il réunira dès dimanche les doyens des facultés pour veiller au respect du calendrier initialement tracé.
L'ONOU fait machine arrière
Pour sa part, la direction des œuvres sociales s'est rétractée en annonçant que les prestations liées à l'hébergement, la restauration et le transport seront assurés pour les étudiants jusqu'à la date initiale de départ en vacances de printemps le 21 mars prochain en dépit de l'avancement de ce délai pour demain dimanche. Dans une note «urgente» diffusée sur sa page Facebook, cet organisme a annoncé que «la restauration et le transport continueront à être assurés».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.