Afin de mettre fin à la crise : "La tenue de l'élection présidentielle est primordiale" affirme Gaïd Salah    Justice : Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    Bensalah à l'occasion de la Journée nationale de l'étudiant : "La réussite de la transition exige d'immenses efforts de tous"    Réunion des membres du JMMC à djeddah : Engagement pour un marché équilibré du pétrole    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    La liste des arrestations toujours ouverte    Le mouvement populaire se mêle de tout    50.000 hectares accordés au groupe Haddad à El Bayadh récupérés    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    Un fléau politique    On prépare "l'électricité" estivale    Décantations, surdéterminations idéologiques, sous estimations sociologiques    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Les craintes d'un conflit toujours vives    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Y aura ou non une guerre au Venezuela ? : La grande question que tout le monde se pose en ce moment    12 jihadistes présumés tués dans des opérations de police    Les Palestiniens rejettent la conférence de Bahreïn    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Chettih fait les éloges de Cherrad    Ghoulam et Ounas retenus    Une tradition ramadhanesque pour resserrer les liens de fraternité    Le MCO veut refaire à l'USMA le coup de... 1983    Précisions de Miloud Iboud    Le pire a été évité    Trois ans pour le faussaire    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    Ils sont le "phénomène" de la protesta    La mascotte officielle dévoilée    Adrar : "Tekerkeba", un rite spécial Ramadhan encore préservé    Une expérience de jazz algéro-polonais    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    La nouvelle scène Chaâbi continue d'animer Alger    Hausse de 7 % au 1er trimestre 2019    Appel à la démission de Mouad Bouchareb    Le Barça n'avait jamais laissé le Real aussi loin derrière    Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    Constantine et Skikda : Les universitaires célèbrent le 19 Mai dans la rue    Les étudiants marchent dans des rues quadrillées    Réflexion et débats au programme à Oran    Le NAHD dans tous les esprits    Manœuvres saoudiennes et émiraties    Cheveux d'ange au miel    Tajine malsouka au poulet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger paralysée par la grève.. Des activistes appellent à la raison
Publié dans Le Temps d'Algérie le 10 - 03 - 2019

Alger a vécu, hier, au premier jour de l'appel à une grève générale de cinq jours, une journée peu habituelle. La capitale était pratiquement paralysée : la majorité des commerces et magasins ont baissé rideau, les transports étaient quasiment à l'arrêt et même les structures administratives étaient perturbées. Les établissements scolaires, notamment les lycées, étaient également désertés. Les lycéens ont organisé des rassemblements et des marches dans plusieurs circonscriptions (Dely Brahim, Rouiba, Réghaïa, Alger-centre…) avec des slogans hostiles au cinquième mandat.
Un grand rassemblement a eu lieu au niveau de la Grande Poste sous les mêmes mots d'ordre : non au cinquième mandat et non au système politique. Un impressionnant dispositif de police est déployé dans le centre d'Alger. La zone industrielle de Rouiba a été paralysée et les travailleurs ont organisé une marche, sillonnant les artères de la ville. Dans toutes les circonscriptions, les magasins étaient en majorité fermés. La psychose de ces derniers jours a fait que les commerces, notamment les boucheries et les alimentations générales, ont été pris d'assaut par les citoyens, en prévision de la grève annoncée. Le premier jour de cette «désobéissance civile» a suscité l'inquiétude de plus d'un. Si les appels à la grève dans plusieurs secteurs d'activité sont assumés par les syndicats, qui expliquent que la grève fait partie de la dynamique contre le cinquième mandat, en revanche, les appels à fermer les magasins et les commerces ne trouvent pas de justifications valables. Sur les réseaux sociaux d'où sont lancés les appels, ce mot d'ordre est loin de faire l'unanimité. Nombreux sont les d'activistes qui ont exprimé leur opposition aux appels à la grève et à la désobéissance civile.
C'est une manière de casser la dynamique extraordinaire qui s'exprime dans les rues et de créer des tensions entre citoyens, qui risquent de compromettre la formidable mobilisation de toute l'Algérie contre le projet du cinquième mandat. Pour eux, c'est le meilleur service à rendre au système en lui donnant l'occasion de reprendre l'initiative. Si la mobilisation inédite et historique des trois derniers vendredis a donné une image très positive du peuple algérien, cette désobéissance civile risque de lui porter l'estocade. L'ancien député du FFS, Hamou Didouche, a dénoncé les appels à la désobéissance. «Je le dis, et j'assume publiquement, cette grève générale, et pour 5 jours, apportera malheureusement plus de dégâts que de ce qui est théoriquement recherché dans une conjoncture délicate et du devoir d'harmonie et de comportement citoyen renforçant la cohésion sociale», a-t-il écrit. Il estime que «fermer boutique pendant 5 jours d'affilée signifie réduire grandement les espaces sociaux et de sociabilité, d'échanges entre citoyens en tout genre.
Ni les commerçants et autres opérateurs divers n'en bénéficieront, encore moins les citoyens qui seront sanctionnés en premier lieu, et ceci joue, apparemment, à créer des tensions à la longue et perturbera, à coup sûr les liens de cohésion au moment où celle-ci doit être renforcée, étant en pleine Révolution populaire pacifique et porteuse de tous les espoirs de changement réel». Pour lui, cet appel à 5 jours de grève est d'origine douteuse. «Le doute sur le pouvoir ou toute autre officine traître pour casser la dynamique citoyenne pour le changement. 5 jours de grève, c'est comme ces coupures d'internet empêchant les échanges entre les citoyens», a-t-il soutenu. D'autres activistes comme Kamel Daoud proposent d'observer une journée de grève par semaine, le mardi, en plus des vendredis des marches populaires. En tout cas, ces appels à la désobéissance ne sont pas pour arranger les choses et peuvent ne pas servir la mobilisation générale contre le cinquième mandat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.