Mouloudia d'Alger : Fin de mission pour Bernard Casoni    Retraite: rachat des années pour les jeunes recrutés dans le cadre du DAIP    APN: adoption du projet de loi relatif au placement des travailleurs et au contrôle de l'emploi    Présidentielle: marches de soutien dans plusieurs régions, des contestations dans des villes du Centre du pays    1.000 comprimés psychotropes saisis et 8 individus arrêtés à El-Harrach    PRESIDENTIELLE : L'équipe de l'ENTV violement agressée à Lyon    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Reprise aujourd'hui du procès des anciens responsables    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Fin de la campagne électorale des candidats    Gaïd Salah: l'Algérie tracera sa voie avec des pas "constants"    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    Coupe d'Algérie de Football : tirage au sort mardi, la succession du CRB ouverte    OGC Nice: Atal absent au moins 4 mois    Addis-Abeba rapatrie 840 de ses ressortissants d'Arabie Saoudite    Des anciens de «Boko Haram» achèvent un programme de déradicalisation    Le PAD appelle à intensifier la mobilisation    "Le pays est comme un avion sans pilote"    Mihoubi renouvelle ses promesses électorales    Doncic égale un record de Jordan et Dallas étrille New Orleans    Mellal : "Il nous faut un avant de pointe"    Examen du projet de la loi de finances sous haute tension    Plusieurs communes paralysées à Bordj Bou-Arréridj    Les enseignants du primaire divisés sur la poursuite de la contestation    Mesbah Mohand-Ameziane s'en est allé    ...sortir...    La fonction miroitante de la poésie    Trois films algériens primés au Festival d'Al Qods    Tosca ouvre la saison de la Scala de Milan, dernière «Première» pour Pereira    Gregory Dargent : "Mon travail se veut poétique et non folklorique"    L'élection présidentielle scellera la rupture avec l'ancien système, affirme la presse oranaise    Belmadi : «Algérie-France ? Le dossier est entre les mains des deux présidents !»    JSK: Rien de grave pour Addadi    On vous le dit    Naciria : Deux personnes tuées par le monoxyde de carbone    Abdelrahmi Bessaha. Economiste, expert international : «La corruption est une force formidable de blocage du progrès économique et social»    Sahara occidental : La Fondation Kennedy félicite Aminatou Haidar pour son prix Nobel alternatif    Deux morts et six blessés dans un carambolage    Bouira: Les prix des viandes, fruits et légumes flambent    A l'exception de quelques wilayas du centre: La grève générale très peu suivie    Tlemcen: Le nouveau port régional de pêche bientôt opérationnel    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Automibile : Les enjeux économiques de la nouvelle polémique sur les SUV    Pétrole : Le prix monte après les annonces de l'Opep    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger paralysée par la grève.. Des activistes appellent à la raison
Publié dans Le Temps d'Algérie le 10 - 03 - 2019

Alger a vécu, hier, au premier jour de l'appel à une grève générale de cinq jours, une journée peu habituelle. La capitale était pratiquement paralysée : la majorité des commerces et magasins ont baissé rideau, les transports étaient quasiment à l'arrêt et même les structures administratives étaient perturbées. Les établissements scolaires, notamment les lycées, étaient également désertés. Les lycéens ont organisé des rassemblements et des marches dans plusieurs circonscriptions (Dely Brahim, Rouiba, Réghaïa, Alger-centre…) avec des slogans hostiles au cinquième mandat.
Un grand rassemblement a eu lieu au niveau de la Grande Poste sous les mêmes mots d'ordre : non au cinquième mandat et non au système politique. Un impressionnant dispositif de police est déployé dans le centre d'Alger. La zone industrielle de Rouiba a été paralysée et les travailleurs ont organisé une marche, sillonnant les artères de la ville. Dans toutes les circonscriptions, les magasins étaient en majorité fermés. La psychose de ces derniers jours a fait que les commerces, notamment les boucheries et les alimentations générales, ont été pris d'assaut par les citoyens, en prévision de la grève annoncée. Le premier jour de cette «désobéissance civile» a suscité l'inquiétude de plus d'un. Si les appels à la grève dans plusieurs secteurs d'activité sont assumés par les syndicats, qui expliquent que la grève fait partie de la dynamique contre le cinquième mandat, en revanche, les appels à fermer les magasins et les commerces ne trouvent pas de justifications valables. Sur les réseaux sociaux d'où sont lancés les appels, ce mot d'ordre est loin de faire l'unanimité. Nombreux sont les d'activistes qui ont exprimé leur opposition aux appels à la grève et à la désobéissance civile.
C'est une manière de casser la dynamique extraordinaire qui s'exprime dans les rues et de créer des tensions entre citoyens, qui risquent de compromettre la formidable mobilisation de toute l'Algérie contre le projet du cinquième mandat. Pour eux, c'est le meilleur service à rendre au système en lui donnant l'occasion de reprendre l'initiative. Si la mobilisation inédite et historique des trois derniers vendredis a donné une image très positive du peuple algérien, cette désobéissance civile risque de lui porter l'estocade. L'ancien député du FFS, Hamou Didouche, a dénoncé les appels à la désobéissance. «Je le dis, et j'assume publiquement, cette grève générale, et pour 5 jours, apportera malheureusement plus de dégâts que de ce qui est théoriquement recherché dans une conjoncture délicate et du devoir d'harmonie et de comportement citoyen renforçant la cohésion sociale», a-t-il écrit. Il estime que «fermer boutique pendant 5 jours d'affilée signifie réduire grandement les espaces sociaux et de sociabilité, d'échanges entre citoyens en tout genre.
Ni les commerçants et autres opérateurs divers n'en bénéficieront, encore moins les citoyens qui seront sanctionnés en premier lieu, et ceci joue, apparemment, à créer des tensions à la longue et perturbera, à coup sûr les liens de cohésion au moment où celle-ci doit être renforcée, étant en pleine Révolution populaire pacifique et porteuse de tous les espoirs de changement réel». Pour lui, cet appel à 5 jours de grève est d'origine douteuse. «Le doute sur le pouvoir ou toute autre officine traître pour casser la dynamique citoyenne pour le changement. 5 jours de grève, c'est comme ces coupures d'internet empêchant les échanges entre les citoyens», a-t-il soutenu. D'autres activistes comme Kamel Daoud proposent d'observer une journée de grève par semaine, le mardi, en plus des vendredis des marches populaires. En tout cas, ces appels à la désobéissance ne sont pas pour arranger les choses et peuvent ne pas servir la mobilisation générale contre le cinquième mandat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.