Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    Belfodil dans l'équipe type de la 30e journée    Le Nasr Es-senia vise la Ligue 2 à court terme    Ll'Algérie se plus chère sélection africaine présente en phase finale    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    Semaine de la critique riche en premiers films    Après Bouteflika, Gaïd-Salah : ces incorrigibles professionnels du « soutien »    Rassemblement des souscripteurs aux 200 LPA    Le discours de Gaïd Salah revu et corrigé    L'indépendance de la justice en question    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Le CC du FLN finit en queue de poisson    Les Belouizdadis visent la finale    Mellal, en "président" populaire du MCO    Pour "la primauté du politique sur le militaire"    Des habitants de la Casbah protestent devant la wilaya    Washington menace ses alliés    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Les étudiants toujours mobilisés    Mascara: Ils dépouillaient les voitures    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Les marchés couverts non exploités gérés par l'entreprise du marché de gros: La priorité aux jeunes activant dans l'informel    Oran : Les avocats marchent contre le système    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Tabbou fidèle à ses positions    Barbari Kheiredine seul candidat    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Le parcours de la 5e édition détaillé    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Un humoriste comédien à la tête de l'Ukraine    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    La solidarité en perspective du Ramadhan    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Collectif d'aide à la micro-entreprise et ADE de Tizi Ouzou.. Promoteurs et travailleurs dans la rue
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 03 - 2019

Après la «phénoménale» marche qui a eu lieu avant-hier, au niveau des quatre coins du pays dont la capitale de Djurdjura, les jeunes porteurs de projets dans le cadre des différents dispositifs d'aide à l'emploi de jeunes (Ansej, Angem, Andi, Cnac) de la wilaya de Tizi-Ouzou, et les travailleurs de l'Unité de l'Algérienne des Eaux (ADE) de ladite wilaya, sont sortis dans la rue pour exprimer leur ras-le-bol devant les décisions prises par l'actuel système, notamment celle du prolongement du 4e mandat de Bouteflika. Ils demandent le départ immédiat de ce «système» qui, d'après eux, est «à l'origine du mépris du peuple dans ses droits fondamentaux». Ainsi, ils demandent l'édification d'une Algérie prospère, libre et démocratique, où il y aura l'égalité des chances.
En effet, des milliers de promoteurs porteurs de projets affiliés au Collectif d'aide à la micro-entreprise (CAME) de Tizi-Ouzou ont marché, hier, dans les rues du Centre-ville des Genêts, avec le même mot d'ordre : «le départ du système et rien de plus». Une protestation qui entre dans le cadre de la continuité du mouvement de protestation déclenché le 22 février dernier. Les jeunes promoteurs brandissaient des pancartes et des banderoles tout au long de leur marche, qui s'est ébranlée du portail de Hasnaoua jusqu'au monument des 22.000 martyrs du centre-ville, sur lesquelles ils ont répondu aux tentatives des pouvoirs publics, visant à casser leur mobilisation contre la «ruse» de Bouteflika. Ils criaient haut et fort «On n'est pas à vendre. Nous sommes une partie intégrante de ce peuple digne et combattant. Pouvoir dégage». Les protestataires ont pointé du doigt le pouvoir en place, qui est à l'origine de la précarité qui ronge le secteur de l'entreprenariat en Algérie. Plusieurs jeunes promoteurs venus des autres wilayas du pays, en l'occurrence ceux de Béjaia et de M'Sila, ont pris part à cette protestation, et ont décidé de battre le pavé pour dénoncer le maintien des gouvernants qui ne veulent aucunement quitter le pouvoir. Ils rejettent les prises de décisions de Bouteflika, annoncées dans sa lettre adressée au peuple lundi dernier, qu'ils estiment d'«anti-constitutionnelles». «L'Algérie doit passer avant toute autre considération. Nous voulons le départ de ce système et des instances qui sont à sa tête, qui sont à l'origine de ce chaos que traverse notre chère Algérie», dira le président de la CAME de Béjaïa.
Les marcheurs ont précisé que leur objectif par la tenue de cette marche, c'est d'arriver à l'édification d'un pays plus prospère, qui permettra au peuple de travailler dignement et de s'exprimer librement, mais surtout une Algérie où il y aura l'égalité des chances ; c'est l'ultime revendication des protestataires qui ont marché dans le calme et dans fraternité. Par ailleurs, des centaines de travailleurs de l'Unité de l'Algérienne des Eaux (ADE) de Tizi-Ouzou, qui ont décidé de battre le pavé pour rejoindre la voix du peuple et dire «non» au prolongement du 4e mandat de Bouteflika. Ainsi, ils expriment le retrait de leur confiance au président de la section patronale de l'Union générale des travailleurs algériens (Ugta), Sidi Saïd, qu'ils ont qualifié de «vendeur de la cause des travailleurs pour l'intérêt du patronat». «Non à la privatisation des entreprises nationales» : tel est le slogan porté par les marcheurs, qui appellent Sidi Saïd à se retirer définitivement de cette entité syndicale, créée pour défendre les droits des travailleurs et non pas pour les piétiner. «Nous dénonçons la gestion de cet homme qui a trahi les causes des travailleurs», ont-ils lancé.
Ils ont rendu un humble hommage au fondateur de l'Ugta, Aïssat Idir, qui a tant donné pour défendre cette section syndicale. «Aïssat Idir et Ben Hammouda ont défendu l'Ugta, mais Sidi Saïd a sali l'image de cette section», regrettent-ils. Les protestataires ont affiché leur détermination à «rester dans la rue jusqu'à la dernières goutte de leur sang», dira le SG de l'Ugta au niveau de l'ADE de Tizi-Ouzou. «Nous ne voulons plus du prolongement de ce système qui perdure depuis l'indépendance du pays. Barakat, Basta», tout en appelant leurs collègues de l'ADE du territoire national de rejoindre les rangs de la protesta.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.