Ménès : "La déclaration de Le Graet sur Benzema est déplacée"    Qualifs CAN 2021 : Le Sénégal enchaine bien face à l'Eswatini    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dévoile son programme électoral    SONATRACH : Kamel-Eddine Chikhi prend ses fonctions    CAMPAGNE ELECTORALE : Les médias signent la charte d'éthique    ORAN : Une marche de soutien à l'élection présidentielle    SIDI BEL ABBES : 30083 doses de vaccin antigrippal remises aux établissements de santé    Karaté/Coupe de France 2019 l'Algérienne Inès Abid en or    Sahara occidental: grande manifestation en Espagne contre la déclaration de Madrid    Des averses de pluie, parfois orageuses, annoncées au Centre et à l'Ouest du pays    Diabète : 5% seulement des diabétiques ont besoin de médicaments innovants    Syrie: les USA s'efforcent de faire obstacle aux négociations entre le gouvernement et les Kurdes    CHU d'Oran : 100 cas d'intoxications aiguës aux pesticides enregistrés annuellement    Iran: 40 arrestations durant les manifestations contre le prix de l'essence    Marches populaires à Aokas et à Kherrata    20 morts dans une attaque contre un village    Manifestation pour le départ du Premier ministre    RCD : "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié"    Entrée en service avant fin 2019 de l'Agence nationale pour le développement de la numérisation    La planche du naufrage !    Mellal : "La JSK aura besoin d'Al-Tubal en championnat"    Le Mouloudia pour oublier la dernière déconvenue    Les douze premiers qualifiés à l'Euro-2020    Ronaldo veut un 100e but, une qualif' et une revanche    La grande improvisation    «L'usine RAP a respecté tous ses engagements»    Le MNEA se mobilise    La France va revoir sa politique des visas    9 morts et 14 blessés en 48 heures    Le saviez-vous… ?    César Manrique, l'homme qui a fait de Lanzarote une œuvre d'art    Grande affluence aux Journées de la chanson bédouine et de la poésie populaire    Accord de partenariat pour l'entretien des sites archéologiques    16e édition de Dimajazz : inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    Le débat sur l'Islam est une provocation politique    Début officiel de la campagne présidentielle aujourd'hui : Les candidats sur un «terrain miné»    Alors que Trump fait le cavalier seul, l'UE doit-elle s'allier à la Chine ?    Iran : Découverte d'un énorme gisement de pétrole, quel avenir pour son développement ?    Intempéries: De nombreux dégâts déplorés à Béjaïa    Oran Le projet de la "gestion intégrée des déchets ménagers" en débat    Liga: Villarreal - Atlético Madrid ne se jouera pas à Miami    Boumerdes Un projet de jumelage signé entre la wilaya et la province chinoise de Hainan    Chine La Chine porte un coup dur à la première puissance économique européenne    Bolivie: La sénatrice Jeanine Añez se proclame présidente par intérim, Morales dénonce "un coup d'Etat"    Liban: Un nouveau gouvernement après huit mois de blocage    2e Journée d'Art Contemporain de Carthage : 57 artistes à "L'Internationale à l'Œuvre"    10e Fica : Remise des prix aux lauréats et hommage à Moussa Haddad    Cinéma : "Yuli" et "Karma" projetés à l'avant dernier jour du FICA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Collectif d'aide à la micro-entreprise et ADE de Tizi Ouzou.. Promoteurs et travailleurs dans la rue
Publié dans Le Temps d'Algérie le 16 - 03 - 2019

Après la «phénoménale» marche qui a eu lieu avant-hier, au niveau des quatre coins du pays dont la capitale de Djurdjura, les jeunes porteurs de projets dans le cadre des différents dispositifs d'aide à l'emploi de jeunes (Ansej, Angem, Andi, Cnac) de la wilaya de Tizi-Ouzou, et les travailleurs de l'Unité de l'Algérienne des Eaux (ADE) de ladite wilaya, sont sortis dans la rue pour exprimer leur ras-le-bol devant les décisions prises par l'actuel système, notamment celle du prolongement du 4e mandat de Bouteflika. Ils demandent le départ immédiat de ce «système» qui, d'après eux, est «à l'origine du mépris du peuple dans ses droits fondamentaux». Ainsi, ils demandent l'édification d'une Algérie prospère, libre et démocratique, où il y aura l'égalité des chances.
En effet, des milliers de promoteurs porteurs de projets affiliés au Collectif d'aide à la micro-entreprise (CAME) de Tizi-Ouzou ont marché, hier, dans les rues du Centre-ville des Genêts, avec le même mot d'ordre : «le départ du système et rien de plus». Une protestation qui entre dans le cadre de la continuité du mouvement de protestation déclenché le 22 février dernier. Les jeunes promoteurs brandissaient des pancartes et des banderoles tout au long de leur marche, qui s'est ébranlée du portail de Hasnaoua jusqu'au monument des 22.000 martyrs du centre-ville, sur lesquelles ils ont répondu aux tentatives des pouvoirs publics, visant à casser leur mobilisation contre la «ruse» de Bouteflika. Ils criaient haut et fort «On n'est pas à vendre. Nous sommes une partie intégrante de ce peuple digne et combattant. Pouvoir dégage». Les protestataires ont pointé du doigt le pouvoir en place, qui est à l'origine de la précarité qui ronge le secteur de l'entreprenariat en Algérie. Plusieurs jeunes promoteurs venus des autres wilayas du pays, en l'occurrence ceux de Béjaia et de M'Sila, ont pris part à cette protestation, et ont décidé de battre le pavé pour dénoncer le maintien des gouvernants qui ne veulent aucunement quitter le pouvoir. Ils rejettent les prises de décisions de Bouteflika, annoncées dans sa lettre adressée au peuple lundi dernier, qu'ils estiment d'«anti-constitutionnelles». «L'Algérie doit passer avant toute autre considération. Nous voulons le départ de ce système et des instances qui sont à sa tête, qui sont à l'origine de ce chaos que traverse notre chère Algérie», dira le président de la CAME de Béjaïa.
Les marcheurs ont précisé que leur objectif par la tenue de cette marche, c'est d'arriver à l'édification d'un pays plus prospère, qui permettra au peuple de travailler dignement et de s'exprimer librement, mais surtout une Algérie où il y aura l'égalité des chances ; c'est l'ultime revendication des protestataires qui ont marché dans le calme et dans fraternité. Par ailleurs, des centaines de travailleurs de l'Unité de l'Algérienne des Eaux (ADE) de Tizi-Ouzou, qui ont décidé de battre le pavé pour rejoindre la voix du peuple et dire «non» au prolongement du 4e mandat de Bouteflika. Ainsi, ils expriment le retrait de leur confiance au président de la section patronale de l'Union générale des travailleurs algériens (Ugta), Sidi Saïd, qu'ils ont qualifié de «vendeur de la cause des travailleurs pour l'intérêt du patronat». «Non à la privatisation des entreprises nationales» : tel est le slogan porté par les marcheurs, qui appellent Sidi Saïd à se retirer définitivement de cette entité syndicale, créée pour défendre les droits des travailleurs et non pas pour les piétiner. «Nous dénonçons la gestion de cet homme qui a trahi les causes des travailleurs», ont-ils lancé.
Ils ont rendu un humble hommage au fondateur de l'Ugta, Aïssat Idir, qui a tant donné pour défendre cette section syndicale. «Aïssat Idir et Ben Hammouda ont défendu l'Ugta, mais Sidi Saïd a sali l'image de cette section», regrettent-ils. Les protestataires ont affiché leur détermination à «rester dans la rue jusqu'à la dernières goutte de leur sang», dira le SG de l'Ugta au niveau de l'ADE de Tizi-Ouzou. «Nous ne voulons plus du prolongement de ce système qui perdure depuis l'indépendance du pays. Barakat, Basta», tout en appelant leurs collègues de l'ADE du territoire national de rejoindre les rangs de la protesta.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.