L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Abdelaziz Belaïd officiellement partant    Le clan de Djemaï ne cède pas les commandes    Des acteurs de la révolution du 22 février tentent de s'organiser    Imminent changement à la tête des médias publics    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Vers la fermeture de l'usine Renault    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Le GSP (Dames) et le CRBBA (Messieurs) sacrés    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Le labyrinthe    Le wali délégué de Draâ Errich installé    Grave incendie dans une école primaire    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Deux foires commerciales ravagées par les flammes    Sit-in des souscripteurs AADL    Découverte d'une microplantation de cannabis    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    ...sortir ...sortir ...sortir ...    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Les maires de Béjaïa tournent le dos au scrutin    Béjaïa : Les manifs continuent    Procès de Louisa Hanoune : L'Alternative démocratique réclame sa «relaxe»    Indices    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Coupe arabe : La JS Saoura prépare Al Shabab    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    FAF - Frais d'engagement des clubs: Délai prolongé jusqu'au 31 décembre    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'Algérie à la croisée des chemins : Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Google Pixel 4 et Pixel 4 XL attendus pour la mi-octobre    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Horreur à Oum El-Bouaghi    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur
Publié dans Le Temps d'Algérie le 18 - 03 - 2019

Depuis la libéralisation de la filière de l'aviculture, un nombre impressionnant de poulaillers ou d'unités avicoles ont vu le jour dans la wilaya de Chlef. Nombre d'entre eux ne sont pas déclarés. En effet, l'activité clandestine d'élevage et d'abattage de volaille a littéralement explosé ces dernières années, au niveau des différents marchés de la wilaya. Dans les zones reculées, les hangars et autres locaux de fortune qui tiennent lieu d'élevages et d'abattoirs de poulets de chair poussent comme des champignons. D'après des sources sûres, des milliers de poulets en moyenne sont égorgés chaque jour au niveau des différents hangars de fortune qui essaiment un peu partout, et ce, en violation de toutes les règles d'hygiène et de salubrité. Outre la viande issue de ces abattoirs non contrôlée par un vétérinaire est donc interdite à la consommation sur le plan légal, l'impact sur l'environnement de cette activité a atteint le voyant rouge.
Les poulets sont abattus et vendus clandestinement dans des conditions d'hygiène déplorables sans certificat du vétérinaire et sans respecter les délais d'attente pour que les poulets “purgent” les produits chimiques (médicaments, vaccins, hormones de croissance, etc.) qu'ils ont ingurgité, ce qui représente un énorme danger pour les consommateurs lesquels au lieu de consommer des volailles saines trouvent dans leur assiette des poulets “bourrés” de produits chimiques qui sont stockés essentiellement dans les abats, le foie notamment et les muscles. La filière avicole, malgré son importance et son lien direct avec la santé publique, ne bénéficie pas de l'attention et des contrôles stricts qui s'imposent. L'engouement pour cette viande trouve son origine dans leurs prix abordables pour les bourses moyennes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.