Participation croissante dans les centres de vote des wilayas de l'Ouest    20 individus à Relizane et 6 à Guelma arrêtés pour entrave à l'opération de vote    A l'issue de sa première conférence de presse Un dialogue pour prospecter les défis du moment et du futur    Les engagements du nouveau Président    Les Etats-Unis "pressés de travailler avec Tebboune"    Un député allemand : " L'Europe dépend fortement des importations du gaz, et un accord avec la Russie est raisonnable "    Bourses européennes : L'Europe termine en hausse, soutenue par l'accord USA-Chine    MARCHES FINANCIERS Rebond de la livre sterling après la victoire de Boris Johnson    OPPO annonce le lancement de smartphones 5G au premier trimestre 2020    Volkswagen suspend sa production en Algérie    À quoi joue Macron ?    La Russie s'exprime sur l'éléction de Tebboune    Législatives au Royaume-Uni: Boris Johnson remporte une large majorité    Le ton est monté lors du sommet au format Normandie Moscou en explique la raison    Boko Haram : Entre attaques et enrôlements forcés au Caméroun    Manchester City: Guardiola souhaite "rester"    Canoë-Kayak - Championnat arabe : L'Algérie prend la 2e place    Tournoi féminin de l'UNAF (U-21) : L'Algérie débutera face à l'Egypte    Littérature : Parution :    SAISON CULTURELLE 2019-2020 À AIN TEMOUCHENT Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Barcelone : le prix de Jean-Clair Todibo est fixé    MOSTAGANEM : Démantèlement d'un dangereux gang de dealers    Une nouvelle Constitution pour une "nouvelle République" (Président élu )    CANADA : Un Algérien tue sa femme et ses deux enfants    L'ONU réaffirme ses responsabilités envers le peuple sahraoui et son droit inaliénable à l'autodétermination    VENTE D'APPAREILS DE CHAUFFAGE CONTREFAITS SANS CERTIFICAT DE GARANTIE : Plus de 11 commerçants verbalisés à Oran    Lutte contre la contrebande : 5 individus arrêtés au sud du pays    Mers Eddadjadj à Zemmouri Marine: un site archéologique à revaloriser    L'Algérien Oukidja, remis de sa commotion cérébrale, opérationnel face à Marseille    Les travaux de réfection de la pelouse avancent bien, selon la FAF    Bureaux de vote saccagés à Bordj Bou-Arréridj    Bounedjah : "Terminer la saison 2019 en beauté"    Plus de mille dossiers Cnac et Ansej traités en 2019    Houda Ferraoune n'a pas voté    Le documentaire Nice Very Nice en compétition au Sénégal    …sortir ...sortir ...sortir ...    Le président américain dans la tourmente : Dernier cap franchi avant un probable renvoi de Trump en procès    CNR de Bordj Bou Arréridj : Les effets de la retraite proportionnelle    MCA : Betrouni «Sakhri doit assumer ses responsabilités»    Tebboune remercie les Algériens pour la confiance placée en sa personne    Avec 58,15% des voix: Tebboune élu président    Jugeant disproportionnée sa part des produits fiscaux perçus: La commune d'Oran veut tirer plus de profit de la fiscalité locale    Tébessa: Un lot supplémentaire de 1.400 logements    Mascara: Saisie de boissons alcoolisées, deux mandats de dépôt    Projet de traduction des plus importants écrits    Le combat de Zahia Ziouani    Djelfa : Culture du safran à Djelfa, une expérience concluante pour le jeune Abderrahmane Khelili    Tissemsilet : Manifestations du 11 décembre 1960 : réinhumation des restes du chahid Bennai Omar à Theniet El Had    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mers El Kébir : L'abattage clandestin de volaille bat son plein
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 03 - 2015

L'activité clandestine d'élevage et d'abattage de volaille a littéralement explosé ces dernières années à Mers El-Kébir, localité connue pour être l'une des principales sources d'approvisionnement en viandes blanches de tout le marché oranais et bien au-delà.
Les hangars et autres locaux de fortune qui tiennent lieu d'élevages et d'abattoirs de poulets de chair poussent comme des champignons dans le bassin versant de Dada Youm (ex-Sainte Clotilde) et du lieu dit Aïn Khedidja. Selon des informations concordantes, un total de près de mille poulets en moyenne sont égorgés chaque jour au niveau des différents hangars de fortune qui essaiment le versant de Mers El-Kébir, et ce, en violation de toutes les règles d'hygiène et de salubrité. Avec toutes les graves conséquences auxquelles sont exposés les habitants, des centaines de kilogrammes d'abats et autres déchets sont ainsi abandonnés par ces pseudo-aviculteurs dans les abords immédiats de ces hameaux. Outre la viande non contrôlée par un vétérinaire -et donc interdite à la consommation sur le plan légal- issue de ces abattoirs, l'impact sur l'environnement de cette activité « souterraine» a atteint le voyant rouge. En effet, faute d'incinérateur comme l'exige la réglementation relative à l'abattage de volaille, les ordures générées par l'activité, comme les déchets organiques résultant de l'éviscération des poulets, les cadavres des poussins, les restes d'aliments de volaille et autres produits biochimiques, sont jetées en pleine nature, le plus souvent en rase campagne, sur la bordure même de la route qui serpente dans la montagne en reliant le petit village de Sainte Cotilde au fort Santa Cruz, l'une des bifurcations du CW 44 qui débouche sur la corniche supérieure. Outre le fait que ces dépotoirs sauvages dégagent une odeur pestilentielle qui rend l'air quasi irrespirable pour les riverains et les passants, ces décharges représentent un danger pour la santé des habitants en raison du risque de transmission de maladies via les chiens errants et les moutons et autres vaches qui s'y nourrissent ainsi que la contiguïté de ces dépôts d'ordures avec les nappes phréatiques et les puits d'où s'approvisionnent en eau une bonne partie de ses habitants, des fermiers pour la plupart.
Ceci dit, cela ne veut pas dire pour autant que les autorités ferment l'œil sur ces infractions, puisque les services combinés de DCP/Gendarmerie nationale opèrent souvent des opérations coup-de-poing contre ces abattoirs informels, qui se soldent par des saisies de matériel et de marchandise, assorties de poursuites en justice pour exercice d'activité agricole sans registre de commerce ni agrément des services vétérinaires relevant de la DSA. De son côté, l'APC de Mers El-Kébir, par la voie du responsable du service d'hygiène, nous a affirmé que « la commune va ester en justice cinq éleveurs clandestins, après les avoir mis en demeure à deux reprises», précisant que «les mis en cause exercent cette activité au niveau de Haï Dada Youm (ex-Sainte Clotilde), Haï Hansali (ex-Longs-Champs) et le lieu dit Aïn Khdidja, et ce, sans aucun papier et au mépris total des règles d'hygiène et sans aucun savoir-faire en aviculture. » Ainsi l'abattage de poulets en dehors des circuits officiels, c'est-à-dire des abattoirs, dans la région de Mers El-Kébir, est loin d'être enrayé. Devant ce phénomène qui se généralise de plus en plus aux quatre coins de la localité, les riverains sont montés au créneau, ces derniers jours, pour dénoncer «le laisser-aller « des différents services habilités à rappeler à l'ordre ces bouchers de fortune qui ne respectent aucune règle d'hygiène. Les services compétents de wilaya sont saisis par des citoyens pour intervenir et mettre fin à cet état de fait qui n'a que trop duré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.