Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    Kherrata, une convergence et des messages    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    Le coq d'El-Biar et la diplomate italienne !    FFS : menace sur la cohésion du parti    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    Vers un nouveau choc pétrolier ?    Google développe un économiseur de batterie    Le MWC 2020 sera-t-il déserté, des annulations à cause du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une instance présidentielle, une période de transition de six mois et un rôle pour l'Armée.. La feuille de route de l'opposition
Publié dans Le Temps d'Algérie le 24 - 03 - 2019

Comme toutes les initiatives déjà posées sur la scène politique, les présents à la rencontre tenue au siège du Front pour la justice et le développement (FJD-El Adala) d'Abdallah Djaballah, suggèrent le retrait du président Abdelaziz Bouteflika à la fin de son mandat et la mise en place d'une période de transition.
Des partis et des personnalités de l'opposition ont adopté hier une feuille de route visant à sortir le pays de la crise actuelle au moment où les manifestations populaires pour le départ du régime se poursuivent pour la cinquième semaine de suite. Comme toutes les initiatives déjà posées sur la scène politique, les présents à la rencontre tenue au siège du Front pour la justice et le développement (FJD-El Adala) d'Abdallah Djaballah, suggèrent le retrait du président Abdelaziz Bouteflika à la fin de son mandat et la mise en place d'une période de transition. Etaient présents Ali Benflis, président de Talaie El Hourriyet, Tahar Benbaibèche, président du parti El Fadjr, Mohamed Saïd du PLJ et Noureddine Bahbouh de l'UFDS, en plus de Mohand Arezki Ferrad, ancien député du FFS ainsi que des figures de l'ex-FIS dissous dont Ali Djeddi et Kamel Guemazi. Beaucoup de participants lors de précédentes réunions, à l'image de Mohcine Belabbas du RCD, Abderrezak Makri du MSP, Louisa Hanoune du PT ainsi que l'avocat Mostepha Bouchachi, l'ancien diplomate Abdelaziz Rahabi et les deux anciens chefs de gouvernement Sid Ahmed Ghozali et Ahmed Benbitour ont, par contre, brillé par leur absence. Après avoir décidé de baptiser ces concertations de «Forces du changement pour le triomphe du choix du peuple», les participants ont appelé le peuple algérien «à poursuivre son mouvement», tout en restant «vigilant» contre ce qu'ils qualifient de «tentatives d'infiltration, d'étouffement et de contournement de ses revendications». Dans un communiqué, les partis et personnalités de l'opposition affirment avoir adopté à l'issue de cette rencontre la proposition d'«une feuille de route pour une solution politique». Ce plan trouve son cadre dans «la légitimité populaire» contenue dans l'article 7 de la Constitution. Article qui stipule, faut-il le rappeler, que «le peuple est la source de tout pouvoir. La souveraineté nationale appartient exclusivement au peuple». L'application de cette feuille de route se fera «après l'expiration du mandat présidentiel en cours», proposent ses initiateurs. Quant aux étapes de cette solution, elles se résument en «l'instauration d'une période de transition de courte durée, lors de laquelle les prérogatives du président sortant seront transférées à une instance présidentielle». L'instance présidentielle sera composée, précise-t-on dans le communiqué, «de personnalités nationales crédibles, honnêtes et compétentes, adoptant les revendications du peuple et qui s'engagent à ne pas se porter candidats lors de la prochaine élection». S'agissant de ses prérogatives, ce sera celles d'un chef de l'Etat et aura pour mission seulement de «nommer un gouvernement de compétences nationales pour la gestion des affaires courantes, mettre en place une commission nationale indépendante d'organisation des élections et enfin réviser la loi électorale de façon à garantir des élections libres et transparentes». Pour les délais de l'application de ce plan de sortie de crise, l'opposition propose que ce soit limité «à six mois». En parallèle, l'institution de l'Armée nationale populaire (ANP) est appelée à jouer le rôle de «répondre aux revendications du peuple et contribuer à les satisfaire dans le cadre du respect de la volonté populaire», soutiennent les participants. Enfin, ces derniers se sont mis d'accord pour poursuivre les consultations autour des étapes supplémentaires en vue d'arracher les revendications du peuple, et concernant les mécanismes à même d'atteindre cet objectif, tout en se disant disposés à étudier d'autres propositions. Les partis et personnalités de l'opposition réunis n'ont pas manqué de dénoncer «la campagne» du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, à travers les pays étrangers, visant, selon eux «à porter atteinte à la révolte populaire pacifique et à contourner ses revendications».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.