Le RAJ dénonce l'interpellation de Fersaoui Abdelouhab    Le ministre de l'Energie défend le projet de loi sur les hydrocarbures à partir de Sidi Bel Abbès    Lutte contre les infections nosocomiales à Tizi-Ouzou: manque d'information et disparité entre les secteurs public et privé    Prise d'otages en cours à Tabia (Sidi Bel Abbès)    Les explications de l'Autorité de régulation    L'Algérie ne s'est pas encore prononcée    Pour un moratoire sur les lois relatives aux secteurs sensibles    Viré pour avoir… loué la révolution du sourire    Retrait de 1 000 soldats américains du nord de la Syrie    Merkel somme Erdogan d'arrêter son agression    Présidentielle en Tunisie : l'universitaire Kais Saied large vainqueur devant Nabil Karoui    Maya    Que décidera la CD/LFP ?    Les joueurs, en grève, décident de boycotter toutes les compétitions    Algérie-France discuté mardi à Lille    Imposantes manifestations contre le projet    Les parlementaires au banc des accusés    «Une détection précoce pour soigner et surtout limiter les séquelles liées aux traitements»    Des citoyens du village socialiste Guelta Zerga ferment la RN8    La campagne de vaccination retardée    Soirée cinéma avec le film "Ici, on noie les Algériens"    "Visages d'Algérie", exposée à Chambéry    La DG de la radio exige des résumés des émissions    Musique symphonique-festival: Belles prestations des ensembles de Tchéquie, d'Egypte et de France    ACTUCULT    Election présidentielle : Sortie de crise ou confirmation de l'impasse ?    Trois citoyens relaxés par le tribunal de Sidi Bel Abbès    Pas d'activités politiques pour les militaires à la retraite    MC Oran : Montagnes russes pour El Hamri    CA Bordj Bou Arréridj : Le contrat de Chaouchi résilié    EN : Les Verts se sont entrainés après leur arrivée à Lille    CR Belouizdad : Le Chabab s'empare du fauteuil de leader    Deux morts sur les routes en 48 heures    Visas Schengen: Le centre VFS Global d'Alger privé d'Internet    Tribune - Pourquoi la Turquie a mené le combat en Syrie ?    Conseil des ministres: Les militaires qui quittent l'armée ne peuvent faire de politique qu'après 5 ans    Alger: Le wali suspend les maires de Beni Messous et de Gué de Constantine    Tlemcen: Programme chargé pour le ministre de l'Intérieur en visite aujourd'hui    Une première: Les Espagnols déplacent leur fête nationale à Oran    Situation en Syrie: L'Algérie réitère son refus "catégorique" de l'atteinte à la souveraineté des Etats    Algérie/Nigeria : Le président nigérian appelle à une coopération énergétique accrue avec l'Algérie    Chine-USA : Ce qu'il faut retenir de l'accord commercial partiel Chine-Etats-Unis    Présidence de la République: Le Conseil des ministres approuve plusieurs projets de lois dont celles des finances 2020 et des hydrocarbures    Investissement : Le FCE soutient fortement la révision de la règle 51/49    34e Festival du cinéma " Entrevues de Belfort " : Les films "Abou Leila" et "143 rue du désert" en compétition    La romancière et politique française Aurélie Filipetti : " L'éducation artistique, un parcours durable    Le quitus du Conseil des ministres    Amendement du code de procédure pénale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





les partis et la Démission du chef de l'Etat.. Des réactions mitigées
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 04 - 2019

La démission du Chef de l'Etat a fait l'unanimité parmi les partis politiques, et même parmi ceux qui étaient dans un passé récent ses alliés. Les principaux partis de l'alliance, à savoir le FLN, le RND et le TAJ, ont tourné le dos à leur candidat à l'élection d'avril 2019 pour suivre la direction du vent. Ces partis, qui étaient autrefois les serviteurs du chef de l'Etat, ont décidé de suivre le Hirak, exigeant le départ du système. D'une position à une autre, ils ont perdu toute crédibilité parmi le peuple algérien. Considérés comme des pions entre les mains du pouvoir, ces partis sont appelés, eux aussi, à plier bagage et à dégager. Après le dépôt de la démission du chef de l'Etat auprès du conseil constitutionnel, les partis de l'alliance ont salué cette décision, assurant que c'était la meilleure solution pour éviter une crise. Le RND d'Ahmed Ouyahia, l'ex-chef du Gouvernement a, pour sa part, qualifié la décision de Bouteflika d'un soulagement pour le parti, ainsi que pour tout le peuple.
Louant la position de l'armée nationale populaire qui a contribué à trouver cette solution constitutionnelle, le RND a soutenu l'application des articles 7, 8 et 102 de la constitution, pour assurer la stabilité et la sécurité du pays. Considéré comme la deuxième puissance activant sur la scène politique, le RND a immédiatement changé ses propos, après la démission de son secrétaire générale du gouvernement. Alors qu'il vouait une obéissance inconditionnelle au chef de l'Etat, le RND a soutenu le mouvement populaire, et appelé ce dernier à déposer sa démission. De son coté, le Front national de libération nationale (FLN), premier parti politique en Algérie, a estimé que la crise a commencé avec la désignation de Bouteflika comme candidat à l'élection présidentielle. «Nous le remercions d'avoir écouté la volonté du peuple. Nous saluons aussi vivement le message du chef d'état- major, Gaid Salah, qui s'est rallié avec les revendications du mouvement populaire», a déclaré Hocine Kheldoune, porte-parole du parti.
S'exprimant au sujet de la période de transition, le porte-parole du FLN a estimé qu'il faut trouver une solution à la fois constitutionnelle et consensuelle, soulignant qu'il est prêt à accompagner toutes les mesures constitutionnelles et politiques qui seront mises en place dans les semaines qui suivent. Pour sa part, le TAJ d'Amar Ghoul a salué lui aussi, dans un communiqué de presse, la décision du président, tout en estimant le travail fourni par ce dernier durant toutes ces années. «TAJ salue le rôle joué par l'armée lors de cette période sensible», a-t-il écrit. En outre, le MPA d'Amara Benyounes a souhaité que cette transition soit apaisée, et débouche sur une élection présidentielle libre et transparente, pour l'instauration de la nouvelle République à laquelle aspire légitimement le peuple algérien. Qualifiant de sage la décision du chef de l'Etat, il a salué le travail accompli par ce dernier au cours de ces vingt dernières années.
L'opposition charge le clan Boutef
Certes, le président est parti, cependant, son clan ne veut pas lâcher prise. Désormais, toute personne impliquée dans l'opération du viol de la constitution, en 2008 et pour le quatrième mandat, doit partir avec Bouteflika, indique le président du RCD, Mohcine Belabbas, sur sa page Facebook. «Ça suffit des faux départs», lance-t-il. Dans un communiqué, le chef du RCD a assuré que «c'est la mobilisation populaire et pacifique qui a fait capoter les feuilles de route successives, agréées pourtant par le système dans tous ses démembrements».L'opposition qui, depuis 1999 n'a cessé de réclamer son départ, est aujourd'hui aussi présente en force. Ali Benflis, le président de Talaie El Hourriyet, a affirmé que la démission du président Bouteflika représente l'épilogue affligeant de deux décennies d'un immense gâchis. Pour lui, les «premiers pas de la sortie de l'impasse politique, institutionnelle et constitutionnelle viennent d'être faits, mais le chemin de la refondation et de la reconstruction reste encore long». Sur ce chemin, a-t-il conclu, «il y a encore des bombes à retardement que l'ancien régime et ses alliés extra-constitutionnels se sont ingéniés à multiplier, et qu'il s'agit maintenant de désamorcer les unes après les autres».
En outre, le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrezak Makri, a accusé Bouteflika, son frère et toute sa bande, d'être responsables de tous les évènements qui ont eu lieu avant sa démission. «Les images diffusées sur la Télévision, lors du dépôt de sa démission, montrent que c'était lui qui dirigeait et gérait les choses, le cachet de la présidence était en sa possession, et qu'il était responsable de tous les évènements qui ont eu lieu avant sa démission», souligne-t-il. Par ailleurs, le parti des travailleurs a estimé que la démission du président de la république ne saura, à elle seule, constituer l'issue positive. «Tout responsable qui a participé activement à la répression des libertés démocratiques, doit partir». «C'est la condition pour une véritable refondation politique, institutionnelle nationale consacrant la souveraineté du peuple», souligne le PT.
Le FFS considère pour sa part, dans un communiqué rendu public que «La démission du chef de l'Etat faisant suite à un ultimatum du chef de l'Etat-major de l'armée, signe l'épilogue de vingt années d'un système totalitaire et mafieux». Pour le plus vieux parti de l'opposition, qui a commenté les déclarations de Gaid Salah estime que ce dernier qui «espère s'adjuger indûment le titre de sauveur de la révolution algérienne, ne peut nous faire oublier qu'il avait soutenu tous les coups de force électoraux, qu'il avait validé les violations de la constitution». Il soutiendra que «l'armée algérienne devra jouer son rôle exclusif qui est la noble mission de protéger l'intégrité territoriale du pays, de veiller à la sauvegarde de la cohésion sociale et à l'unité du peuple algérien».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.