CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    OL : Slimani s'enflamme pour Rayan Cherki    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    Plusieurs maisons menacent effondrement    Droit d'inventaire vs changement de serrures    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





les partis et la Démission du chef de l'Etat.. Des réactions mitigées
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 04 - 2019

La démission du Chef de l'Etat a fait l'unanimité parmi les partis politiques, et même parmi ceux qui étaient dans un passé récent ses alliés. Les principaux partis de l'alliance, à savoir le FLN, le RND et le TAJ, ont tourné le dos à leur candidat à l'élection d'avril 2019 pour suivre la direction du vent. Ces partis, qui étaient autrefois les serviteurs du chef de l'Etat, ont décidé de suivre le Hirak, exigeant le départ du système. D'une position à une autre, ils ont perdu toute crédibilité parmi le peuple algérien. Considérés comme des pions entre les mains du pouvoir, ces partis sont appelés, eux aussi, à plier bagage et à dégager. Après le dépôt de la démission du chef de l'Etat auprès du conseil constitutionnel, les partis de l'alliance ont salué cette décision, assurant que c'était la meilleure solution pour éviter une crise. Le RND d'Ahmed Ouyahia, l'ex-chef du Gouvernement a, pour sa part, qualifié la décision de Bouteflika d'un soulagement pour le parti, ainsi que pour tout le peuple.
Louant la position de l'armée nationale populaire qui a contribué à trouver cette solution constitutionnelle, le RND a soutenu l'application des articles 7, 8 et 102 de la constitution, pour assurer la stabilité et la sécurité du pays. Considéré comme la deuxième puissance activant sur la scène politique, le RND a immédiatement changé ses propos, après la démission de son secrétaire générale du gouvernement. Alors qu'il vouait une obéissance inconditionnelle au chef de l'Etat, le RND a soutenu le mouvement populaire, et appelé ce dernier à déposer sa démission. De son coté, le Front national de libération nationale (FLN), premier parti politique en Algérie, a estimé que la crise a commencé avec la désignation de Bouteflika comme candidat à l'élection présidentielle. «Nous le remercions d'avoir écouté la volonté du peuple. Nous saluons aussi vivement le message du chef d'état- major, Gaid Salah, qui s'est rallié avec les revendications du mouvement populaire», a déclaré Hocine Kheldoune, porte-parole du parti.
S'exprimant au sujet de la période de transition, le porte-parole du FLN a estimé qu'il faut trouver une solution à la fois constitutionnelle et consensuelle, soulignant qu'il est prêt à accompagner toutes les mesures constitutionnelles et politiques qui seront mises en place dans les semaines qui suivent. Pour sa part, le TAJ d'Amar Ghoul a salué lui aussi, dans un communiqué de presse, la décision du président, tout en estimant le travail fourni par ce dernier durant toutes ces années. «TAJ salue le rôle joué par l'armée lors de cette période sensible», a-t-il écrit. En outre, le MPA d'Amara Benyounes a souhaité que cette transition soit apaisée, et débouche sur une élection présidentielle libre et transparente, pour l'instauration de la nouvelle République à laquelle aspire légitimement le peuple algérien. Qualifiant de sage la décision du chef de l'Etat, il a salué le travail accompli par ce dernier au cours de ces vingt dernières années.
L'opposition charge le clan Boutef
Certes, le président est parti, cependant, son clan ne veut pas lâcher prise. Désormais, toute personne impliquée dans l'opération du viol de la constitution, en 2008 et pour le quatrième mandat, doit partir avec Bouteflika, indique le président du RCD, Mohcine Belabbas, sur sa page Facebook. «Ça suffit des faux départs», lance-t-il. Dans un communiqué, le chef du RCD a assuré que «c'est la mobilisation populaire et pacifique qui a fait capoter les feuilles de route successives, agréées pourtant par le système dans tous ses démembrements».L'opposition qui, depuis 1999 n'a cessé de réclamer son départ, est aujourd'hui aussi présente en force. Ali Benflis, le président de Talaie El Hourriyet, a affirmé que la démission du président Bouteflika représente l'épilogue affligeant de deux décennies d'un immense gâchis. Pour lui, les «premiers pas de la sortie de l'impasse politique, institutionnelle et constitutionnelle viennent d'être faits, mais le chemin de la refondation et de la reconstruction reste encore long». Sur ce chemin, a-t-il conclu, «il y a encore des bombes à retardement que l'ancien régime et ses alliés extra-constitutionnels se sont ingéniés à multiplier, et qu'il s'agit maintenant de désamorcer les unes après les autres».
En outre, le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrezak Makri, a accusé Bouteflika, son frère et toute sa bande, d'être responsables de tous les évènements qui ont eu lieu avant sa démission. «Les images diffusées sur la Télévision, lors du dépôt de sa démission, montrent que c'était lui qui dirigeait et gérait les choses, le cachet de la présidence était en sa possession, et qu'il était responsable de tous les évènements qui ont eu lieu avant sa démission», souligne-t-il. Par ailleurs, le parti des travailleurs a estimé que la démission du président de la république ne saura, à elle seule, constituer l'issue positive. «Tout responsable qui a participé activement à la répression des libertés démocratiques, doit partir». «C'est la condition pour une véritable refondation politique, institutionnelle nationale consacrant la souveraineté du peuple», souligne le PT.
Le FFS considère pour sa part, dans un communiqué rendu public que «La démission du chef de l'Etat faisant suite à un ultimatum du chef de l'Etat-major de l'armée, signe l'épilogue de vingt années d'un système totalitaire et mafieux». Pour le plus vieux parti de l'opposition, qui a commenté les déclarations de Gaid Salah estime que ce dernier qui «espère s'adjuger indûment le titre de sauveur de la révolution algérienne, ne peut nous faire oublier qu'il avait soutenu tous les coups de force électoraux, qu'il avait validé les violations de la constitution». Il soutiendra que «l'armée algérienne devra jouer son rôle exclusif qui est la noble mission de protéger l'intégrité territoriale du pays, de veiller à la sauvegarde de la cohésion sociale et à l'unité du peuple algérien».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.