Le pacte de l'alternative démocratique s'organise    Le Président préside un Conseil des ministres    Baptême de feu international pour Tebboune    Les Verts pour terminer premiers    70 % des cas subissent une amputation    Une centaine de harraga ont pris le large vers l'Italie !    Vers l'interdiction du téléphone portable dans les écoles algériennes !    Conférence internationale sur la Libye: arrivée du président Tebboune à Berlin    A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Ould Abbès plaide la folie    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    FFS : la réconciliation compromise ?    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    Large vague d'indignation    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mobilisation contre le système à Alger.. Les manifestations réprimées
Publié dans Le Temps d'Algérie le 10 - 04 - 2019

Cette fois-ci, les policiers ne sont pas allés de main morte, ils répriment les protestataires, qu'ils soient étudiants, enseignants, travailleurs…
La répression contre les manifestants s'accentue. Depuis les premières heures de la journée, plusieurs centaines de policiers ont barricadé les alentours de la capitale, pour empêcher les manifestants de marcher contre le pouvoir. Un déploiement exceptionnel qui rappelle les premiers jours du mouvement populaire, quand le pouvoir avait hésité à utiliser la force. Ces deux derniers jours, les policiers n'ont pas lésiné sur les moyens, pour stopper les centaines de protestataires déployés dans les principales rues d'Alger-Centre. Grenades au gaz lacrymogène, canon à eau, interpellation des passants… Cette fois-ci, les policiers ne sont pas allés de main morte, ils répriment les protestataires, qu'ils soient étudiants, enseignants, travailleurs… Face à un système qui ne veut pas lâcher prise se trouve un peuple décidé à mettre un terme à un règne qui dure depuis quelques décennies. Le départ du président sortant, Abdelaziz Bouteflika, n'a rien changé pour l'instant, car le flambeau a été transmis aux mêmes gens du système rejeté par la rue.
C'est donc Bensalah qui conduira la transition durant les 90 jours de transition comme chef de l'Etat par intérim, et Bedoui chef du gouvernement, deux personnalités très impopulaires. Depuis le départ de l'ex-président de la république, la mobilisation du peuple ne fait que s'accroître. Désormais, le peuple veut le départ des quatre «B» (Belaiz, Bedoui, Bouchareb et Bensalah), ainsi que l'application des articles 07 et 08 de la constitution, comme l'avait préconisé le chef d'état-major, vice-ministre de la défense, Ahmed Gaïd Salah, dans ses précédents discours. Hier, une marée humaine a envahi les rues de la capitale pour scander le départ du pouvoir. Etudiants, enseignants, syndicalistes et travailleurs ont dénoncé dans leurs slogans, la répression qu'ils subissent. «Système dégage !», «Bensalah Dégage !», des slogans hostiles scandés par plusieurs centaines de personnes, pour réclamer le départ des symboles de cette bande qui continue à piller le pays, même au bord de la faillite. Toute la journée d'hier, policiers et manifestants s'affrontaient.
A travers les principales rues de la capitale, à l'instar de Hassiba Benbouali, Mauritania, Maurice Audin, 1er mai, les gens marchaient pacifiquement contre le système. Appelant Gaïd Salah à tenir ses promesses sur l'application des deux articles 07 et 08, les manifestants ont exprimé leur volonté de changer le système actuel. Pour faire face à cette forte mobilisation, les policiers ont sorti les grands moyens. Ils ont, a ce propos, sévèrement brutalisé les manifestants pour les empêcher de se rassembler dans un seul endroit, et la Place Audin a été interdite d'accès aux passants. Confisquant les téléphones mobiles à la place 1er mai, des centaines de policiers ont utilisé la force pour barrer la route aux manifestants qui cherchent à rejoindre le mouvement populaire. Les forces de l'ordre ont, en outre, interpellé des syndicalistes rassemblés devant le siège de l'Union générale des travailleurs pour exiger le départ d'Abdelmadjid Sidi Saïd, le patron de la centrale syndicale. L'injustice dont ont fait preuve ces policiers contre les syndicalistes a fortement déplu aux citoyens, qui ont tenté par tous les moyens d'empêcher les interpellations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.