Handball / CAN-2020: l'Algérie bat l'Angola (32-27) et prend la 3e place    Coronavirus: le ministère de la Santé appelle à l'impératif respect des mesures préventives    Douanes algériennes : plus de 1000 milliards da de taxes et droits perçus en 2019    Algérie-Turquie: œuvrer ensemble à la concrétisation des conclusions de la Conférence de Berlin sur la Libye    Algérie-Turquie: création d'un Conseil de coopération de haut niveau    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Le dossier de Karim Tabbou transféré en correctionnel    MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur reçu par le président de la République    MOUVEMENT DANS LES CORPS DES WALIS : Le président Tebboune procède à un nouveau changement    Une bactérie dans le camembert Tassili    ASPHYXIEE AU MONOXYDE DE CARBONE : Une femme décède à Beni Messous    Les entretiens Tebboune-Erdogan élargis aux membres des deux délégations    Une réplique d'une magnitude de 3,3 enregistrée à Jijel (CRAAG)    Accidents de la circulation: 9 morts et 46 blessés en 24 heures    Une agence nationale du numérique pour la fin du semestre en cours    Alliés pour tuer le progrès !    Pour une conférence nationale indépendante    Première apparition publique de Lyes Fakhfakh    Les forces gouvernementales se rapprochent d'un objectif-clé    Le bilan du raid contre une base américaine en Irak s'alourdit    Irak : le pouvoir déterminé à mater la révolution    La Banque Casher de la souffrance !    Les actes qui "tuent" les promesses    L'USMA manquait d'armurerie !    Nabil Alloune et Ilyas Lahouazi devant le procureur aujourd'hui    Les hirako-sceptiques et le moral du peuple    Déception des uns, réticences des autres…    La production en hausse, les pénuries subsistent    Les meilleures plantes pour purifier et désenflammer le côlon    La Fémis accueillera un cinéaste algérien pour son université d'été    "Les Algériens ignorent pour la plupart l'histoire de leur pays"    Des ahmadis convoqués par la justice    Le dégoût de l'Europe    Ligue 2 (16e j): le WA Tlemecen rejoint l'O. Médéa en tête du classement    26e opération de relogement : La première étape a concerné plus de 200 familles    En bref    Transfert : Benzia en négociation avec Dijon    Assemblée Générale Extraordinaire du COA : Les cinq membres «exclus» remplacés    Real : La réponse de Zidane à Le Graët    Les procès de l'année 2019 sans aucun effet    Il fera escale les 18 et 19 février prochain: Le salon itinérant de l'étudiant s'internationalise    Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme: Près de 1.500 nouveaux cas de cancer en 2019     Suscitant une polémique franco-française: Macron compare la guerre d'Algérie à la shoah    Zetchi réitére sa confiance envers Belmadi    Un document relatant les ères historiques successives    Interland de Google apprend aux enfants à repérer les fake news    Microsoft propose un mash-up Minecraft Toy Story    Comme l'ombre d'un doute…    Le rendez-vous de toutes les surprises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rejet des décisions du chef de l'état.. Imposante marche des étudiants
Publié dans Le Temps d'Algérie le 02 - 04 - 2019

Dès les premières heures de la journée d'hier, plusieurs centaines d'étudiants ont marché à travers tout le territoire national, pour rejeter les décisions prises par le chef de l'état, notamment la nomination du nouveau gouvernement.
Au lendemain de l'annonce du président de la République de démissionner avant le 28 avril, un flot d'étudiants est sorti dans les rues pour déclamer le changement du système politique. Dès les premières heures de la journée d'hier, plusieurs centaines d'étudiants ont marché à travers tout le territoire national, pour rejeter les décisions prises par le chef de l'état, notamment la nomination du nouveau gouvernement. Pour ces jeunes, le changement doit se faire sans attendre. «Tout le clan des corrompus doit lâcher les rênes du pays !». Cela, sans parler de la revendication principale du peuple algérien. La pression populaire continue et les appels au départ du système se multiplient. Les étudiants qui, depuis le début du Hirak tiennent un rôle très important, sont décidés à tenir tête au pouvoir corrompu jusqu'à la concrétisation de leurs revendications. En effet, la présence des étudiants a été fortement remarquée depuis le 22 février dernier. La mobilisation des étudiants ne faiblit pas. Chaque mardi, ils occupent les grandes artères d'Alger pour transmettre leur avis et ce, en étant même en vacance. Les étudiants ont décidé de ne pas tourner le dos au mouvement populaire pendant leurs vacances de printemps.
Ces jeunes étudiants sont sortis par centaines, scander des slogans hostiles contre le système. Dans les rues principales de la capitale, la voix de ces jeunes résonnait, pour un seul mot d'ordre : «système dégage !». Très disciplinés, les étudiants dénonçaient à tue-tête le régime et ses opportunistes, qui veulent «enfoncer davantage le pays dans la corruption». «C'est notre pays à nous, dégagez !», «Le peuple est le seul décideur !», «tous les mangeures de Kachir doivent partir !», ont-ils scandé à gorge déployée. De Didouche Mourad à la Grande Poste, en passant par la place Maurice Audin, ces jeunes ont affirmé qu'entre le pouvoir et le peuple, il n'existe aucune confiance. «Ni Gaïd Ni Saïd, c'est le peuple qui décide !», «Gaïd Salah dégage !», disaient-t-ils à gorge déployée, en réponse à la proposition du chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah, concernant l'application des articles 07, 08 et 102.
La proposition du chef d'état-major, qui a été fortement saluée par les personnalités les plus connues du pays, ne semble pas faire l'unanimité chez les algériens. La nomination du nouveau gouvernement a aussi provoqué la colère des étudiants, qui appelaient au départ de Bedoui ainsi qu'à son nouveau gouvernement. Pour eux, le nouveau Gouvernement doit être composé par des personnes technocrates du peuple, et non par des corrompues. «L'étudiant n'est pas heureux !», «L'Algérie n'est pas une monarchie !», ont scandé en masse les jeunes universitaires, sous les regards des policiers dispatchés sur les points stratégiques de la capitale. En outre, un important dispositif des forces anti-émeutes a été déployé au niveau de la Place Audin et le Boulevard Mohamed V pour contenir la foule furieuse. Par ailleurs, d'autres manifestants, notamment les huissiers de justice et les notaires, se sont rassemblés au niveau de la Grande Poste pour exiger le départ du système.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.