Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Marche à Boumerdès.. Le combat ne fait que commencer
Publié dans Le Temps d'Algérie le 05 - 04 - 2019

La protesta ne faiblit toujours pas à Boumerdès, en ce premier vendredi sans Bouteflika. «Le combat ne fait que commencer», lit-on sur une pancarte arborée par un manifestant. «Le peuple a réussi de déboulonner Bouteflika, mais le système demeure. C'est maintenant qu'on doit faire attention, afin qu'ils partent tous et ne passent pas à leurs plans machiavéliques, pour mettre main basse sur la révolution populaire qu'ils veulent détourner par tous les moyens», lance Rabah, un militant associatif venu marcher en compagnie de sa famille. «l'Algérie traverse une période très sensible, où des clans dans les hautes sphères de l'Etat s'entredéchiren,t et d'autres cellules dormante veulent faire peur aux Algériens de retour brutal de l'islamisme», a-t-il enchaîné, avant d'évoquer les cas d'agression à l'encontre de certaines jeunes filles et de militantes féministes à Alger, le vendredi dernier. Et d'ajouter : «aujourd'hui, je suis sorti avec ma petite famille pour démontrer que l'Algérie est une démocratie plurielle, et que l'exclusion n'a pas de place ici.
Car, l'exclusion ne fait que profiter au tenants actuels du pouvoir en place.» 14h20 : des groupes de personnes commencent à se rassembler au centre-ville de Boumerdès. Des dizaines d'autres groupes arrivent avec des emblèmes amazighs et nationaux. 14h40, la marche fut entamée à partir de lieudit Madaure, en plein centre-ville de l'ex-rocher noir. La procession humaine a arpenté les rues de l'indépendance, de la maison de la culture et le 11 décembre 1961, scandant des slogans hostiles au gouvernement Bédoui. Des banderoles et pancartes sur lesquelles on pouvait lire des slogans réclamant le départ de système entier, de Bédoui, de Belaïz et de Bensalah, ont été arborées par les manifestants, femmes, hommes, jeunes, enfants et âgés. Une dame, la quarantaine d'année s, a écrit sur une pancarte : «M.Bédoui, votre gouvernement est semblable à celui du Carnaval fi dechra, partez».
Une dame accompagnée de son fils, a arboré une pancarte sur laquelle on pouvait lire : «Pour un Etat de droit, justice indépendante, presse libre, meilleure éducation et justice sociale». Sur une autre banderole, des manifestants pressent Gaïd Salah d'activer les articles 07 et 08 de la Constitution. Au cours de la marche, les manifestants scandaient : «Echaâb, El Jeïch Khaoua, khaoua, l'armée et le peuple doivent juger la mafia. Sur une pancarte, Saïd Bouteflika et Bensalah, menottés, les manifestants réclament leurs têtes et demandent l'édification d'une République basée sur les principes du 1er novembre 1954». Aucun incident n'a été enregistré durant cette marche, où même des handicapés moteurs y ont pris part, réclamant le départ de la mafia qui a ruiné le pays et a exclu même les couches défavorisées d'une vie digne de ce nom. A l'heure où nous mettons sous presse, les marcheurs continuent d'arpenter les rues de Boumerdès, alors que dans d'autres localités, à l'exemple de Naciria, Bordj Ménaeïl et Isser ainsi que Dellys, plusieurs manifestants ont marché pour la République et contre le système en place.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.