Crash d'un avion militaire: Le Président Tebboune observe une minute de silence à la mémoire des deux pilotes    Le Président Tebboune : développer les capacités de l'ANP face aux défis sécuritaires dans les pays voisins    «Le hirak a réussi à s'émanciper du culte du zaïm»    Les walis appelés à prendre des mesures urgentes pour améliorer les conditions de vie des citoyens    Algérie-Libye: le renforcement de la coopération économique soulignée lors d'un forum d'affaires    VENTE DU LAIT EN SACHET : Bras de fer entre le ministre du Commerce et les distributeurs    ANNULATION DE VOLS A CAUSE DU CORONAVIRUS : Air Algérie dément    ALGER : Saisie de 1,7 milliard de centimes en faux billets    CORONAVIRUS : Tebboune ordonne le rapatriement des ressortissants algériens à Wuhan    LA WILAYA ENREGISTRE DES RETARDS DANS LES RACCORDEMENTS : Le gaz de ville, une priorité absolue à Oran    Palestine: le rejet du plan de paix américain pour le Proche-Orient s'intensifie    Médéa : campagne de sensibilisation aux accidents de la route    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    La CAT a saisi l'ITF    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur»    Kaci-Saïd : "Le MCA devait négocier le transfert de Bendebka"    Foot/ Ligue 1 (JS Kabylie): le Tunisien Yamen Zelfani nouvel entraîneur    Abdelkader Ouali soupçonné de lourdes affaires de corruption    Un protocole à la tête du client ?    Le retrait militaire américain du Sahel inquiète Paris    Le successeur d'Al-Baghdadi menace de s'attaquer à Tel-Aviv    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    Emploi et formation en Algérie : Opportunités et défis de la révolution numérique    Cinq DG depuis le début du hirak    Plan d'action du gouvernement : Le Conseil des ministres se réunira la semaine prochaine    Cancer du sein: 3800 femmes bénéficient d'un dépistage précoce à Biskra    Installation du Comité algérien de soutien et de fraternité avec le peuple libyen    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Ciné-club à Bejaïa : Nadia Zouaoui raconte «l'islam de (son) enfance»    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tébessa: La journée de la douane    L'Arba: Saisie de plus de 3.200 comprimés psychotropes    L'après Berlin et la crise libyenne    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    Il y a de l'eau dans le gaz !    BONBONS ET CARAMELS    Accords d'association avec l'UE et de la zone de libre-échange arabe: L'Algérie a mal négocié    Mostaganem: 35 personnes, dont un ex-wali et 11 cadres, accusés dans des affaires de corruption    Deuxième place pour Reguigui    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    Le gouvernement dément la mort de manifestants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'artiste peintre Faiçal Barkat.. «L'art numérique fait du tort à l'art traditionnel»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 04 - 2019

Trente tableaux. Soi trente bonnes raisons d'aller voir la première exposition de Faiçal Barkat, venu spécialement de Biskra. Un artiste certes autodidacte, mais qui n'a rien à envier aux diplômés des écoles d'art. Grâce à son talent, un don qui exige le respect, le jeune artiste a littéralement fasciné les algérois. Intitulée «Lumière de Biskra», son exposition est à découvrir jusqu'au 30 avril courant à la galerie d'art Aïcha-Haddad à Alger. Dans cet entretien, Faiçal Barkat nous parle de ses inspirations et de ses ambitions.
Entretien réalisé par : Sara Boualem
Le Temps d'Algérie : «Lumière de Biskra» est votre première exposition individuelle. Pourquoi Biskra ?
Faiçal Barkat : Même si elle n'est pas ma ville natale (né à M'Sila et arrivé à 12 mois à Biskra), Biskra est ma ville de cœur. En plus de la bonté et générosité de ses habitants, ses paysages et ses lumières me fascinent. Les prises de vues y sont incroyables. Du coup, j'ai tenu à l'immortaliser dans un travail artistique qui me ressemble. Aussi, j'ai voulu faire connaître la wilaya de Biskra à ceux qui ne la connaissent pas. Alors que certaines personnes ayant visité Biskra m'ont dit reconnaître des villages et autres endroits que j'ai peints, d'autres m'ont dit que cette exposition leur a donné envie de visiter cette ville.
Deux parties composent votre exposition : une dédiée à l'habitat traditionnel de la ville et l'autre consacrée à ses paysages naturels. Comment s'est fait le choix de ces lieux ?
Exact, en une trentaine de tableaux, j'ai tenu à restituer aux visiteurs des pans du patrimoine bâti de la ville des Zibans ainsi que ses paysages naturels. Pourquoi l'habitat ? Car il est en déclin. Son état se détériore et le constat est alarmant. C'est un patrimoine qui disparaît sous nos yeux. Certains anciens villages (bâtis en terre) de la ville étaient dans un état de délabrement désastreux, et aujourd'hui malheureusement, ils n'existent plus… En outre, pour toutes ces raisons, et faute de restaurations adéquates, j'ai décidé de peindre ces sites de façon à conserver une trace du moins immatérielle. J'ai donc choisi de peindre les vieux villages de Mchounèche, ce qui reste des K'sour de Chetma, Skifa, le village de Boukhalfa après la pluie, La porte bleue, La vieille porte… J'ai essayé aussi d'immortaliser les points d'eau et la verdure, le coucher de soleil dans la région d'El Kantara ou des paysages d'automne à Mchounèche. Des palmeraies typiques de la ville, d'autre part, dans ces tableaux que j'ai intitulés : Les ombres des orangers, Oued El Hadjeb, L'été de la saqia, L'automne de la saqia ou encore L'entrée de la forêt de Boukhalfa, traduisent une nature luxuriante, parfois fantasmée où je joue sur l'effet miroir, les reflets et les lumières. Je tiens à dire qu'avant tout, j'aime ces endroits et lorsqu'ils sont submergés de lumière au lever du jour, à la mi-journée et au coucher du soleil, je trouve cela sublime et ça m'inonde d'inspiration.
C'est un travail minutieux qui a dû vous prendre beaucoup de temps…
Tout à fait. J'ai réalisé ces tableaux durant une période entrecoupée. Certains datent de 2014, de 2016, de 2017, ou plus récents de 2019 que j'ai pu réaliser en une semaine, ou en une journée. Je ne me focalise pas sur le temps. Je peins lorsque l'inspiration me vient et j'aime apprécier ce que je fais.
L'impressionnisme pourrait traduire vos œuvres…
Tout à fait. C'est le style de peinture qui me parle le plus. Par ailleurs, je suis étonné et déçu de l'absence d'œuvres dignes de ce nom dans ce genre de peinture. J'aurais aimé découvrir des expositions d'œuvres impressionnistes afin de me booster dans mon travail. J'ai remarqué qu'aujourd'hui, on fait plus d'abstrait qu'autre chose. Je ne généralise pas, mais c'est ce qui se fait le plus. Je suis un grand passionné des peintres orientalistes et plus précisément d'Eugène Girardet et d'Etienne Dinet. Ce sont de véritables artistes qui n'avaient pas besoin de prendre des photos pour réaliser leurs tableaux et leurs œuvres étaient d'un réalisme hallucinant. Par ailleurs, les gens préfèrent prendre aujourd'hui, sans doute, par manque de moyens ou d'intérêt, des photos disponibles sur internet que de véritables œuvres d'artistes. Et c'est triste, car cet art numérique concurrence et fait du tort au véritable art. Heureusement, il reste encore quelques connaisseurs et passionnés qui apprécient un tableau authentique.
Des projets en perspective ?
Je prépare un projet que je souhaite réaliser en grand. Ce sera des toiles en grand format à travers lesquelles je vais jumeler deux mouvements, l'hyper-réalisme classique et l'impressionnisme. Je tiens vraiment à associer ces deux styles. De l'hyper-réalisme, je veux prendre la palette de couleurs, et de l'impressionnisme, la technique. Par ailleurs, le thème sera toujours la ville de Biskra, mais aussi Alger (la Casbah), Ghardaïa, les marchés que je veux aussi exploiter. Je suivrai mon inspiration. C'est un challenge que je me donne. J'aime me lancer des défis pour m'améliorer et avancer dans ma passion.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.