LDC : Partage de points entre l'Inter et le Shakhtar    Arkab: le projet d'amendement de la Constitution "jette les fondements d'une économie productive diversifiée"    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    Amendement de la Constitution: paroles des animateurs du 21ème jour de la campagne référendaire (VERBATIM)    FAF: Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Campagne: appel à voter pour le changement et l'édification de l'Algérie nouvelle    Sélection algérienne: "Le contrat de Belmadi a déjà été prolongé"    Qualifications CAN-2021 (4e j.): des arbitres soudanais pour Zimbabwe - Algérie    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Le projet de l'amendement constitutionnel "début de reforme et de changement dans la nouvelle Algérie"    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    Abdelmadjid Tebboune admis dans une unité de soins spécialisés à l'hôpital militaire    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    LE GENERAL CHANEGRIHA AFFIRME : ‘'L'Algérie sortira gagnante''    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Juventus : Ronaldo toujours incertain pour le match face au Barça    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Rahmoun Yazid en renfort    Actucult    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Ghazaouet : Sensibilisation sur le cancer du sein    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Festival du film franco-arabe de Noisy-Le-Sec : Une dizaine de films algériens en compétition    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Les agglomérations africaines brillent par leur absence    BMS Corona    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Premier vendredi de contestation en plein Ramadhan.. Les algériens pour un «Etat civil»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 10 - 05 - 2019

On pouvait voir des pancartes et banderoles aux côtés de l'emblème national sur lesquelles des slogans hostiles au pouvoir sont exprimés comme «Non à un régime militaire», «Gaid regagne ta caserne», «Pour un Etat civil et non pour un régime militaire».
Le ramadhan n'a eu aucun impact sur la contestation populaire. Ils étaient nombreux à s'être rassemblés, hier, devant la grande poste, aux premières heures de la matinée. Pour ce 12e vendredi consécutif de mobilisation contre le système, coïncidant avec le mois de Ramadhan, le mouvement populaire ne faiblit pas à Alger. En effet, malgré le jeûne et la chaleur, les manifestants ont commencé à affluer par centaines, et se sont rassemblés au niveau de la Grande Poste. Après la prière hebdomadaire, la foule grandissait. L'Acte 12 du mouvement populaire intervient dans un contexte marqué par des arrestations et emprisonnement en haut lieu. A commencer par le placement en détention provisoire jeudi soir de Louisa Hanoune, secrétaire générale du parti des travailleurs, par le juge d'instruction militaire, mais également l'incarcération, en début de semaine, de Saïd Bouteflika et des généraux Toufik et Tartag, par le tribunal militaire de Blida. Estimant que le jugement de Saïd Bouteflika reste l'une des revendications majeures du Hirak depuis le 22 février, les manifestants indiquent que les autres revendications restent toujours insatisfaites, à savoir le départ d'Abdelkader Bensalah et Noureddine Bedoui.
«Ce 12e vendredi, le premier pendant le mois de Ramadhan, est décisif en raison de l'impact du jeûne sur les manifestations et des manœuvres du pouvoir qui mise sur l'essoufflement du mouvement populaire pour imposer sa feuille de route», a-t-on affirmé. «Ceux qui nourrissaient des doutes quant à la mobilisation des Algériens durant ce mois sacré doivent en avoir le cœur net maintenant : les Algériens ne feront pas marche arrière», a indiqué un des manifestants devant la Grande poste. «L'engagement n'attend pas la fin du ramadhan», a-t-il renchéri. Pour lui, le Ramadhan n'est pas une contrainte mais une occasion pour démontrer, une fois de plus, que rien ne fera reculer les Algériens et leur volonté de changer le système. Le peuple a donc exprimé une énième fois sa volonté d'aller jusqu'au bout de ses revendications. Pas moyen ni d'excuse pour ne pas rempiler, en dépit de la torpeur d'un vendredi ramadhanesque. Les Algériens ont battu le pavé, emboîtant le pas aux étudiants sortis mardi à travers les quatre coins du pays, en dépit de la chaleur et du jeûne.
Des familles, des femmes, des jeunes, des personnes âgées ont marché à la place Maurice Audin et la rue Didouche, au centre de la capitale. La présence féminine était très importante. Ni la faim ni la soif du Ramadhan n'ont réussi à les dissuader de marcher. Des slogans hostiles au pouvoir et appelant à l'union ont été scandés et brandis par les manifestants. On pouvait voir des pancartes et banderoles aux côtés de l'emblème national sur lesquelles des slogans hostiles au pouvoir sont exprimés comme «Non à un régime militaire», «Gaid regagne ta caserne», «Pour un Etat civil et non pour un régime militaire». Les manifestants ont également scandé des slogans hostiles à la tenue de l'élection présidentielle du 4 juillet prochain. «Pouvoir assassin», «Klitou Leblad ya Saraqin» (Vous avez pillé le paysn bande de voleurs). «Leblad Bladna ou ndirou rayna» (Le pays est le nôtre et c'est nous qui déciderons). Ou encore : «Doula madaniya machi 3askariya» (Etat civil et non militaire), «Nahou al 3isaba nsoumou labès» (on enlève le gang et on jeûnera bien) et «Makach intikhabat ya al 3isabat» (Pas d'élections). Autant de slogans qui font écho aux slogans déjà connus depuis le 22 février.
Le dispositif sécuritaire de police a été déployé dans les rues mitoyennes aux places de la grande poste et Audin vers 11h, alors que la présence de la gendarmerie nationale aux portes d'Alger comme les précédents vendredis a été réduite, selon des sources concordantes. L'accès au tunnel des facultés a été bloqué par la police.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.