«L'algérianisation», priorité de Belhimer    Installation du nouveau président du tribunal administratif    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    Sauvetage de 19 harragas près des îles Habibas    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Benbouzid s'engage à y remédier    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Marche symbolique des hirakistes    La tension monte au sein de l'Opep+    Fin de calvaire pour les souscripteurs AADL    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Les préinscriptions électroniques débutent demain    Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Les protestataires décident de bloquer les RN9 et 12    Satisfaction des autorités, frustration des candidats    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Une stratégie de promotion du recyclage en cours de développement: Près de 2 tonnes de déchets en plastique collectées par jour par les CET    Tlemcen: L'APW au cœur d'une polémique    L'INFORMEL    Bouira: Examens de rattrapage: plus de 600 étudiants concernés    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aires de jeu à CHLEF.. L'incivisme à l'origine de leur dégradation
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Ces derniers temps, l'incivisme gagne de plus en plus du terrain. Et malheureusement, ce sont les édifices publics qui sont ciblés, mais les responsables locaux et certains habitants continuent à observer le silence face à ce fléau de destruction de l'aire de jeux. En effet, en plus de certains stades de proximité, les aires de jeux éparpillés à travers différents quartiers de la ville de Chlef sont pratiquement tous dans un état de dégradation avancé. En effet, toutes les aires de jeux, réalisées au cours des cinq dernières années seulement, au niveau des zones à forte concentration de la population se trouvent dans un piteux état en raison notamment des actes d'incivisme perpétrés par des individus ne jouissant d'aucun sens du mode de la culture.
Ces petits espaces de loisirs, pour enfants pour lesquels d'importants apports financiers ont été dégagés pour leur réalisation, ont été gratuitement et tout simplement dégradés par les adeptes de l'incivisme et de sa fratrie au détriment de toute une population. Il est navrant également de constater le déplorable état des stades de proximité qui a nécessité une enveloppe financière conséquente pour leurs réalisation. Ces petits stades sont totalement dégradés à l'image de celui de la cité Charra où le grillage et les poteaux ont été carrément arrachés et les filets de buts volés. Par ailleurs le jardin public du centre ville de Chlef, est devenu un lieu de la délinquance. Malgré sa restauration il-y-a quelques années, il est devenu donc un lieu de prolifération des maux sociaux fréquenté quotidiennement par les voyous et les repris de justice. Plus qu'un espace insalubre et non sécurisé, ce jardin public est devenu, par la force des choses, un lieu de débauche qui attire toute sorte de délinquants.
Les riverains dénoncent des comportements «d'effronterie, de malveillance…» et ils décrivent même des scènes désolantes voire même choquantes qualifiées d'«outrage public à la pudeur». «Nous croisons au quotidien des couples et de petits groupes de jeunes éternellement désœuvrés, dont la notion de civisme ne fait pas son chemin chez eux. Le ras-le-bol des riverains était largement partagé. Il est temps, donc, de mettre en place un dispositif adéquat pour protéger ces infrastructures de distraction. Toutefois, les Chélifiens reconnaissent que ces comportements sont difficilement appréciables et traitables par les services de sécurité.
Selon les riverains, ce genre de réalisations nécessitent un entretien permanent pour ne pas dire quotidien. Pourquoi ne pas faire employer des agents, gardiens et jardiniers, à temps plein, dans le cadre de l'emploi de jeunes. Sa prise en charge doit se faire d'une manière effective et sérieuse car concevoir une aire de jeux et/ou un espace vert pour qu'à la fin il soit abandonné à son triste sort est synonyme d'inconscience de la part des pouvoirs publics.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.