Soufiane Djilali craint des dérapages    Nouvelle loi électorale: la dernière ligne droite    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    La capitale sénégalaise à l'aube d'une journée sous tensions    Les Ivoiriens aux urnes samedi pour élire 255 parlementaires    Klopp calme le jeu pour Salah    Brèves    Brèves des Fédérations    Une approche intelligente    100 kg de drogue saisis et 11 suspects arrêtés    170 quintaux de kif saisis    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    «L'Algérie prend acte avec satisfaction»    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Assassinat de Ali Tounsi : la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    Célébration de la fête du printemps    2.735 appels reçus sur le numéro vert et de secours    Le Président Tebboune reçoit trois dirigeants de partis    L'Algérie respecte toujours sa promesse de baisse de sa production    La CNMA lance une campagne de sensibilisation    Générale de la pièce «Cadavre»    Le MCA en quête de sa première victoire    La militante sahraouie Sultana Khaya reçoit le prix "Citoyenneté pour les droits de l'Homme" à la Rioja    Zetchi: «On continue de travailler dans la sérénité et le calme»    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Béjaïa : Le mouvement reprend ses repères    Des spécialistes mettent en garde contre la prévalence croissante de l'obésité au sein de la société    FATria: Salah Ouanes réélu pour un deuxième mandat    Le Baiser et la morsure aux éditions Casbah :Yasmina Khadra se livre et délivre    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Manchester City: Mahrez lance les hostilités avant le derby contre Man U !    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Terrorisme et déchéance de la nationalité    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





BLIDA.. Le palais Aziza sera transformé en musée
Publié dans Le Temps d'Algérie le 20 - 05 - 2019

Blida regorge de belles maisons et palais qu'on devrait classer patrimoine national. Si certaines maisons ont été démolies, le palais Aziza qui était occupé par des familles sera restauré et transformé en musée.
Suite à la programmation d'une opération de relogement au profit des familles l'occupant actuellement, le palais Aziza de Beni Tamou (Blida) sera restauré pour retrouver son lustre d'antan avant la fin de l'année en cours, pour sa transformation en musée. Une fois ce monument historique, unique du genre dans la région, restitué, la commune déshéritée de Beni Tamou sera promue en une destination culturelle touristique. «Les familles, au nombre de neuf, résidant depuis 1962 au palais Aziza, seront relogées avant la fin de l'année en cours, en vue de la transformation de la bâtisse en musée, après restitution de son cachet originel islamique», a annoncé à l'APS le secrétaire général de la commune de Beni Tamou, Mohamed Hadj Amar, précisant que ces familles ont été programmées pour faire partie des bénéficiaires d'un projet de 150 logements destinés à l'éradication de l'habitat précaire, actuellement en cours de concrétisation, à la cité Zouani de Beni Tamou.
Récupération avant 2020
«Le projet sera réceptionné en septembre prochain, ou au plus tard avant la fin de l'année», a-t-il indiqué. Mohamed Hadj Amar a justifié le retard mis dans le relogement de ces familles par le fait que ces dernières ont toujours refusé les propositions, en la matière, qui leur ont été faites par les autorités locales, la dernière en date étant une opération de relogement en 2016, dont des décisions d'affectation leur ont été destinées avant d'être annulées car, a-t-il souligné, «ils avaient refusé leur relogement, en exprimant leur souhait de demeurer dans la commune de Beni Tamou». «Cette doléance a été prise en considération, car il s'agit de familles de chouhada et de moudjahidine, dont les parents ont beaucoup donné pour l'indépendance de l'Algérie, mais qui, au lendemain de l'indépendance, n'ont pas trouvé d'autre lieu où loger que le palais Aziza», a encore expliqué Hadj Amar. Il a estimé que l'évacuation du palais Aziza interviendra avant fin 2019, si le plan de travail fixé est respecté.
Une enveloppe de 750 millions DA avait été affectée, en 2016, à la restauration de la bâtisse, mais la présence de ces familles constituait une entrave au projet car les travaux de restauration présentent un risque d'effondrement. Interrogé sur le projet de transformation du palais Aziza en musée, Mohamed Hadj Amar a indiqué que la commune n'a aucune information sur le sujet, mais si le projet venait à être concrétisé, il constituerait une source de revenus non négligeable pour la localité, a-t-il observé. Une fois les familles résidant au palais Aziza évacuées, l'édifice bénéficiera, selon le directeur de la Culture de la wilaya, Lhadj Meshoub, d'une opération de restauration visant l'élimination de toutes les modifications apportées par les habitants en son sein (notamment de nouvelles pièces et des escaliers) et la restitution du cachet originel de ce monument historique, dont chaque recoin a été témoin de la vie fastueuse de la fille du Dey Hussein. Outre la transformation de la bâtisse, une fois restaurée, en un musée, le responsable a fait part d'une décision d'exploitation de l'assiette y attenante pour en faire un jardin englobant toutes les commodités nécessaires susceptibles de relever son attractivité auprès des familles notamment.
Amer constat
Une tournée sur les lieux a permis de faire le constat de l'extrême état de dégradation du palais Aziza, à commencer par son portail complètement détérioré, ne cachant plus rien de la bâtisse désormais transformée en un vieil immeuble collectif, avec de nombreuses pièces et des murs de séparation ajoutés dans la cour, au fil du temps et de l'accroissement du nombre des familles y habitant. Quant aux toitures et murs extérieurs du palais, ils sont dans un état de délabrement tel qu'ils menacent ruine à tout moment. «Je suis né et j'ai grandi dans cette bâtisse, que j'ai toujours refusé de quitter, mais aujourd'hui force est de constater que sa dégradation avancée me rend impatiente d'évacuer dans les plus brefs délais», a confié une habitante du Ksar.
Lui emboitant le pas, sa voisine estime que si le palais «présentait le seul refuge pour sa famille au lendemain de l'indépendance, vu que les familles y résidantes étaient peu nombreuses, la situation a changé avec le temps, car les enfants ont grandi et ont construit leur propres familles, au point que la bâtisse est devenue trop exiguë», a-t-elle déploré. Le palais Aziza remonte à l'époque de la présence ottomane en Algérie, précisément à l'année 1797, quand le Dey Hussein avait construit deux palais à sa fille Aziza, suite à son mariage avec le Bey de Constantine, le premier à la Casbah d'Alger et le second à Beni Tamou. Tombée amoureuse du palais de Beni Tamou, la fille du Dey y passa une grande partie de sa vie, car elle appréciait particulièrement le climat doux de la région et ses beaux paysages offrant une vue imprenable sur les monts de Chréa. La bâtisse avait été exploitée au début du colonialisme français, en tant que prison, avant sa transformation en caserne militaire, puis en résidence du parachutiste et célèbre sanguinaire Pierre Lagaillarde jusqu'en 1962.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.