Le général de corps d'Armée Ahmed Gaïd Salah en visite de travail au Commandement des Forces Navales : "Les lois de finances et des hydrocarbures, ...    Présidentielle du 12 décembre: Nouvelles procédures pour la légalisation des formulaires de souscription de signatures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Réalisation d'un stock "important" de blé dur et d'orge : Pas d'importation des deux produits cette année    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    Syrie : Trump lâche les Kurdes, mais menace la Turquie    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Mise à jour Ligue 1 : Le MCA rejoint le CRB en tête du classement    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    Organisation d'un match amical Algérie - France : Le sujet évoqué au cours du premier trimestre 2020    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    11e Fcims à Alger: La Corée du Sud, l'Italie, la Turquie et l'Autriche à l'honneur    LIBAN-MUSIQUE: La chanteuse libanaise Fairuz retrouve le devant de la scène    18 personnalités lancent un appel    L'opposition des étudiants    ALGERIE 3 – COLOMBIE 0 : Les Verts s'offrent le neuvième mondial    Distribution de plus de 50.000 logements    Le ministère de la Santé rassure    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Sonatrach, nouveau actionnaire majoritaire    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    Des milliers d'attributions de logements en perspective    168 unités de boissons alcoolisées de différentes marques saisies    Poursuite de l'offensive turque sur fond d'une large condamnation internationale    La loi «rejetée» par la population est «sans crainte»    Batelli convoque 23 joueurs pour le match contre le Maroc    France-Algérie : les premiers pas...    Belles prestations des ensembles de Tchéquie, d'Egypte et de France    «Le voyage de Sindbab» bientôt à l'affiche    SIDI BEL-ABBES : Le policier auteur d'un quadruple crime se donne la mort    Tunisie: le scrutin présidentiel s'est déroulé dans la sérénité et sans failles    MCA -USMA : L'USMA perd le derby sur tapis vert    AHMED GAID SALAH AFFIRME : L'Algérie est sur ‘'la bonne voie''    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Nouvelles procédures pour la signature des formulaires    EXIGEANT LE DEPART DE LEUR DIRECTEUR : Les travailleurs de l'éducation protestent à Béchar    OUARGLA : Recensement de plus de 1600 cas de cancer    L'émigration clandestine en recrudescence    Fondant au chocolat au micro-ondes    Les leaders à l'aise    Le RCD, le FFS et le PT appellent au retrait du projet    La chanson kabyle, vecteur des idées militantes    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Proche-Orient : Moscou et Riyad refondent leur coopération    Recouvrement de la fiscalité: Les chiffres «erronés» du gouvernement    L'EHU 1er Novembre dresse son bilan: 160.000 consultations et 32.000 hospitalisations en neuf mois    Le parti conservateur PiS largement favori    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





14e vendredi de mobilisation populaire.. En dépit de la répression…
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

En dépit de l'usage de la brutalité de la part des forces de l'ordre, les manifestants déterminés, ont insisté sur le maintien du caractère pacifique des marches populaires.
Malgré la répression, les interpellations et les intimidations, les manifestants sont sortis en masse hier, à Alger, en ce 14e vendredi de la révolution pacifique pour le changement du régime.
Les manifestants n'ont pas manqué à l'appel, pour cette nouvelle journée de contestation. Un énorme dispositif sécuritaire a été mobilisé, et des interpellations ont été signalées dès la matinée. L'ambiance était assez tendue ! En dépit de l'usage de la brutalité de la part des forces de l'ordre, les manifestants déterminés ont insisté sur le maintien du caractère pacifique des marches populaires. Pour ce troisième vendredi de manifestation durant le ramadhan, les Algériens sont sortis pour exprimer leur rejet de la présidentielle du 04 juillet prochain. La forte présence des policiers, qui ont bloqué le passage aux rues principales d'Alger, et les barrages filtrants aux entrées de la capitale, n'ont pas obstrué leur détermination. Les manifestants sont parvenus à briser les cordons sécuritaires, et ont occupé les grandes artères et rues principales du centre de la capitale. Ils ont marché vers la place des martyrs pour la première fois depuis le début du mouvement populaire. Le dispositif policier a été contraint à libérer le passage. Un manifestant venu de Béjaïa, a affirmé avoir été contrôlé par la police pour la simple raison que son véhicule est immatriculé «06». «Nous sommes venus de Boumerdès, on a dû contourner les barrages pour arriver au centre-ville», ont témoigné d'autres. Ces manifestants qui réclament un changement radical du système restent mobilisés, en dépit du mois de carême et les intimidations policières. «On ne s'arrêtera pas jusqu'à ce qu'ils partent tous. Nous allons continuer nos marches pacifiques», a-t-on scandé. Ils ont affiché leur opposition à la tenue de la présidentielle du 04 juillet prochain. Le pouvoir est accusé de vouloir se renouveler à travers des élections «truquées», car leur organisation sera sous la supervision des symboles du système, notamment le premier ministre, Noureddine Bedoui. Sur une pancarte, on pouvait lire : «Gaïd Salah, la pièce de théâtre du 04 juillet prochain sera sans public !». Une autre, qui fait appel à sortir dans la rue pour dénoncer cette élection. Le vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaid Salah, a été une nouvelle fois la cible des manifestants, lui reprochant pour certains d'être derrière la répression policière. De nombreux slogans hostiles au chef d'Etat-major, Ahmed Gaid Salah, et non pas à l'institution militaire, ont été lancés par des manifestants. Ils scandaient : «ce peuple ne veut pas le retour du pouvoir militaire!», et «y'en a marre des généraux !», «Gaïd Salah dégage!». Les citoyens ont aussi brandi de nombreuses pancartes hostiles à Gaïd Salah. «Hada chaâb la yourid houkm el askar min djadid !» (ce peuple ne veut plus des militaires au pouvoir), ou encore «daoula madaniya machi askariya !» (un Etat civil et non militaire), ont-ils écrit. «Ici, c'est l'Algérie, pas Sissi !». Le chef de le l'Armée s'est attiré la foudre des manifestants appellant à son départ, notamment en raison de ses récentes déclarations allant à l'encontre des revendications du peuple algérien. Alors que le chef d'Etat-major veut imposer sa feuille de route aux Algériens, notamment la tenue des élections présidentielles prévues pour le 04 juillet prochain, dans lesquelles Gaid Salah voit une sortie de crise, les manifestants, quant à eux, refusent catégoriquement ces élections.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.