Procès en appel: L'affaire Ali Haddad reportée au 27 septembre    A quelles nouveautés s'attendre ?    Chlef: La nouvelle présidente du tribunal administratif installée    Conseil des ministres: Feu vert pour l'exploitation artisanale des gisements d'Or    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    En moins d'un mois: Deuxième visite de Boukadoum au Mali    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    USM Bel-Abbès : De nombreux problèmes à résoudre    LRF Saïda: Adoption des bilans moral et financier    ECORCHURE    19 harraga interceptés au large d'Arzew    Les comportements-barrières d'antan    Les procès de 14 anciens ministres s'ouvrent prochainement    DEPECHE PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    PROTECTION CIVILE DE MOSTAGANEM : Plus de 265 interventions en une semaine    Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Un élément abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    Début de la révision des listes électorales    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    Colère des transporteurs privés    Foire agricole du 23 au 27 septembre à Alger: une occasion pour écouler les méventes    Fédération algérienne de handball : l'assemblée générale ordinaire fixée au 25 septembre    Coronavirus: 203 nouveaux cas, 124 guérisons et 7 décès    Farès en colère contre la direction de la Lazio    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Des opposants poursuivis pour terrorisme    La justice à la recherche des complices de Haddad    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Où est l'Algérie ?    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





14e vendredi de mobilisation populaire.. En dépit de la répression…
Publié dans Le Temps d'Algérie le 24 - 05 - 2019

En dépit de l'usage de la brutalité de la part des forces de l'ordre, les manifestants déterminés, ont insisté sur le maintien du caractère pacifique des marches populaires.
Malgré la répression, les interpellations et les intimidations, les manifestants sont sortis en masse hier, à Alger, en ce 14e vendredi de la révolution pacifique pour le changement du régime.
Les manifestants n'ont pas manqué à l'appel, pour cette nouvelle journée de contestation. Un énorme dispositif sécuritaire a été mobilisé, et des interpellations ont été signalées dès la matinée. L'ambiance était assez tendue ! En dépit de l'usage de la brutalité de la part des forces de l'ordre, les manifestants déterminés ont insisté sur le maintien du caractère pacifique des marches populaires. Pour ce troisième vendredi de manifestation durant le ramadhan, les Algériens sont sortis pour exprimer leur rejet de la présidentielle du 04 juillet prochain. La forte présence des policiers, qui ont bloqué le passage aux rues principales d'Alger, et les barrages filtrants aux entrées de la capitale, n'ont pas obstrué leur détermination. Les manifestants sont parvenus à briser les cordons sécuritaires, et ont occupé les grandes artères et rues principales du centre de la capitale. Ils ont marché vers la place des martyrs pour la première fois depuis le début du mouvement populaire. Le dispositif policier a été contraint à libérer le passage. Un manifestant venu de Béjaïa, a affirmé avoir été contrôlé par la police pour la simple raison que son véhicule est immatriculé «06». «Nous sommes venus de Boumerdès, on a dû contourner les barrages pour arriver au centre-ville», ont témoigné d'autres. Ces manifestants qui réclament un changement radical du système restent mobilisés, en dépit du mois de carême et les intimidations policières. «On ne s'arrêtera pas jusqu'à ce qu'ils partent tous. Nous allons continuer nos marches pacifiques», a-t-on scandé. Ils ont affiché leur opposition à la tenue de la présidentielle du 04 juillet prochain. Le pouvoir est accusé de vouloir se renouveler à travers des élections «truquées», car leur organisation sera sous la supervision des symboles du système, notamment le premier ministre, Noureddine Bedoui. Sur une pancarte, on pouvait lire : «Gaïd Salah, la pièce de théâtre du 04 juillet prochain sera sans public !». Une autre, qui fait appel à sortir dans la rue pour dénoncer cette élection. Le vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaid Salah, a été une nouvelle fois la cible des manifestants, lui reprochant pour certains d'être derrière la répression policière. De nombreux slogans hostiles au chef d'Etat-major, Ahmed Gaid Salah, et non pas à l'institution militaire, ont été lancés par des manifestants. Ils scandaient : «ce peuple ne veut pas le retour du pouvoir militaire!», et «y'en a marre des généraux !», «Gaïd Salah dégage!». Les citoyens ont aussi brandi de nombreuses pancartes hostiles à Gaïd Salah. «Hada chaâb la yourid houkm el askar min djadid !» (ce peuple ne veut plus des militaires au pouvoir), ou encore «daoula madaniya machi askariya !» (un Etat civil et non militaire), ont-ils écrit. «Ici, c'est l'Algérie, pas Sissi !». Le chef de le l'Armée s'est attiré la foudre des manifestants appellant à son départ, notamment en raison de ses récentes déclarations allant à l'encontre des revendications du peuple algérien. Alors que le chef d'Etat-major veut imposer sa feuille de route aux Algériens, notamment la tenue des élections présidentielles prévues pour le 04 juillet prochain, dans lesquelles Gaid Salah voit une sortie de crise, les manifestants, quant à eux, refusent catégoriquement ces élections.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.