Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



14e vendredi de mobilisation populaire.. En dépit de la répression…
Publié dans Le Temps d'Algérie le 24 - 05 - 2019

En dépit de l'usage de la brutalité de la part des forces de l'ordre, les manifestants déterminés, ont insisté sur le maintien du caractère pacifique des marches populaires.
Malgré la répression, les interpellations et les intimidations, les manifestants sont sortis en masse hier, à Alger, en ce 14e vendredi de la révolution pacifique pour le changement du régime.
Les manifestants n'ont pas manqué à l'appel, pour cette nouvelle journée de contestation. Un énorme dispositif sécuritaire a été mobilisé, et des interpellations ont été signalées dès la matinée. L'ambiance était assez tendue ! En dépit de l'usage de la brutalité de la part des forces de l'ordre, les manifestants déterminés ont insisté sur le maintien du caractère pacifique des marches populaires. Pour ce troisième vendredi de manifestation durant le ramadhan, les Algériens sont sortis pour exprimer leur rejet de la présidentielle du 04 juillet prochain. La forte présence des policiers, qui ont bloqué le passage aux rues principales d'Alger, et les barrages filtrants aux entrées de la capitale, n'ont pas obstrué leur détermination. Les manifestants sont parvenus à briser les cordons sécuritaires, et ont occupé les grandes artères et rues principales du centre de la capitale. Ils ont marché vers la place des martyrs pour la première fois depuis le début du mouvement populaire. Le dispositif policier a été contraint à libérer le passage. Un manifestant venu de Béjaïa, a affirmé avoir été contrôlé par la police pour la simple raison que son véhicule est immatriculé «06». «Nous sommes venus de Boumerdès, on a dû contourner les barrages pour arriver au centre-ville», ont témoigné d'autres. Ces manifestants qui réclament un changement radical du système restent mobilisés, en dépit du mois de carême et les intimidations policières. «On ne s'arrêtera pas jusqu'à ce qu'ils partent tous. Nous allons continuer nos marches pacifiques», a-t-on scandé. Ils ont affiché leur opposition à la tenue de la présidentielle du 04 juillet prochain. Le pouvoir est accusé de vouloir se renouveler à travers des élections «truquées», car leur organisation sera sous la supervision des symboles du système, notamment le premier ministre, Noureddine Bedoui. Sur une pancarte, on pouvait lire : «Gaïd Salah, la pièce de théâtre du 04 juillet prochain sera sans public !». Une autre, qui fait appel à sortir dans la rue pour dénoncer cette élection. Le vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaid Salah, a été une nouvelle fois la cible des manifestants, lui reprochant pour certains d'être derrière la répression policière. De nombreux slogans hostiles au chef d'Etat-major, Ahmed Gaid Salah, et non pas à l'institution militaire, ont été lancés par des manifestants. Ils scandaient : «ce peuple ne veut pas le retour du pouvoir militaire!», et «y'en a marre des généraux !», «Gaïd Salah dégage!». Les citoyens ont aussi brandi de nombreuses pancartes hostiles à Gaïd Salah. «Hada chaâb la yourid houkm el askar min djadid !» (ce peuple ne veut plus des militaires au pouvoir), ou encore «daoula madaniya machi askariya !» (un Etat civil et non militaire), ont-ils écrit. «Ici, c'est l'Algérie, pas Sissi !». Le chef de le l'Armée s'est attiré la foudre des manifestants appellant à son départ, notamment en raison de ses récentes déclarations allant à l'encontre des revendications du peuple algérien. Alors que le chef d'Etat-major veut imposer sa feuille de route aux Algériens, notamment la tenue des élections présidentielles prévues pour le 04 juillet prochain, dans lesquelles Gaid Salah voit une sortie de crise, les manifestants, quant à eux, refusent catégoriquement ces élections.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.