Coronavirus: 104 nouveaux cas confirmés et 12 nouveaux décès    Général-major Chanegriha : l'ANP prête à soutenir le système sanitaire national dans la lutte contre le coronavirus    104 nouveaux cas confirmés et 12 nouveaux décès en Algérie    REHABILITATION DU RESEAU ROUTIER A ORAN : 46 milliards de centimes pour la maintenance technique    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Liverpool: Sadio Mané prêt à tous les sacrifices pour le Ballon d'or    Réunion Opep-non Opep : garantir les conditions d'équilibre pour une reprise du marché    BOUMERDES : Démantèlement d'un réseau criminel    Le Président Tebboune désigne Abdelghani Rachedi Directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    ONU: Réunion jeudi du Conseil de sécurité sur le Sahara occidental    On vous le dit    Chlef : L'APC envisage de fermer le marché des fruits et légumes    Barça : Ca chauffre entre les dirigeants !    Journées virtuelles du court métrage: audience appréciable, organisateurs satisfaits    Covid 19: proposition d'un revenu au profit des travailleurs privés affectés par la crise    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Monopolisation des produits et augmentation des prix, des "péchés" blâmables    La "citoyenne du monde" revisitée en pleine crise sanitaire    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    La Banque d'Algérie annonce des mesures de soutien    Les avocats appellent à la libération de Brahim Laâlami    La communauté médicale retient son souffle    Un vaccin contre le coronavirus pour l'été    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Bourebbou reconnaît : "Je suis fils de harki"    Après la pandémie, gouverner autrement    Enseignement à distance : Les cours basculent sur le Net    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    ASO Chlef : Les joueurs en contact avec le préparateur physique    Biskra : Des cours on-line pour les élèves du primaire    AGE des Ligues de Wilaya : Les experts et la loi    Royaume-Uni : Transféré en soins intensifs, Boris Johnson lutte pour sa survie    Pandémie du nouveau coronavirus : La France toujours en «phase d'aggravation»    Pandémie de coronavirus en Afrique : L'appel à l'aide de Moussa Faki Mahamat    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    Riche programme culturel sur le web    Mahmoud Aroua. Médecin anesthésiste-réanimateur et auteur : «L'exercice de la médecine enrichit l'imagination»    Tiaret: Reprise des cours à distance à l'université    L'Algérie cherche à acheter 500.000 lunettes de protection et 995.000 blouses médicales    Entrèe en vigueur des sanctions pènales et pècuniaires    1.000 kits de dépistage rapide "prochainement" confectionnés    Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus de prises à brancher…
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Difficile est l'explication de la servitude, de la dépendance à un ordre établi. Depuis l'indépendance, le berger marche devant, et les moutons se pressent derrière lui. Point de manipulation des esprits : le mouton est mal placé pour juger. S'il n'entend plus son berger, il se sent perdu. Là, les choses se gâtent, et la discipline moutonnière vole en éclats. Qui va donc prendre soin de lui, qui va le protéger des loups, de la pluie, des maladies ? Le berger, pardi ! Manque de pot, ce berger n'est pas là, pour que tous les moutons puissent brouter à leur gré. Plus de discipline moutonnière, donc. Ceux qui ont des idées pour une éventuelle solution au problème sont traités de moutons noirs, et la solution devient problème. C'est que le mouton noir a une très mauvaise réputation, et dans un troupeau, il ne fait pas bon d'être différent des autres. Tout ce préambule, cette parabole moutonnière respectueuse du genre humain, pour dire que le citoyen ne peut éternellement être comparé à un mouton perdu dans un troupeau, fut-il noir, blanc ou roux.
Il est en train de changer, et il va changer pour la simple raison qu'il ne se commande pas. Il doit suivre la marche de l'histoire, et s'il n'avance pas, les forces de l'histoire pourront être redoutables. Evidemment, il existe toujours cette légitimité révolutionnaire, revendiquée surtout par les tenants au pouvoir. Mais, elle est en fin de parcours, elle ne peut pas vivre ad vitam æternam. Le monde avance, l'Algérie se doit de suivre les changements, qu'ils soient sociaux, économiques ou politiques. Pourvu qu'ils soient bénéfiques au pays et à son peuple. Certes, il faudra un ordre à établir pour présider, gouverner et écouter ce peuple, actuellement en bisbille avec le képi et la casquette. «La sécurité du pays, avant tout !» rétorquent les décideurs, hantés par la «fawda» et le désordre à tous les étages. Mais la conjoncture n'est plus la même, elle a évolué depuis l'ordre préétabli, postindépendance, pour légitimer les désignés au pouvoir. Elle tenait amplement du clientélisme qu'à la discipline moutonnière du socialisme dit spécifique. En fait, la menace extérieure tend à se convertir en menace intérieure, quand ce peuple ne veut plus être traité de moutons de Panurge. Ce personnage de Rabelais avait fini, par sa ruse, à se faire noyer en mer, bêtes et bergers suiveurs…
En clair, le mouvement populaire du 22 février veut être debout, droit dans ses bottes et non pas à genoux, les quatre pattes flageolantes, au gré des intrigues politico-judiciaires et d'une présidentielle plombée. Il a prit conscience de lui-même, de ses droits légitimes de justice sociale. Il dégage ainsi la voie à ses enfants et petits-enfants, qui n'auront plus à subir la spirale de l'aliénation à la pensée étriquée. Tout ça, c'est de l'histoire ancienne. La nouvelle, c'est celle qui laisse ouvertes les portes du changement, les portes de l'émancipation des peuples de par le monde. Et il n'est qu'à voir ou entendre les slogans brandis dans les rues d'Alger, Béjaïa, Annaba, Sidi Bel-Abbès ou Constantine, pour se rendre à l'évidence : rien ne sera plus comme avant. Il ne pouvait en être autrement, c'est une langue naturelle qui parle de progrès et que tous comprennent, de haut en bas. Les intimidations, les tentatives de récupération, les pseudo-hommes providentiels, la faim, la soif du ramadhan, n'ont plus de prises à brancher pour qu'il y ait envie de silence…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.