Arsenal - Özil : "c'est toujours de ma faute"    JSK: Les nouvelles recrues seront qualifiées face au Raja    Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    Courbis : «L'Algérie a fait honneur à son statut face à la Colombie, c'était presque un match abouti»    Campagne de solidarité en faveur de Dahmani Nour El-Houda Yasmine    Les préparatifs vont bon train    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    Karim Tabbou devant le juge aujourd'hui    Quel sort pour le projet ?    Abdelkrim Zeghilèche de nouveau devant les juges    «On peut faire encore plus mal»    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    Hamroune : "Je serai prêt pour le match du CSC"    L'absence du wali inquiète la direction    Le compte facebook du CNLD bloqué jusqu'au 22 octobre    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    Gâteau fondant aux poires    150 migrants secourus dans plusieurs opérations    4 idées pour pratiquer massages et gymnastique du visage    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Respect des délais d'achèvement des travaux    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    Sonatrach est le nouvel actionnaire majoritaire de Medgaz    En réaction à l'appel du report des élections    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Renault reprendra en 2020    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il défend le rôle de l'armée dans la construction d'un Etat de droit.. Karim Younes appelle à «un dialogue fécond»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

«Les solutions existent», pense Younes, et elles sont largement «suggérées dans les marches par une jeunesse consciente des enjeux, présents et futurs».
Encore une personnalité nationale qui appelle au dialogue. L'ancien président démissionnaire de l'APN, Karim Younes, a plaidé hier, en faveur d'un dialogue comme seul moyen de sortir le pays de la crise qu'il traverse, et de l'impasse à laquelle il est confronté à cause des divergences de visions entre le Hirak et les tenants du pouvoir. Evitant de commenter les décisions qui sont prises ici et là, et dont les discussions autour de leur constitutionnalité «sont d'une stérilité évidente», Karim Younes estime que «l'enjeu, c'est d'assurer une politique de salut national, et d'éviter toute dérive menaçante pour la nation». D'où son appel au dialogue entre l'ensemble des acteurs. «Le pays ne saurait retrouver son cours normal de vie, la satisfaction des revendications majeures des générations d'aujourd'hui, ses espérances maintes fois contrariées, que par la rencontre des intelligences de tous dans un dialogue fécond, où chaque élément de la société aura trouvé sa place», écrit celui qui a quitté son poste de président de l'APN, en 2004, deux ans après son élection. Mais, qui mènera ce dialogue, au moment où le peuple refuse une quelconque transition sous Bensalah comme président de l'Etat et Bedoui comme Premier ministre ? Sur ce, Karim Younes se place au-delà des noms. La seule condition pour lui, est que ces hommes portent l'intérêt de l'Algérie dans le cœur. A partir de la, il est clair, a-t-il estimé, que «la mission historique de sauvegarde du pays en péril ne peut être menée au-delà des hommes, des tendances de pouvoir et des velléités de récupération politicienne, que par ceux qui ont à cœur les intérêts suprêmes du peuple algérien». Sinon, pour la formule à adopter, «les solutions existent», pense Younes, et elles sont largement «suggérées dans les marches par une jeunesse consciente des enjeux, présents et futurs». C'est pourquoi il met un trait sur l'ancienne génération, car «la parole est d'abord aux acteurs de ce formidable mouvement, issu d'une génération capable de suggérer les solutions qui entrent dans le cadre philosophique de sa démarche». En clair, «on ne doit plus se substituer aux hommes et femmes, qui ont pris la noble et courageuse décision de changer la trajectoire que doit prendre notre pays», tranche-t-il, appelant ceux de sa génération à se contenter «d'apporter l'appui nécessaire à la société».
Entre le politique et le militaire
Dans la vision de Karim Younes, l'institution militaire n'est pas exclue du processus de règlement de la crise. «On ne peut et on ne doit pas non plus exclure ou minimiser le rôle de l'armée dans la construction d'un Etat de droit», dit-il, ajoutant que la mission du soldat est la défense du territoire et de son intégrité «demeure toujours un discours».
Certes, l'armée doit «laisser des espaces plus grands» aux partis, au mouvement associatif et ligues des droits de l'Hommes, etc., dont «le rôle consiste à être les relais de la société dans ses différentes expressions».
Toutefois, «on ne peut en aucun cas, dénier à cette armée le droit et le devoir de veiller sur l'état de la Nation», appuie Karim Younes, pour qui le citoyen ne conçoit pas l'Etat sans son armée, de même pour toutes les armées du monde, y compris celles des superpuissances.
À cette équation, il n'y a qu'un seul préalable, c'est que la Constitution dresse «des frontières» entre le politique et le militaire. Non pas l'un contre l'autre, prévient Younes, mais «l'un complétant l'autre dans l'intérêt de la République». En tous cas, la sortie de Karim Younes va dans le même sens que d'autres initiatives déjà proposées, mais qui n'ont trouvé aucun écho chez les tenants du pouvoir, notamment le chef de l'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, interpellé par le trio Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdennour et Rachid Benyelles, pour ouvrir le dialogue avec les partis, la société civile et les acteurs du Hirak. En attendant que le statu quo soit débloqué, l'impasse que vit l'Algérie ne peut qu'être porteuse de dangers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.