Arsenal - Özil : "c'est toujours de ma faute"    JSK: Les nouvelles recrues seront qualifiées face au Raja    Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    Courbis : «L'Algérie a fait honneur à son statut face à la Colombie, c'était presque un match abouti»    Campagne de solidarité en faveur de Dahmani Nour El-Houda Yasmine    Les préparatifs vont bon train    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    Karim Tabbou devant le juge aujourd'hui    Quel sort pour le projet ?    Abdelkrim Zeghilèche de nouveau devant les juges    «On peut faire encore plus mal»    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    Hamroune : "Je serai prêt pour le match du CSC"    L'absence du wali inquiète la direction    Le compte facebook du CNLD bloqué jusqu'au 22 octobre    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    Gâteau fondant aux poires    150 migrants secourus dans plusieurs opérations    4 idées pour pratiquer massages et gymnastique du visage    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Respect des délais d'achèvement des travaux    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    Sonatrach est le nouvel actionnaire majoritaire de Medgaz    En réaction à l'appel du report des élections    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Renault reprendra en 2020    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réactions au discours de Bensalah.. Rejet de l'opposition, soutien de la «coalition»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Le discours, d'Abdelkader Bensalah à la nation réitérant son appel au dialogue a suscité beaucoup de Réactions. Des rejets et des soutiens sont exprimés par la classe politique. Des personnalités et des spécialistes en droit ont aussi donné leurs décryptages quant à la position de Bensalah qui soutient être «obligé à continuer à assumer la charge de chef de l'Etat jusqu'à l'élection du président de la République».
Dans le camp de l'opposition, le PT et le RCD premiers partis à réagir, considèrent le discours de Bensalah comme une provocation. Le Secrétariat permanent du Bureau politique du Parti des travailleurs (SPBP), a estimé hier, dans un communiqué rendu public que «le contenu du discours à la nation prononcé la veille par le président A. Bensalah, issu du coup de force de l'article 102 de la constitution, le SPBP relève son caractère provocateur car il nargue les millions d'Algériennes et d'Algériens qui manifestent de manière continue depuis bientôt 4 mois pour le départ du système et de tous ses symboles». Evoquant l'annonce par Bensalah de son maintien à la tête de l'Etat, le PT estime qu'il fait «fi du rejet du régime/système qu'il symbolise par l'écrasante majorité». Mohcine Belabbas, président du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), a appelé quant à lui, à maintenir la mobilisation permanente et la présence massive dans rue.
«La situation exceptionnelle que vit le pays nous oblige, nous aussi, à continuer à assumer nos responsabilités de citoyens par une mobilisation permanente et une présence massive dans la rue jusqu'au départ de la 3issaba gaâ et l'avènement d'un nouveau système politique», écrit Belabbas dans un tweet. «Faut-il commenter une seconde fois les grandes lignes du discours de Gaïd Salah relu par Bensalah?», s'est interrogé Mohcine Belabbas dans un autre tweet. L'avocat et le défenseur des droits de l'Homme, Mustapha Bouchachi, estime que le dernier discours de Bensalah, a déçu l'espoir des Algériens. «Le maintien de Bensalah à son poste jusqu'à l'élection d'un nouveau président de la République est un déni de la volonté du peuple algérien», a-t-il dit, indiquant qu'il s'attendait à ce que les autorités répondent aux revendications des Algériens qui refusent que les élections soient organisées par le régime en place. Selon Me Bouchachi, Bensalah souhaite perdurer «une démocratie de façade», estimant que «le régime politique actuel ne veut pas du changement et ne veut pas permettre au peuple algérien de s'émanciper à travers une période de transition menée par des personnalités à qui le peuple fait confiance», précise la même source. Pour sa part, Saïd Salhi, vice-président de la LADDH juge que le discours de Bensalah n'annonce rien de nouveau. «Le chef de l'Etat réitère ce qui est déjà annoncé par le chef d'état-major et du conseil constitutionnel», dit-il, tant dis que la constitutionnaliste Fatiha Benabbou, souligne que, le pays est devant une impasse et l'élection présidentielle est la seule solution. «Je pense que Bensalah va aller jusqu'à la fin de son mandat qui expirera le 09 juillet. Car il convient de préciser que le chef de l'Etat n'a pas le droit de partir et laisser le pays se faire avilir par le blocage politique», souligne-t-elle. Selon elle, Bensalah doit rester jusqu'au 9 juillet. «Mais il doit, avant son départ, convoquer le corps électoral et mettre en place une commission électorale indépendante et transparente, de façon à laisser les forces s'engager dans une compétition de manière ouverte». Pour elle, Bensalah «n' a pas à s'ingérer dans les élections, encore moins Bedoui». «Il faut tous les écarter de cette affaire», tranche-t-elle. Les anciens partis de la coalition du temps du pouvoir du président sortant Bouteflika ont de leur coté exprimé leurs soutient au discours de Bensalah. Le mouvement populaire algérien d'Amara Benyounes parle de position de principe. «Le MPA confirme sa disposition à apporter sa contribution pour la réussite de ce dialogue lancé par l'Etat algérien. Notre position est une position de principe car nous sommes convaincus que la crise que vit actuellement notre pays trouvera sa solution dans une large et franche concertation entre les différents partenaires», lit-on dans le communiqué du parti rendu public hier. Le Rassemblement National Démocratique (RND) d'Ahmed Ouyahia, «salue l'appel du chef de l'état à la classe politique, la société civile et les personnalité nationales à rejoindre un dialogue sérieux afin de réunir les conditions de la tenue d'une élection présidentielle honnête», lit-on dans un communiqué du parti rendu public hier. Par ailleurs, le RND «appelle, à l'application de l'article 8 de la constitution», selon la même source.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.