Le prix Pomed décerné à Soufiane Djilali    "Nous sommes toujours aux côtés du peuple"    Les avocats des détenus mettent à exécution leurs menaces    Dossier clos    Silence radio à la Sonatrach    Une convention pour booster le commerce électronique en Algérie    Rencontre régionale sur le code des marchés publics    Suspension d'une usine de boissons gazeuses    L'illicite défigure le site Aadl à Tamanrasset    Erdogan menace de reprendre l'offensive mardi soir si l'accord n'est pas respecté    Grève générale et manifestation à Barcelone    L'UE menace Washington de représailles    14 civils tués dans des raids turcs    Les joueurs mettent fin à la grève    Zetchi : "Il y a des contraintes de calendrier, mais les motivations sont là"    Les Verts veulent réaliser l'exploit à Berkane    Delort forfait contre Reims    Medaouar répond aux Usmistes et à Messaoudène    Les fans boudent, Laoufi s'interroge    La "harga" vers les côtes italiennes s'intensifie    3 exos pour se lever du bon pied    Le lait est-il un aliment gras ?    Merguez aux haricots blancs    65 millions d'analphabètes recensés par le gouvernement    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un sit-in de la communauté chrétienne violemment réprimé    Marie-Antoinette, cette figure de la pop culture    Concours de la chanson patriotique    Un lien entre deux peuples et deux cultures    L'Algérie représentée par le jeune Chikhi Samir    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Oued Tlelat - El Braya: Plus de 190 000 sachets de « chemma » saisis    Sétif: Deux morts et un nourrisson grièvement blessé dans une collision    Projets des Jeux méditerranéens: Constat satisfaisant et confirmation de l'échéance de réception, juin 2020    Pour blanchiment d'argent et financement occulte de partis politiques: Tliba incarcéré à la prison d'El Harrach    Nouvelle sortie de Amar Saâdani: L'«Etat profond», le hirak et le Sahara Occidental    Conseil de la nation: Début des procédures de levée de l'immunité de deux sénateurs    Automobile: L'usine Renault Algérie reprendra ses activités en 2020    Pour contrer le Hirak, le pouvoir tente d'obtenir la bienveillance internationale    La révolution légale    En marge de la vente dédicace de son livre: Le styliste espagnol Adolfo Dominguez revient sur son parcours artistique    Commémoration du 80ème anniversaire de l'exil républicain: Oran rend hommage aux réfugiés espagnols    145 postulants retirent les formulaires de souscription    L'Algérie domine l'Irlande 4-0    Un déficit de 4,68 mds dollars    Rohani : Les "Israéliens et les Saoudiens ont poussé les USA à sortir de l'accord    29.000 cibles terroristes detruites par l'aviation russe dans 9.500 sorties    Grève générale le 29 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaires de corruption.. Ahmed Ouyahia en prison
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019


L'ex-premier ministre Ahmed Ouyahia est en prison, à El Harrach. Le juge d'instruction près la Cour suprême a ordonné, hier, son placement en détention provisoire selon la Cour suprême, citée par l'APS. Comparaissant également hier devant la même Cour, l'ex-ministre des transports, Abdelghani Zaâlane a, quant à lui, été laissé en liberté provisoire. Ahmed Ouyahia et Zaâlane ont été entendu par le juge d'instruction près la Cour suprême dans des affaires concernant la dilapidation des deniers publics, d'abus de fonction et d'octroi d'indus privilèges. Après avoir été auditionné dans un premier temps par le juge instructeur près le tribunal de Sidi M'hamed à Alger, Ahmed Ouyahia a répondu à la convocation de la Cour suprême pour comparaître devant le parquet général de cette instance judiciaire. Attendu depuis la matinée par les journalistes et cameramen ayant investi le lieu devant le siège de l'institution sous la surveillance d'un dispositif policier inhabituel, l'ancien chef de l'exécutif a réussi à échapper aux caméras, sauf à celles de la télévision publique qui a diffusé des images le montrant arrivé vers 13h30 au siège de la Cour suprême, à bord d'une voiture de marque Skoda noire à vitres fumées, suivi d'un autre véhicule transportant sa garde rapprochée, puis gravis les escaliers de cette haute instance judiciaire, le conduisant au bureau du juge d'instruction. Selon des sources judiciaires, l'ancien chef du gouvernement, s'est présenté en tant qu'accusé dans plusieurs affaires liées à la corruption, entre autres «l'octroi indus avantages à autrui», «la dilapidation des deniers publics», et autres. L'ex-Premier ministre a été entendu à deux reprises par le juge d'instruction près le tribunal de Sidi M'hamed, notamment dans le cadre de l'affaire Tahkout. Il n'est pas le seul ex-ministre à comparaître devant le juge d'instruction de la Cour suprême. L'ex-ministre des travaux publics et des transports Abdelghani Zaalane a également été déféré hier, devant la Cour Suprême. Les deux hommes sont poursuivis dans plusieurs dossiers de corruption et de dilapidation de deniers publics. Outre Ouyahia, une dizaine d'anciens hauts responsables sont convoqués de comparaître devant la Cour suprême. Dans les prochains jours, devront comparaître devant la Cour Suprême, l'ex-premier ministre Abdelmalek Sellal et des ex-ministres Amar Tou, Boudjema Talaï, Karim Djoudi, Amara Benyounès, Amar Ghoul, Abdelkader Bouazghi et Abdeslam Bouchouareb, ainsi que de l'ex-wali Abdelkader Zoukh, et l'actuel wali d'El Bayadh Mohamed Djamel Khenfar. Mardi 11 juin, le parquet général de la Cour d'Alger, a publié un communiqué signé par le procureur général Fayçal Bendaas, où il fait état de dossier de neuf prévenus ont été, «compte tenu de leurs fonctions à la date des faits», transférés au procureur général près la Cour d'Alger pour «prendre les mesures adéquates à leur à leur encontre». Les personnes concernées sont : un ex-Premier ministre, en l'occurrence Ahmed Ouyahia deux ministres dont Abdelghani Zaalane, un ministre en poste actuellement, cinq ex-walis et deux walis toujours en fonction sans donner de noms. Les charges retenues contre ces prévenus portent notamment sur «participation au bénéfice du pouvoir et de l'influence d'agents de l'Etat, des collectivités locales, des entreprises et institutions publiques soumises au droit public, d'entreprises économiques, d'EPIC lors de la signature de contrats et transactions en vue d'augmenter les prix et de modifier en leur faveur la qualité de la matière, des services et de l'approvisionnement.»

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.