Naples : Revirement de situation pour Koulibaly ?    Lutte contre la rage : atteindre l'objectif de "zéro cas" en Algérie    Arrestation d'un usurpateur de fonction de cadre auprès de la présidence de la République    Les avocats maintiennent la pression    Les commerçants de boissons alcoolisées reviennent à la charge    Campagne de sensibilisation pour l'utilisation des TPE    La flamme de l'espoir    48 directeurs d'annexes Ansej limogés    Adel Kansous, nouveau P-dg de l'Anep    L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Investiture controversée de Loukachenko au Bélarus : L'opposition redescend dans la rue    Le ministère de la Défense dénonce une atteinte à la sécurité    Le SG de l'ONU en appelle à la responsabilité des états    Téhéran dévoile un nouveau missile sur fond de tensions avec les états-Unis    Le ministre des Affaires étrangères à Tunis pour une visite de travail    Visite du président du gouvernement espagnol    Trump exige un contrôle antidopage de Biden en vue de leur débat    Mohamed Sbahi dément sa convocation par la justice    La fille des Aurès    Mandi buteur face au Real    Belhoucini à Umm Salal, c'est fait !    Nabila Smaïl démissionne de l'APW de Tizi Ouzou    Le soutien sans réserve du FLN    Hamidou appelle à la promotion d'un tourisme responsable et durable    Prise en charge psychiatrique d'adolescents : Plaidoyer pour l'aménagement de structures d'hospitalisation    Les partenaires sociaux pas très convaincus    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un tribunal de la "raison" et de la "saison"    "Le prix Yamina-Mechakra toujours dans l'attente d'un agrément"    Actucult    Beni Amrane : Le déplacement de la stèle des martyrs contesté    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    Djelfa: Trois morts dans une collision    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Mutisme !    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Sit-in des avocats à Alger    Report du procès en appel    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Guardiola encense de nouveau Mahrez    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il y a 7 ans, Rachid.. Fares Il était né pour être acteur
Publié dans Le Temps d'Algérie le 19 - 06 - 2019

Il était jeune et représentait la jeunesse. Il était beau et représentait la beauté. Lui, c'est l'acteur Rachid Fares qui nous a quittés il y a 12 ans. On garde de lui l'image d'un jeune artiste doué et plein de dynamisme.
Il y a exactement 7 ans, le 20 juin 2012, nous quittait Rachid Fares, ce jeune acteur qui représentait la beauté, le dynamisme et ces jeunes qui voulaient croquer la vie à pleines dents. Malgré son jeune âge par rapport aux comédiens qui lui donnaient la réplique tels que Himoud Brahimi ou Sid Ali Kouiret dans de grands films tels que Le clandestin, Rachid Fares avait son mot à dire sur le plateau et sa propre façon de travailler sur les plateaux de cinéma. Rachid Fares, surnommé Dallas par ses amis, avait l'allure naturelle des grands acteurs américains. Il aurait pu avoir sa place aux côtés des acteurs tels que Steve Mc Queen, Charles Bronson ou Clint Eastwood. On voit encore son image lorsqu'il descendait à la rue Didouche.
L'allure d'un sportif
Le jeune Rachid avait un regard perçant et semblait avoir tout le temps un objectif. Il avait l'allure d'un sportif ou plutôt d'un justicier prêt pour la bagarre alors que ses amis nous rapportent qu'il avait un cœur très doux. Comme tous les enfants des années 1960, Rachid Fares aimait le cinéma. Il verra des centaines films, notamment lorsqu'il était projectionniste. Il avait une grande culture cinématographique. Il s'intéressait à la vie des acteurs qu'il voyait dans la salle obscure et lisait tout ce qui concerne le cinéma. Le jeune Rachid avait vu pratiquement tous les films westerns, de guerre et policiers distribués dans les salles de cinéma dans les années 1960 – 1970. Il tenait également à assister aux projections des films à la cinémathèque d'Alger et aux débats qui y étaient organisés, à l'époque où elle était dirigée par Boudjemaa Kareche. Il faut rappeler qu'à cette époque, la cinémathèque avait vécu ses années d'or en projetant tous les classiques du cinéma et en invitant les plus grands cinéastes tels que Youcef Chahine et Wim Wenders. Rachid Fares était devenu un véritable connaisseur du cinéma mondial. Il aurait pu devenir critique s'il avait poussé ses études dans le domaine mais ce qui l'intéressait était le métier d'acteur et rien d'autre.
Il aimait son métier
Selon des témoignages de cinéastes, Rachid Fares était l'acteur idéal pendant le tournage. Il facilitait le travail des réalisateurs et apprenait rapidement son texte par cœur comme les grands comédiens de théâtre. D'ailleurs, c'est cette qualité qui le menait à jouer naturellement tous ses rôles. Né le 9 mars 1955, Rachid Farès qui est passé par le théâtre a joué aux côtés de très comédiens tels que Sid Ahmed Agoumi, Ahmed Benaïssa et Sonia. Il a également joué dans des films de télévision avant de passer au cinéma, son rêve d'enfance. Il a joué dans des films tels que Le Clandestin de Benamar Bakhti, Morituri de Okacha Touita, Le thé d'Ania de Said Ould Khelifa et L'envers du miroir de Nadia Chérabi. On l'a vu pour la dernière fois dans le film Mustapha Ben Boulaïd de Ahmed Rachedi. Rachid Fares était célibataire lorsque la mort l'a surpris à l'âge de 52 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.