PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Tebboune déposera son dossier samedi    LES RETRAITES MILITAIRES INTERDIT D'EXERCER EN POLITIQUE : Le statut général des personnels militaires à l'APN    CNAS : Plus de 25 000 travailleurs non déclarés en 2019    AFFAIRE DES 701 KG COCAINE : Les deux frères ‘'d'El Bouchi'' devant le juge d'instruction    ORAN : Grève des collecteurs privés d'ordures ménagères    SIDI BEL ABBES : La santé mentale, thème d'une formation de 5 jours    Tribunal de Bab El Oued : 18 mois de prison ferme requis contre 5 détenus du drapeau amazigh    Real Madrid: Zidane reste optimiste pour Hazard    Ligue 1: Le programme des rencontres de ce mercredi    La Tunisie veut forcer son destin    Des manifestants exigent la fermeture du bureau des élections    "Nos enfants ne sont pas des bandits !"    Mahrez dans la liste des 30 nominés    Chita de retour    Les étudiants empêchés de rallier le tribunal de Sidi M'hamed    Les Kurdes ont quitté la zone de sécurité    La Russie se replace en Afrique    Les exclus du logement social bloquent la route    TBC pour atténuer le "terrorisme routier"    Promouvoir et encourager les jeunes cinéastes    Le dernier sourire de Larbi Ben M'hidi ou le peuple algérien en son miroir    Incendie à l'Ecurie royale de Turin, site Unesco    La diversité culturelle est à même de produire une élite équilibrée et efficiente dans la société    Le taux d'inflation à 2,4% sur un an    Hôpital Mustapha Bacha : Organisation de la circulation des véhicules    «Elargir le champ des investigations sans se passer du contrôle de la justice»    Les étudiants pointent une justice subsidiaire    Situation socioéconomique, politique et perspectives de l'Algérie 2020/2030    Ouverture du Salon Hassi-Messaoud Expo 2019    Ligue des champions d'Europe: Gros choc à Milan, Ajax et Barcelone pour la confirmation    Le NB Staouéli dans le groupe 2    Une femme à la tête de la Ligue de football de la wilaya    Ludovic Batelli a échoué, il s'en va, ses références dénoncées    Bensalah se rend à Sotchi    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Brexit: Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu malgré les obstacles    Omnisports : Signature d'un accord-programme de pratique sportive au sein des universités    Libye SOS Méditerranée cherche de nouveau un port sûr pour 104 migran    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    Présidentielle Rabehi met en garde les professionnels de l'information contre les "fake news"    Sétif: A la recherche des modalités pour harmoniser et réduire les inégalités entre les territoires    Transport: Tassili Airlines renforce ses dessertes vers le Grand Sud à partir de novembre    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    16 oeuvres de jeunes cinéastes en compétition    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il y a 7 ans, Rachid.. Fares Il était né pour être acteur
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 05 - 2019

Il était jeune et représentait la jeunesse. Il était beau et représentait la beauté. Lui, c'est l'acteur Rachid Fares qui nous a quittés il y a 12 ans. On garde de lui l'image d'un jeune artiste doué et plein de dynamisme.
Il y a exactement 7 ans, le 20 juin 2012, nous quittait Rachid Fares, ce jeune acteur qui représentait la beauté, le dynamisme et ces jeunes qui voulaient croquer la vie à pleines dents. Malgré son jeune âge par rapport aux comédiens qui lui donnaient la réplique tels que Himoud Brahimi ou Sid Ali Kouiret dans de grands films tels que Le clandestin, Rachid Fares avait son mot à dire sur le plateau et sa propre façon de travailler sur les plateaux de cinéma. Rachid Fares, surnommé Dallas par ses amis, avait l'allure naturelle des grands acteurs américains. Il aurait pu avoir sa place aux côtés des acteurs tels que Steve Mc Queen, Charles Bronson ou Clint Eastwood. On voit encore son image lorsqu'il descendait à la rue Didouche.
L'allure d'un sportif
Le jeune Rachid avait un regard perçant et semblait avoir tout le temps un objectif. Il avait l'allure d'un sportif ou plutôt d'un justicier prêt pour la bagarre alors que ses amis nous rapportent qu'il avait un cœur très doux. Comme tous les enfants des années 1960, Rachid Fares aimait le cinéma. Il verra des centaines films, notamment lorsqu'il était projectionniste. Il avait une grande culture cinématographique. Il s'intéressait à la vie des acteurs qu'il voyait dans la salle obscure et lisait tout ce qui concerne le cinéma. Le jeune Rachid avait vu pratiquement tous les films westerns, de guerre et policiers distribués dans les salles de cinéma dans les années 1960 – 1970. Il tenait également à assister aux projections des films à la cinémathèque d'Alger et aux débats qui y étaient organisés, à l'époque où elle était dirigée par Boudjemaa Kareche. Il faut rappeler qu'à cette époque, la cinémathèque avait vécu ses années d'or en projetant tous les classiques du cinéma et en invitant les plus grands cinéastes tels que Youcef Chahine et Wim Wenders. Rachid Fares était devenu un véritable connaisseur du cinéma mondial. Il aurait pu devenir critique s'il avait poussé ses études dans le domaine mais ce qui l'intéressait était le métier d'acteur et rien d'autre.
Il aimait son métier
Selon des témoignages de cinéastes, Rachid Fares était l'acteur idéal pendant le tournage. Il facilitait le travail des réalisateurs et apprenait rapidement son texte par cœur comme les grands comédiens de théâtre. D'ailleurs, c'est cette qualité qui le menait à jouer naturellement tous ses rôles. Né le 9 mars 1955, Rachid Farès qui est passé par le théâtre a joué aux côtés de très comédiens tels que Sid Ahmed Agoumi, Ahmed Benaïssa et Sonia. Il a également joué dans des films de télévision avant de passer au cinéma, son rêve d'enfance. Il a joué dans des films tels que Le Clandestin de Benamar Bakhti, Morituri de Okacha Touita, Le thé d'Ania de Said Ould Khelifa et L'envers du miroir de Nadia Chérabi. On l'a vu pour la dernière fois dans le film Mustapha Ben Boulaïd de Ahmed Rachedi. Rachid Fares était célibataire lorsque la mort l'a surpris à l'âge de 52 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.