La CAPC salue la volonté de l'Etat de réviser l'accord commercial Algérie-UE    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Algérie/Italie: le comité technique chargé de la délimitation des frontières maritimes installé    L'Algérie peut jouer "un rôle très important pour assurer la sécurité et la paix dans la région"    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Un terroriste abattu, 4 éléments de soutien et 11 narcotrafiquants arrêtés en une semaine    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme    Un SUV électrique sur les tablettes    Savoir lire les indices d'un pneu    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Neghiz face à la presse    Levée progressive du gel sur les projets du secteur de la santé    Spectaculaire rebond de l'émigration clandestine    Pascades    Zones d'ombre: l'Etat déterminé à concrétiser les projets dans les meilleurs délais    Report de la 1re édition de la Foire nationale des produits de l'agriculture et de l'agroalimentaire    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    L'Odyssée de Hamdi Benani    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    Prorogation des promotions au 30 septembre    Condoléances    La cour d'appel allège la peine de Fouzia Argoub    "La France doit aider l'Algérie à nettoyer les sites des essais nucléaires"    STABLE ET DURABLE    Les souscripteurs AADL protestent    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    La fille des Aurès    Les non-dits    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Chlef: Mener les projets à bon port    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    Bovins et crocodiles    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    PAIX ET SERENITE    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Quatrième épouse de Kaddour M'Hamsadji.. Retour sur une époque pas si lointaine
Publié dans Le Temps d'Algérie le 24 - 06 - 2019

Paru aux éditions Casbah, «La quatrième épouse» de Kaddour M'Hamsadji est un roman fascinant qui plonge le lecteur dans la nature humaine avec, en toile de fond, la guerre de libération nationale.
«La quatrième épouse» de Kaddour M'Hamsadji, paru aux éditions Casbah, dépeint sur 380 pages, les contours d'une vie très riche, celle de Bakir Ghouzlani, protagoniste de l'histoire. L'ambiance est au temps de la guerre de libération nationale. Le lecteur découvre petit à petit les péripéties de la vie hétéroclite de Bakir Ghouzlani, ce septuagénaire habitant la commune de Birkhadem à Alger. L'homme a déjà eu quatre filles avec ses trois premières femmes. Pour des circonstances familiales et des problèmes d'héritage qui l'opposent à son frère aîné Slimane le cupide, depuis plus de dix ans, Bakir décide après une longue période de réflexion de se remarier pour la quatrième fois dans le seul espoir d'engendrer un garçon, donc un héritier.
Héritage
«Ce roman, «La Quatrième épouse», complète un thème général abordé dans Le Silence des cendres et dans Le Rêve derrière soi ; il porte sur quelques aspects de la vie quotidienne de la société algérienne pendant la guerre d'Algérie (1954-1962). Et pas seulement… La colonisation a forcément eu son juste contraire : la décolonisation. Mais de l'émancipation de la femme et… de l'homme, qu'en est-il ? Aussi est-il vrai que, tout comme l'Algérie, la femme est dépossédée de sa personnalité et que, tout comme le peuple, l'homme est spolié de son pur héritage civilisationel. […] «La Quatrième épouse» est le roman des rapports humains, plus largement entre la femme et l'homme, entre les hommes et les femmes, là où une âme est éprouvée par l'esprit systématique du mépris, de la domination et donc de l'injustice», peut-on lire en quatrième page de couverture. Avec une maîtrise parfaite de la langue française, Kaddour M'Hamsadji embarque le lecteur dans un beau voyage temporel. En effet, son roman est ficelé et construit avec beaucoup d'intelligence.
Racontant la passionnante idylle de son héros Bakir et Christine Almodovar, fille d'un réfugié sévillan et petite-fille du colon raciste Georges Wilhem dont les ancêtres ont spolié les terres des algériens, l'auteur livre en même temps et dans un contexte colonial comment s'est faite l'union entre Bakir et sa première épouse à l'insu du grand-père mais avec l'accord du père. Bakir décide de fuir cette dure réalité et part au maquis. La guerre d'Algérie bat son plein et dans ces circonstances, Bakir se remarie au maquis avec le médecin Tasfhout qui meurt au cours d'une embuscade. Blessé, il est envoyé comme instituteur à Ghardimaou. A son retour, il prend pour épouse Dhrifa, la sœur de son ami Arezki, qui lui donne trois filles, Houria, Rouqia et Dounia.
Solidarité
Cette troisième épouse meurt, mais avant, elle lui donne une quatrième fille, Siham. De nouveau, Bakir devenu Hadj se remarie pour la quatrième fois avec la jeune Safia, persuadé que cette dernière lui donnera un garçon, c'est-à-dire un héritier. Ce périple familial basé sur fond de guerre se lit d'un seul trait. Un roman nostalgique et probant pour mieux comprendre cette époque dure mais où la solidarité, l'entraide et la tolérance entre algériens étaient de mise.
Né en 1933 à Sour El Ghozlane, Kaddour M'Hamsadji a fait partie de l'équipe fondatrice de la toute première Union des écrivains algériens, en 1963. Ayant écrit dans tous les genres littéraires, à commencer par le théâtre, à l'exemple de La dévoilée, avec un jugement d'Albert Camus et une préface d'Emmanuel Roblès. Il est également l'auteur de plusieurs romans, nouvelles, poésies, essais, contes, éducation et formation, émissions radiophoniques, de nombreux articles culturels dans la presse et des scénarios et dialogues pour des feuilletons de télévision.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.