Les étudiants brisent le cordon policier, rue Hassiba    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    "Aucune disposition pénale ne sanctionne le port de l'emblème"    Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Les citoyens de Haïzer réclament la libération immédiate des détenus    Trois manifestants placés sous contrôle judiciaire à Oran    Samy Agli, nouveau président du FCE    Redorer le blason de l'UGTA    Le Femise évoque la persistance du système de rente en Algérie    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Groupe F : Cameroun-Guinée Bissau, aujourd'hui à 18h00: Les Lions Indomptables veulent rugir    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    L'ARBRE DESSECHE    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A Tlemcen, une affaire de famille
Andalou
Publié dans Le Temps d'Algérie le 23 - 03 - 2009

Tlemcen est la ville où l'andalou serait le mieux préservé. Sans parler des jeunes filles, certains chanteurs très doués ne rêvent même pas de devenir des stars. Dans cette ville, l'andalou s'apprend naturellement en famille.Dès qu'on pense à l'histoire de la musique andalouse, des noms de personnages nous reviennent à l'esprit.
A Alger, on pense directement à Dahmane Benachour et à ses grands prédécesseurs, tels que les frères Fekhardji, Mahieddine Lakhal, Benteffahi ou Yafil, si l'on remonte plus loin.A Constantine, où le malouf est entré en Algérie directement par la Tunisie, sans passer par l'Espagne, on pense directement à Hadj Tahar Fergani, cheikh Dersouni et leurs maîtres et ancêtres de cet art, Ali Khodja dit H'souna, Abdelkader Toumi, Bestandji, Berrachi...
Bensari et les 24 noubas
Si, aujourd'hui, Tlemcen a comme jolie devanture le chanteur hawzi Mohamed Ghafour, cette ville nous fait toujours penser à cheikh Larbi Bensari qui, paraît-il, était le dernier à maîtriser les 24 noubas de l'andalou. Né en 1872 (ou avant ?), Larbi Bensari n'aurait pas été invité par les premiers directeurs de la RTA. Les motifs sont inconnus. Ils ne savaient peut-être pas que c'était une urgence d'enregistrer le grand maître avant sa disparition. Il faut dire aussi qu'à cette époque, les producteurs avaient trop délaissé notre patrimoine au profit des chansons égyptiennes qui étaient à la mode.
De Tlemcen, le grand public ne connaît pratiquement que Abdelkrim Dali pour ses passages réguliers à la télévision (uniquement) le jour de l'Aïd. Découvert par cheikh Omar Bekhchi, Dali avait été encouragé par Abdesslam, le frère de Larbi Bensari, qui l'invita à faire partie de son orchestre. Très doué, le jeune Abdelkrim montra ses capacités vocales en reprenant des chansons d'Oum Keltoum et de Mohamed Abdelwahab, en vogue à l'époque.
Par la suite, il est remplacé par Redhouane, le fils le plus doué de Larbi Bensari. Il fera alors partie de l'orchestre de cheikha Tetma, qui ne cessa de faire parler d'elle. La rupture avec Larbi Bensari est motivée par le fait que le grand maître a choisi son fils Redhouane pour l'accompagner au Congrès de la musique arabe au Caire, en 1932. Ce choix n'est sûrement pas motivé par le népotisme, car les mélomanes reconnaissent que Redhouane est le plus grand chanteur tlemcénien après cheikh Larbi.
Tetma parmi les meilleures
Tetma, qui est enterrée au cimetière de Sidi M'hamed, à Belouizdad (Alger), sera parmi les meilleures chanteuses de hawzi, aux côtés de Fadhila Dziria et Meriem Fekkaï dite El Bessekria. Maâlma Yamna restera, bien sûr, inégalable. Il fallait attendre les années 1970 pour découvrir Nassima, sa vraie remplaçante. Ce constat est fait par de grands maîtres de l'andalou, notamment Sadek Bedjaoui.
Mahieddine, qui ne ratait jamais l'occasion d'enrôler dans sa troupe les artistes montants, la remarque lors d'une tournée.
Après avoir enregistré son premier disque en 1930, il continuera à accompagner Tetma et à produire des disques. En 1938, il fera une longue tournée à travers le territoire avec «Les tournées Mahieddine», et en 1940, Boudali Safir, alors directeur des programmes arabes de la radio, l'invite à participer aux concerts de l'orchestre andalou.
On y chante en famille
En 1952, il deviendra définitivement membre de cet orchestre. Après l'indépendance, il chantera lors des semaines culturelles algériennes à l'étranger et donnera des cours au Conservatoire d'Alger puis à l'institut national de musique. Comme le grand maître Larbi Bensari, Dali jouait de plusieurs instruments, mais préférait le luth.
Il faut dire qu'il est très difficile d'écrire l'histoire de la musique de Tlemcen sans oublier quelques maîtres, car la ville connaît de nombreux chanteurs et musiciens qui n'ont pas eu la chance ou n'ont pas voulu être médiatisés. En tout cas, à Tlemcen, certains noms, tels que Sekkal, Bekhchi, Dib et Brixi, sont très connus. Actuellement, il y a toute une génération d'hommes, tels que le cardiologue Yahia Ghoul qui s'est donné à fond pour mettre en valeur cette musique.Il faut rappeler que le docteur Yahia Ghoul est le président de l'association Nassim El Andalous d'Oran.
Ce mélomane avait créé une association portant le même nom lorsqu'il était aux USA. A Tlemcen, les associations et les artistes foisonnent. La musique andalouse est pratiquée dans la plupart des familles. D'ailleurs, lors des fêtes familiales, les chanteurs n'avaient pas besoin de chorale. Tous les spectateurs connaissent les textes et prennent un plaisir à suivre la mélodie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.