Déconfinement progressif: "la FNTT appelle à des mesures strictes à l'égard des transporteurs privés"    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    EVOLUTION DE LA SITUATION SANITAIRE : L'Algérie a atteint le pic le 29 avril dernier    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    BLIDA RESPIRE    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Violente Amérique !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Le crime de Minneapolis    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A quoi nous sert le sourire ?
Psycho
Publié dans Le Temps d'Algérie le 01 - 06 - 2009

Combien de fois sourions-nous par jour ? Impossible de le dire, tant cela dépend des personnalités et des instants choisis. Mais sourions-nous toujours pour exprimer le plaisir ?
«Le sourire provient d'une vibration qui associe la joie et la terreur, l'émerveillement et l'effroi», écrit Patrick Drevet dans son essai Le Sourire (Gallimard, 1999). Complexe, il révèle ce que nous sommes. Pourtant, à l'inverse du rire, qui préoccupe les chercheurs depuis une vingtaine d'années, peu d'études ont été consacrées à la plus subtile des expressions humaines. A quand remonte le premier ? A la naissance, il n'existe pas.
Il apparaît chez le bébé entre son 30e et son 45e jour, au plus tard à 3 mois, pour exprimer un contentement à la vue d'une personne familière, à l'écoute d'un son mélodieux ou après un repas. Sourire est d'abord un mécanisme cérébral.
Selon les scientifiques, tout commence par une excitation de la partie antérieure de notre hypothalamus, glande située à la base du cerveau.
Telle une onde, elle transmet un influx nerveux au système limbique, siège des émotions. Le tonus musculaire se relâche, les réactions faciales de contentement apparaissent (une excitation de la partie postérieure de l'hypothalamus entraîne des réactions de mécontentement).
Si quinze muscles sont nécessaires pour rire, il en faut autant pour amorcer ce que le dictionnaire définit trop simplement par «un léger mouvement des yeux et des lèvres». Mais à chaque type de sourire, ses muscles spécifiques !
Ainsi, le sourire de politesse, simple plissement des lèvres, met en jeu la contraction du grand zygomatique, alors que le sourire de joie, large et éclatant, fait intervenir l'orbiculaire palpébral, le muscle des paupières.
Celui-ci ne s'active qu'involontairement lors de sensations agréables : impossible de confondre un rictus contraint et un sourire de bonheur. Le sourire est un autre langage, un moyen de traduire ce qui, en nous, reste muet. Loin d'être un «sous-rire», il ouvre sur de multiples univers : il y a le sourire épanoui de l'amoureux, le gêné du timide, le conquérant du séducteur, le serein de Bouddha. Nous en avons retenu six. Tour d'horizon.
Le sourire de bienvenue, celui qui nous accueille
Le sourire de bienvenue ou de politesse, à la fois proche et distancié, met spontanément à l'aise, même si l'on n'a aucun lien avec celui qui nous l'adresse.
Il n'entre pas directement dans notre sphère intime, ne s'adresse pas à qui nous sommes, mais à ce qu'il y a d'universel en nous. «Un sourire sincère touche en nous quelque chose d'essentiel : notre sensibilité innée à la bonté», souligne le dalaï-lama dans Sagesse ancienne et monde moderne.
Le sourire complice, celui qui nous rassemble
Le sourire complice exprime l'appartenance à une même histoire. Il révèle une entente étroite, une connivence avec certains êtres choisis.
«J'aime capter la complicité des regards et des sourires quand je prends des photos d'inconnus dans la rue», explique Steven, 25 ans, photographe taïwanais qui parcourt le monde. Les sourires qu'il capte sont les meilleurs souvenirs de ses voyages.
Le sourire séducteur, celui qui désarme
Un éthologiste allemand a montré que le sourire est partagé dans la plupart des rites de séduction à travers le monde. Le sourire est toujours ce que les femmes apprécient le plus chez un homme, avant le regard. Le sourire assure et rassure à la fois.
Le sourire défensif, celui qui nous préserve
Face à l'inconnu, le sourire est notre première arme, une forme de lâcher prise destiné à paralyser nos pulsions agressives et à neutraliser celles que l'autre peut ressentir à notre égard. C'est un signe d'apaisement que nous partageons avec toutes les civilisations du monde.
Le sourire audacieux, celui qui nous donne de l'assurance
S'obliger à sourire nous entraîne à retenir les aspects positifs, à mettre en avant nos succès plutôt que nos échecs. Le sourire nous aide à mieux gérer notre stress, à faire face aux changements avec davantage de sérénité
Le sourire gêné, celui qui nous excuse
Loin de toujours exprimer le plaisir, le sourire peut aussi marquer notre volonté de prendre de la distance : un sourire gêné peut nous monter aux lèvres lorsque nous venons de commettre un impair et que la honte nous submerge. C'est le sourire commentaire, celui qui marque le désarroi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.