La hausse des prix alimente l'appétit des investisseurs, optimistes    Baisse drastique des réserves de change et dérapage accéléré de la cotation du dinar    Une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Plus de 100 kg de drogue saisis à Alger et 11 suspects arrêtés    L'Etat œuvre à redonner aux zones rurales un rôle pionnier économiquement    Les meilleures œuvres primées    L'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    Le portier algérien Oukidja suspendu pour cinq matches    «Soulagé d'être réhabilité»    Ligue des Champions: le MCA s'impose au Sénégal face au Teungueth FC    Procès en appel de l'auteur présumé de l'assassinat d'Ali Tounsi : Le colonel Chouaib Oultache condamné à la prison à vie    INESG: ouverture des travaux d'une journée d'étude portant sur la guerre del'information    Une responsable sahraouie appelle les organisations féminines à travers le monde à protéger les sahraouies des exactions marocaines    Le FFS éloigne la perspective de sa participation aux prochaines élections    Arsenal : Le successeur de Lacazette déjà trouvé ?    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Qui s'y frotte s'y pique    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Les matchs amicaux face à la Côte d'Ivoire et la Zambie officialisés    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Les attaques de l'armée sahraouie contre les forces armées marocaines s'intensifient    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Imposante mobilisation à Alger    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Crimes commis à l'étranger: Un projet de loi pour la déchéance de la nationalité    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Les rentiers cachés de la République    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ed-derija, langue consensuelle du Maghreb : Adbou Elimam présente son ouvrage
Publié dans Le Temps d'Algérie le 27 - 03 - 2016

Invité ce samedi par la librairie El Idjtihad à Alger, Abdou Elimam a défendu les filiations puniques de l'arabe parlé aujourd'hui.
«Le maghribi, alias ed-derija - la langue consensuelle du Maghreb, «est une troisième réédition d'un ouvrage sorti il y a une vingtaine d'années. Et en le relisant, je n'y changerais aucune virgule, car on est loin du compte sur ces questions-là», a déclaré Adbou Elimam avant-hier à la librairie Ijtihad à Alger-Centre lors de sa présentation du livre.
L'objet de ce travail d'histoire et de recherche est de retrouver les traces de la langue parlée il y a 3000 ans dans ce continent. De ce fait, l'auteur dira qu'une dizaine de siècles auparavant et à quelques variantes près, la langue qui se parlait à cette époque est celle que nous parlons aujourd'hui et qu'on appelle ed-deridja.
«J'ai travaillé sur un corpus punique dans lequel j'ai essayé de voir ce qui a survécu de cette langue. J'ai trouvé qu'en fait, on est à plus de 60% de substrat de survivance de cette langue. Il y a des mots qui ont disparu et d'autres qui ont changé de sens, mais l'essentiel se traduit en ce 60% qui se parlait il y a plus de 20 siècles et qui existe toujours». En travaillant sur la langue punique, l'auteur déduit que c'est une langue sémitique et que cette dernière partage les mêmes principes ; en d'autres termes, toutes les langues se ressemblent. Plus loin dans ses recherches et en rassemblant des dates précises, l'auteur dira qu'il a été marqué par le fait qu'au moment où ici (Afrique du nord), on parlait cette langue, l'arabe n'existait pas encore. «L'arabe n'est apparu réellement qu'entre le septième et le dixième siècle. Il lui a fallu trois siècles pour être normé. Or il se parlait déjà quelque chose d'autre avant en cette terre.
Les langues maternelles ont traversé le temps, les colonisations, les idéologies linguistiques diverses qu'on a rencontrées et elles sont toujours vivaces. Et c'est là qu'intervient mon travail dans la deuxième partie du livre. C'est-à-dire que les langues ne parlent pas toutes seules, elles sont portées par les humains qui les parlent. Qu'on ne me dise pas que telle ou telle langue est une langue de science, car une langue en elle-même n'est rien du tout, tout dépend des humains qui la portent et qui diffusent le savoir à travers elle..., a-il indiqué.
Un signed'émancipation
« Nous qui sommes une nation très jeune dans l'histoire, avec le tamazight, on a ouvert une brèche. Mais sur ce que j'appelle le maghribi, on a encore beaucoup de mal», fera savoir A. Elimam, avant de poursuivre :
«Des chercheurs de partout dans le monde ont appelé avant moi la langue qui se parle dans notre pays le maghribi. Sur ce, je me suis dis : ‘'pour une fois, je vais appeler ma langue par un nom, et pour moi c'était déjà un signe d'émancipation personnel''.
Je me suis senti mieux dès que je l'ai fait». Elimam Abdou, né à Oran, est docteur d'Etat et professeur de linguistique. Il a exercé dans plusieurs établissements universitaires (Sorbonne, Rouen, Inalco, Ines, Culture populaire, Naplouse-Palestine, UFC, Enset).
Il a publié de nombreux articles et ouvrages de sociolinguistique du Maghreb, de didactique et de linguistique cognitive. «Le maghribi, alias «ed-derija» (la langue consensuelle du Maghreb)» de Abdou Elimam 248 pages, éditions Frantz-Fanon, 600 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.