Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    Pétrole: début des travaux de la 14e réunion ministérielle des pays de l'Opep+    L'Algérie prend acte avec satisfaction de l'annonce de Macron de rendre hommage au chahid Ali Boumendjel    La position de Berlin sur le statut du Sahara occidental est la cause des frictions entre l'Allemagne et le Maroc    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Hirak, l'heure des clarifications    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    «Il y a alliance entre les résidus de la bande et des extrémistes»    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    Quel impact sur l'industrie de raffinage?    L'Algérie tend la main à sa diaspora    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Messi fixe une deadline pour son avenir    RASD: la guerre contre l'occupant sera étendue jusqu'à la libération des territoires occupés    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    La mafia du foncier dénoncée    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    La dépendance au pétrole se confirme    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plaidoyer pour le « maghribi »
Abdou Elimam bientôt à la librairie « El Ijtihad »
Publié dans Horizons le 15 - 03 - 2016

Farid Benramdane, enseignant-chercheur à l'Institut des langues étrangères, à l'université de Mostaganem et au Crasc Oran, avait qualifié un des livres d'Abdou Elimam de « contribution linguistique dans le domaine sémio-méditerranéen ». Pour lui, le professeur de linguistique pose la problématique de l'apparentement linguistique du parler maghrébin (arabe maghrébin, arabe dialectal, arabe populaire, arabe algérien, tunisien, marocain...).
Cette fois-ci, Abdou Elimam revient avec un nouvel ouvrage intitulé « Le maghribi, alias « ed-derija » (La langue consensuelle du Maghreb). Il le signera bientôt à la librairie « El Ijtihad ». Dans cet ouvrage, l'auteur interroge les fondements anthropologiques et historiques des langues natives locales, d'une part, et la langue arabe classique, d'autre part. C'est à partir de la période carthaginoise et la langue punique qu'il pense trouver la clé du problème. Cet ouvrage s'adresse aux linguistes, aux étudiants en sciences humaines et sociales, aux décideurs politiques.
Dans l'avant-propos, on peut lire : « Les travaux que nous présentons ici visent à soutenir et à accompagner notre désir de voir le maghribi reconnu pour ce qu'il est, c'est-à-dire une langue à part entière. Pour ce faire, nous proposons d'exhiber quelques pans de son architecture interne. » Elimam invite le lecteur, à travers deux parties, à s'initier aux procédures globales de la science du langage afin de pénétrer le monde caché des langues. Dans une deuxième partie, il se propose d'explorer cette traversée d'histoire linguistique du Maghreb en tentant d'éclairer trois points : l'héritage punique et ses retombées sur la langue maghribie, l'espace linguistique sémitique et exploration de la forme linguistique du texte coranique. Et en dernier, un éclairage sur l'histoire de la norme linguistique arabe et ses relations avec les autres langues sémitiques, en particulier, et avec les langues naturelles, en général. Ce n'est pas tout. L'auteur gâte ses lecteurs en insérant, dans les dernières pages, des tableaux de lexique punique avec entrées en caractères arabes.
La démarche menée par Elimam Abdou est estimable. Même si le vocabulaire est scientifique et technique, la lecture de l'ouvrage est digeste et fluide.
Elimam Abdou, né à Oran, est docteur d'Etat et professeur de linguistique. Il a exercé dans plusieurs établissements universitaires (Sorbonne, Rouen, Inalco, Ines, Culture populaire, Naplouse-Palestine, UFC, Enset). Il a publié de nombreux articles et ouvrages de sociolinguistique du Maghreb, de didactique et de linguistique cognitive.
« Le maghribi, alias « ed-derija » (La langue consensuelle du Maghreb) » de Abdou Elimam 248 pages, éditions Frantz Fanon, 600 DA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.