L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Réunion de l'APW de Tizi Ouzou : L'université au centre des débats
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

L'Assemblée populaire de la wilaya de Tizi Ouzou ne semble pas rester de marbre devant la situation désastreuse, voire délétère dans laquelle se débat l'université Mouloud-Mammeri (UMMTO).
En effet, l'exécutif de l'APW qui s'est réuni à la fin de la semaine dernière au siège de l'institution, a «décidé de programmer une session extraordinaire pour examiner la situation préoccupante de l'université», indique l'Assemblée qui estime qu' «actuellement cette institution se trouve dans un climat d'instabilité chronique.
Ceci suite aux multiples mouvements de grèves déclenchés par les différents acteurs de la communauté universitaires», tout en précisant que la situation de l'UMMTO est «préoccupante», d'où sa décision de faire de son mieux pour tirer la sonnette d'alarme et alerter toutes les parties concernées à trouver des solutions et mettre fin à ce climat conflictuel qui pénalise en premier lieu les étudiants».
Il s'agira aussi de «mettre à profit cette occasion pour interpeller les pouvoirs publics à prendre en charge les doléances de la communauté universitaire».
L'insatiabilité chronique qui caractérise cette institution s'est déjà traduite par la démission, il y a quelques jours, du recteur, M. Saïd Ouardane, moins de sept mois après sa prise de fonction. Il a été remplacé, mercredi dernier, par le Pr Arezki Derridj, ex-doyen de la faculté d'agronomie. La cérémonie d'installation du nouveau recteur s'est déroulée en présence du secrétaire général du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M'hamed Mohamed Salah-Eddine Seddiki.
Ce nouveau responsable hérite d'une situation complexe. D'ailleurs, le ton a déjà été donné par le coordinateur de la section du Cnes, Ould Ouali Samy Hassani, qui a estimé que «le changement du recteur ne suffit pas». Selon lui «le salut à la crise que vit l'université Mouloud-Mammeri passe par le changement de l'ensemble de l'équipe dirigeants».
Que de lacunes…
Les différents pôles constituant l'université Mouloud- Mammeri n'ont pas été épargnés par les turbulences. Tous ont été marqués par des mouvements de grève, des insuffisances à tous les niveaux, notamment en matière de disponibilité de blocs pédagogiques, etc. Au pôle de Tamda, les étudiants ont été contraints d'étudier le samedi à cause de l'insuffisance de salles de cours. Le campus qui ne dispose que de cinq blocs reste très encombré.
Entre-temps, le projet d'extension de ce pôle enregistre plusieurs années de retard. Il n'est donc pas sur le point d'être achevé et les 4000 places pédagogiques qui devaient êtres réceptionnées et exploitées dès janvier prochain, selon les propos du Dlep, rapportés lors de la dernière visite du ministre, n'est encore qu'un chantier. La faculté des sciences économiques demeure sans direction depuis des mois. Le manque d'encadrement est aussi légion au niveau de cette université. Du coup, les semestres d'étude sont réduits à quelques semaines seulement. Le niveau de l'enseignement a aussi pris un sérieux coup. A tout cela sont venus se greffer d'autres phénomènes, comme l'insécurité qui gangrène quasiment tous les campus. Aujourd'hui, l'université est à l'image de la rue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.