Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Action du gouvernement: Ali Benflis sceptique
Publié dans Le Temps d'Algérie le 05 - 06 - 2017

L'ancien chef du gouvernement et actuel président du parti d'opposition Talaie El-Houriyet, Ali Benflis, a, dans un entretien accordé hier, à la chaîne qatarie Al-Jazeera, dressé un sombre paysage de l'avenir politique de l'Algérie. Considérant que le nouveau gouvernement est dans l'incapacité d'accomplir ses missions, Benflis a assuré que l'avenir d'après-Bouteflika reste inconnu.

Interrogé sur l'action prochaine du gouvernement nommé, il y a 15 jours, par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, Benflis a estimé que ce nouveau Exécutif «n'accomplira pas ses missions constitutionnelles et ne pourra même pas se réunir». Selon lui, aucun changement n'a été opéré dans la nomination de ce gouvernement, vu qu'il regroupe des personnalités des mêmes courants politiques. «On nous parle d'un gouvernement élargi, alors qu'on constate que ce sont les mêmes figures issues des mêmes courants politiques et les mêmes allégeances qui ont été recyclées» a-t-il expliqué. Selon lui, les raisons de ce «non-changement» de gouvernement font que les pouvoirs publics n'ont pas, selon lui, l'intention de sortir de leurs «univers virtuel», dans lequel, ils «se sont enfermés», a-t-il souligné. Ayant exercé en temps que premier chef du gouvernement du président Bouteflika, entre 2000 et 2003, Ali Benflis a estimé qu'il est difficile de mettre un nom sur celui qui va succéder au Président en 2019. Le chef du parti Talaie El-Houriyet a indiqué, à ce propos, que certaines personnalités influentes au pouvoir «ont voulu faire des dernières législatives une sorte d'avant-première de l'élection présidentielle, or, il est difficile d'en parler». Pour lui, le prochain Président devrait être «un homme de changement et de réformes» et devrait «jouir d'une légitimité et d'une crédibilité suffisantes pour pouvoir affronter les défis et ouvrir les grands chantiers politiques et socio-économiques» du pays, sans donner du crédit à aucune personnalité qu'il croit influente. «Dans le cas de notre pays, (…) il y a un vrai dysfonctionnement des institutions, illustré par la manière ubuesque dont a été formé le gouvernement» a-t-il jugé, par la suite, expliquant que ce même gouvernement «est tout à fait anticonstitutionnelle et contraire aux règles régissant une opération d'une telle importance». Benflis est allé plus loin dans cet entretien. Le chef de file de Talaie El-Houriyet a jugé que le pays «n'est plus gouverné par des responsables habilités constitutionnellement, mais par des forces non constitutionnelles prenant en otage l'Etat algérien». Seule l'institution militaire a eu les grâces de Benflis. «Dans ce paysage politique sombre, seule l'institution militaire accomplit ses missions constitutionnelles et protège l'Etat algérien» a-t-il indiqué. Revenant aux dernières élections législatives en Algérie, du 4 mai 2017, le président de ce parti d'opposition doute de la transparence du scrutin. Il a estimé que ces dernières élections «n'ont rien d'honnêtes» et que «la politique des quotas a encore fonctionné». Selon lui, «l'appareil politico-administratif a classé les différentes forces politiques selon le critère de soumission et d'allégeance, en offrant les premières places à la clientèle traditionnelle et en sanctionnant l'opposition qui ne veut pas suivre ses stratégies politiques», a-t-il affirmé. Benflis a indiqué que le véritable enseignement à tirer de ce scrutin est la désaffection «inédite» des Algériens. Et d'enchaîner : «L'amendement constitutionnel et les élections législatives ont maintenu le statu quo politique dans le pays», en considérant qu'en Algérie, «ni l'opposition n'a une marge de manœuvre ni les partis loyalistes n'ont une liberté d'action». Il a révélé, à la fin, que des discussions seront engagées bientôt entre les partis d'opposition pour coordonner ce qu'il a appelé une «riposte».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.