Dette extérieure.. 1,8 milliard de dollars en juin 2018    Registre de commerce électronique.. Seuls 43% des commerçants inscrits    Proches de leur plus haut niveau en trois mois.. Les prix du Brent dépassent les 66 dollars    Cités universitaires.. Hadjar «active» les dispositifs de sécurité    Washington contre l'Europe    Attentat en Iran.. Des terroristes présumés arrêtés    Médaillés lors du 16e Championnat méditerranéen d'Escrime.. Ooredoo honore les escrimeurs algériens    Venezuela.. L'Europe met en garde contre une confrontation    Grand Prix du Concours national du saut d'obstacles.. Chakib Tabarout lauréat    Championnat de Basket-ball (17e journée).. Le leader sur du velours    Lutte antiterroriste.. Un élément de soutien arrêté à M'sila    DJELFA : La daïra d'Aïn Oussera promue wilaya déléguée    ACCUSES D'ENLEVEMENT SUIVI DE VIOL : Deux présumés ravisseurs arrêtés à Bejaia    Le maréchal dira-t-il me voilà ?    «Le plan de partition de la Syrie n'est pas nouveau»    L'Algérie manque de cadres dans le commerce international !    Création d'une agence de régulation    Convention africaine de lutte contre la corruption et infractions assimilées (CUA) de 2003    Le temps des regrets    Rien ne résiste au NC Magra    Alain Michel au lieu de Bouzidi ?    Questions sans réponses    Facebook s'invite à la présidentielle    Makri sensible à l'option    «La nature de la demande syndicale a changé»    Deux amateurs de parapente meurent accidentellement au cours d'exercices    Un assassin sous les verrous    Création de l'orchestre symphonique de la ville d'Oran    Les Constantinois renouent avec le cinéma    Tikoubaouine à la conquête de la capitale du chaâbi    24 heures    Allez-y tout doucement Messieurs !    Le ras-le-bol    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Les droits de l'Homme infiltrent nos prisons    Victoire du GSP devant Souihli    «Seules les compétences seront appelées à gérer le club sous Hyproc»    Le système actif à Oran, Alger et Annaba    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    La mission des choyoukh soufis dans l'unification de la nation    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au jeudi 4 avril 2019    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    L'opposition cherche toujours un candidat    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Action du gouvernement: Ali Benflis sceptique
Publié dans Le Temps d'Algérie le 05 - 06 - 2017

L'ancien chef du gouvernement et actuel président du parti d'opposition Talaie El-Houriyet, Ali Benflis, a, dans un entretien accordé hier, à la chaîne qatarie Al-Jazeera, dressé un sombre paysage de l'avenir politique de l'Algérie. Considérant que le nouveau gouvernement est dans l'incapacité d'accomplir ses missions, Benflis a assuré que l'avenir d'après-Bouteflika reste inconnu.

Interrogé sur l'action prochaine du gouvernement nommé, il y a 15 jours, par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, Benflis a estimé que ce nouveau Exécutif «n'accomplira pas ses missions constitutionnelles et ne pourra même pas se réunir». Selon lui, aucun changement n'a été opéré dans la nomination de ce gouvernement, vu qu'il regroupe des personnalités des mêmes courants politiques. «On nous parle d'un gouvernement élargi, alors qu'on constate que ce sont les mêmes figures issues des mêmes courants politiques et les mêmes allégeances qui ont été recyclées» a-t-il expliqué. Selon lui, les raisons de ce «non-changement» de gouvernement font que les pouvoirs publics n'ont pas, selon lui, l'intention de sortir de leurs «univers virtuel», dans lequel, ils «se sont enfermés», a-t-il souligné. Ayant exercé en temps que premier chef du gouvernement du président Bouteflika, entre 2000 et 2003, Ali Benflis a estimé qu'il est difficile de mettre un nom sur celui qui va succéder au Président en 2019. Le chef du parti Talaie El-Houriyet a indiqué, à ce propos, que certaines personnalités influentes au pouvoir «ont voulu faire des dernières législatives une sorte d'avant-première de l'élection présidentielle, or, il est difficile d'en parler». Pour lui, le prochain Président devrait être «un homme de changement et de réformes» et devrait «jouir d'une légitimité et d'une crédibilité suffisantes pour pouvoir affronter les défis et ouvrir les grands chantiers politiques et socio-économiques» du pays, sans donner du crédit à aucune personnalité qu'il croit influente. «Dans le cas de notre pays, (…) il y a un vrai dysfonctionnement des institutions, illustré par la manière ubuesque dont a été formé le gouvernement» a-t-il jugé, par la suite, expliquant que ce même gouvernement «est tout à fait anticonstitutionnelle et contraire aux règles régissant une opération d'une telle importance». Benflis est allé plus loin dans cet entretien. Le chef de file de Talaie El-Houriyet a jugé que le pays «n'est plus gouverné par des responsables habilités constitutionnellement, mais par des forces non constitutionnelles prenant en otage l'Etat algérien». Seule l'institution militaire a eu les grâces de Benflis. «Dans ce paysage politique sombre, seule l'institution militaire accomplit ses missions constitutionnelles et protège l'Etat algérien» a-t-il indiqué. Revenant aux dernières élections législatives en Algérie, du 4 mai 2017, le président de ce parti d'opposition doute de la transparence du scrutin. Il a estimé que ces dernières élections «n'ont rien d'honnêtes» et que «la politique des quotas a encore fonctionné». Selon lui, «l'appareil politico-administratif a classé les différentes forces politiques selon le critère de soumission et d'allégeance, en offrant les premières places à la clientèle traditionnelle et en sanctionnant l'opposition qui ne veut pas suivre ses stratégies politiques», a-t-il affirmé. Benflis a indiqué que le véritable enseignement à tirer de ce scrutin est la désaffection «inédite» des Algériens. Et d'enchaîner : «L'amendement constitutionnel et les élections législatives ont maintenu le statu quo politique dans le pays», en considérant qu'en Algérie, «ni l'opposition n'a une marge de manœuvre ni les partis loyalistes n'ont une liberté d'action». Il a révélé, à la fin, que des discussions seront engagées bientôt entre les partis d'opposition pour coordonner ce qu'il a appelé une «riposte».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.