Chlef : La Journée des Douanes célébrée au nouveau siège    Autoroutes à étages et relance du système de régulation du trafic : Des projets réalisables ou simple effet d'annonce    Microcrédit à Tizi Ouzou : Cri de détresse d'un jeune promoteur    FAF : Une coupe de la Ligue à 20 clubs    MO Béjaïa : Le stage de Chlef annulé    Mouloudia d'Alger : El Mouaden libéré, Ibara en stand-by    Budget des communes à Bouira : La moitié des PCD pour les zones d'ombre    Tizi Ouzou : Drame à Aït Yahia Moussa    Boumerdès : Quatre projets pour le chef-lieu de wilaya    Sidi Naâmane : Une maison historique menace ruine    Milan AC : Pioli commente l'exclusion d'Ibrahimovic    Barça : La famille de Messi dément prendre des cours de Français    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    Pour «incitation à l'insurrection»: L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    Football - Ligue 1: L'étau se resserre en tête, le CSC dans le rouge    Football - Cadors européens: Que signifie cette baisse de régime ?    Mort d'un Algérien en Belgique: Les curieux dérapages de la presse belge    Le président de la Confédération du patronat citoyen: «La bureaucratie, un vrai danger pour le pays»    L'urgence de la 2ème tranche du projet et son raccordement avec Oran-ouest: La pénétrante portuaire amorce sa dernière ligne droite    LE BOUT DU FIL    Selon une étude menée par Sonelgaz- Covid-19 : le tabagisme, un important facteur de risque    La clé de tous les soucis    Traque des exploitants frauduleux de l'espace public: Des panneaux publicitaires et des kiosques illicites démantelés au centre-ville    "Un travailleur a besoin d'un salaire de 75.000 dinars    Alain Portes décide de poursuivre son aventure avec l'Algérie    243 nouveaux cas positifs et 5 décès en 24 heures    L'Etat attaché à la moralisation de l'action politique    "Une dérobade historiquement indigne"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Charfi répond aux «petits» partis    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    Longue attente et grande confusion    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    "Le rapport Stora est loin de la réalité"    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Dans un mur de la chapelle, le message attendait depuis 165 ans    Mesures à l'encontre des coupables    Le monde en bref...    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musique: Les années d'or de la chanson
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 09 - 2017

Comme pour le théâtre, l'Algérie a connu dans les années 1960-1970, les années d'or de la chanson. Qu'elle soit d'ici ou d'ailleurs, cette chanson a bercé les jeunes et les moins jeunes qui regrettent ce bon vieux temps.

A cette époque, où les chanteurs algériens ne s'occupaient que de l'interprétation et laissaient l'écriture des textes aux véritables paroliers tels que Mohamed El Hbib Hachlaf, et la composition musicale et l'arrangement aux vrais compositeurs tels que Missoum, Boudjemia Merzak ou Mahboub Bati, on écoutait tout le temps de belles chansons réussies sur tous points de vue. A cette époque, les chanteurs de tous les styles nous offraient à longueur d'années des chansons bien ficelées qu'on pouvait écouter et réécouter sans jamais nous lasser. Dans le moderne (Asri), Abderrahmane Aziz, qui reprenaient certaines compositions du compositeur et virtuode du luth Ray Malek, tel que Ya Kaâba ya Bit Rebbi qu'on a rééntendue à l'occasion de l'Aïd, savait qu'il y avait une relève en des artistes tels que Mohamed Lamari qui avait battu les records de vente avec Ah ya Qelbi écrite et composée par le grand Mahboub Bati. Bien qu'il y avait la concurrence des chanteurs égyptiens et occidentaux, notamment français, on s'arrachait les disques de Guerouabi, Lamari, Driassa, Seloua, Nora et plus tard ceux de Nadia Benyoucef, Nardjess et d'autres qu'on avait découverts grâce à l'émission Alhane Oua Chabab, version Mati Bachir et Seloua. Si à Constantine et Annaba, les disquaires étaient submergés par les demandes des chansons de Hadj Mohamed Tahar Fergani, Layachi Dib et Hamdi Bennani, à Oran, on continuait à s'arracher les disques d'Ahmed Wahbi, Blaoui Houari, bien que ceux d'Ahmed Saber faisaient encore fureur même après sa mort. Au moment où El Hachemi Guerouabi faisait un succès avec sa version de Youm El Khmiss, celle de Benzerga enregistrée sur 33 tours était également très demandée. A la même époque, après avoir eu un grand succès grâce aux belles paroles et à la belle musique de Mchit Nekhetbek, le Blidéen Mohamed Mazouni (à ne pas confondre avec le maître de la chanson andalouse) a décidé de continuer sur sa lancée, sans se soucier des paroles souvent médiocres. Le jeune chanteur, qui partira en France, réussira à s'accrocher en enregistrant des chansons d'occasion.
La deuxième fournée
Après la première fournée exceptionnelle dont faisaient partie des dizaines d'artistes tels qu'Amar El Achab, Reda Djilali (le fils du grand muphti Abderrahmane Djilali), Boudjemâa El Ankis, dont les tubes Oh Yantya et Rah El Ghali Rah furent vendus par milliers, Rabah Driassa et ses dizaines de chansons que tout le monde fredonnait, Khlifi Ahmed et son Kellemni Ouenkelmek Fettilifoune, El Ghazi à qui on reproche de n'avoir pas pu nous offrir un autre succès après Ya Mehla Dhel âchya, Rahma Boualam et ses disques 45 tours (Baloune Ballouna, Edîili Belkhir), Nora qui a eu le premier disque d'or et qui avait chanté en français (Paris dans mon sac), Seloua, Nadia, Thouraya etc., il y a eu la deuxième fournée avec des jeunes tels que Theldja, Nardjess, Nadia Benyoucef, Zoulikha et Youcef Boukhentache. Il faut rappeler que durant ces années d'or de la chanson algérienne, on écoutait en parralèle les succès d'Abdelhalim Hafedh, Fayrouz, Warda El Djazairia mais aussi les Français. Parmi ces derniers, on écoutait les classiques tels que Jaques Brel, Georges Brassens, Charles Aznavour et Léo Ferré mais aussi d'autres plus jeunes, comme Michel Sardou qui avait fait un tabac avec La Maladie d'amour, Julien Clerc (Si on chantait), Michel Delpech, Frédéric François, Gérard Lenorman et Daniel Guichard. Il est noter que des Algériens suivaient ce mouvement et ont même enregistré des chansons à succès comme Tu vas tu viens des Turkish Blend. De ces années d'or de la chanson algérienne, on se souvient de la montée fracassante de la chanson moderne kabyle avec en premier Noureddine Chennoud, puis Idir dont la chanson Avava Inouva fera le tour du monde, Djamel Allam et tant d'autres.
L'arrivée du clip
Après ces années d'or, il y a eu les années 1980 où l'on a vu la montée, notamment, de groupes tels que les T34 mais par la suite, l'arrivée du clip a poussé la majorité des chanteurs à ne se contenter que des images au détriment des bonnes paroles, des belles compositions musicales pour nous offrir des produits bâclés. Il est à relever que ce phénomène n'a pas touché que l'Algérie puisqu'en Europe comme en Egypte, on n'a pas revu des chanteurs du niveau de Georges Moustaki ou d'Abdelhalim Hafez. Pourra-t-on, un jour, voir émerger de nouveaux talents pour nous faire revivre ces années d'or ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.