LE FLN SE SEPARE D'UN AUTRE SECRETAIRE GENERAL : Djamel Ould Abbes démissionne    LE PRESIDENT BOUTEFLIKA CONVOQUE LE COLLEGE ELECTORAL : Les sénatoriales pour le 29 décembre    Les mieux lotis en grève    ORAN : 4 ‘'harraga'' arrêtés sur la plage de Bomo    ASSOCIATION DES HANDICAPES : Inauguration d'un restaurant à Hassi Mameche    AIN SIDI CHERIF : Une postière condamnée à une année de prison    «Pas d'effacement des dettes»    «Inaugurées» mais non ouvertes au public    L'échec programmé de Rome    Au moins six Palestiniens tués dans des frappes israéliennes    SMT, nouveau représentant en Algérie    «Les joueurs ont une revanche à prendre»    3 médailles dont 1 en or pour l'Algérie    Errance intérieure(6)    Les candidats du FLN à guelma connus    Ouyahia, le cœur battant de l'incertitude    Presque tout est tributaire du prix du pétrole    La surcharge des classes irrite les enseignants du lycée Saoudi-Abdelhamid    Vivre ensemble, vivre mieux (1re partie)    Retour du bras de fer ?    Les Beatles, cinquante ans après The Double White    Des ex-dirigeants catalans devront rembourser le coût du vote de 2014    CSC-USMBA : de la gloire au déclin    "il est temps pour nous de pouvoir bien voyager"    Affrontements à couteaux tirés au FLN    Ne plus "donner d'argent aux enfants de migrants africains"    Fatwa décroche le Tanit d'or    Le titre d'officier de l'Ordre de Léopold de Belgique décerné à un citoyen algérien    Aïn El Hammam : Flambée des prix sur les marchés    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    MC Oran: Encore du pain sur la planche pour Belatoui    Bouira: Saisies de plus de 6.300 bouteilles de boissons alcoolisées    Relizane: Des espaces squattés par des commerçants, libérés    L'affrontement    USM Alger: Un point et des satisfactions    ASM Oran: Josep Maria Noguès contacté    Kharchi Fouad, candidat du FLN au Sénat    Investissement: 121 projets inscrits en dix mois    El-Tarf: Les candidats FLN aux sénatoriales connus    Skikda: Installation des nouveaux chefs de daïras    Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    La dédollarisation commence à porter ses fruits en Russie    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Ouyahia parle de "manipulation"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musique: Les années d'or de la chanson
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 09 - 2017

Comme pour le théâtre, l'Algérie a connu dans les années 1960-1970, les années d'or de la chanson. Qu'elle soit d'ici ou d'ailleurs, cette chanson a bercé les jeunes et les moins jeunes qui regrettent ce bon vieux temps.

A cette époque, où les chanteurs algériens ne s'occupaient que de l'interprétation et laissaient l'écriture des textes aux véritables paroliers tels que Mohamed El Hbib Hachlaf, et la composition musicale et l'arrangement aux vrais compositeurs tels que Missoum, Boudjemia Merzak ou Mahboub Bati, on écoutait tout le temps de belles chansons réussies sur tous points de vue. A cette époque, les chanteurs de tous les styles nous offraient à longueur d'années des chansons bien ficelées qu'on pouvait écouter et réécouter sans jamais nous lasser. Dans le moderne (Asri), Abderrahmane Aziz, qui reprenaient certaines compositions du compositeur et virtuode du luth Ray Malek, tel que Ya Kaâba ya Bit Rebbi qu'on a rééntendue à l'occasion de l'Aïd, savait qu'il y avait une relève en des artistes tels que Mohamed Lamari qui avait battu les records de vente avec Ah ya Qelbi écrite et composée par le grand Mahboub Bati. Bien qu'il y avait la concurrence des chanteurs égyptiens et occidentaux, notamment français, on s'arrachait les disques de Guerouabi, Lamari, Driassa, Seloua, Nora et plus tard ceux de Nadia Benyoucef, Nardjess et d'autres qu'on avait découverts grâce à l'émission Alhane Oua Chabab, version Mati Bachir et Seloua. Si à Constantine et Annaba, les disquaires étaient submergés par les demandes des chansons de Hadj Mohamed Tahar Fergani, Layachi Dib et Hamdi Bennani, à Oran, on continuait à s'arracher les disques d'Ahmed Wahbi, Blaoui Houari, bien que ceux d'Ahmed Saber faisaient encore fureur même après sa mort. Au moment où El Hachemi Guerouabi faisait un succès avec sa version de Youm El Khmiss, celle de Benzerga enregistrée sur 33 tours était également très demandée. A la même époque, après avoir eu un grand succès grâce aux belles paroles et à la belle musique de Mchit Nekhetbek, le Blidéen Mohamed Mazouni (à ne pas confondre avec le maître de la chanson andalouse) a décidé de continuer sur sa lancée, sans se soucier des paroles souvent médiocres. Le jeune chanteur, qui partira en France, réussira à s'accrocher en enregistrant des chansons d'occasion.
La deuxième fournée
Après la première fournée exceptionnelle dont faisaient partie des dizaines d'artistes tels qu'Amar El Achab, Reda Djilali (le fils du grand muphti Abderrahmane Djilali), Boudjemâa El Ankis, dont les tubes Oh Yantya et Rah El Ghali Rah furent vendus par milliers, Rabah Driassa et ses dizaines de chansons que tout le monde fredonnait, Khlifi Ahmed et son Kellemni Ouenkelmek Fettilifoune, El Ghazi à qui on reproche de n'avoir pas pu nous offrir un autre succès après Ya Mehla Dhel âchya, Rahma Boualam et ses disques 45 tours (Baloune Ballouna, Edîili Belkhir), Nora qui a eu le premier disque d'or et qui avait chanté en français (Paris dans mon sac), Seloua, Nadia, Thouraya etc., il y a eu la deuxième fournée avec des jeunes tels que Theldja, Nardjess, Nadia Benyoucef, Zoulikha et Youcef Boukhentache. Il faut rappeler que durant ces années d'or de la chanson algérienne, on écoutait en parralèle les succès d'Abdelhalim Hafedh, Fayrouz, Warda El Djazairia mais aussi les Français. Parmi ces derniers, on écoutait les classiques tels que Jaques Brel, Georges Brassens, Charles Aznavour et Léo Ferré mais aussi d'autres plus jeunes, comme Michel Sardou qui avait fait un tabac avec La Maladie d'amour, Julien Clerc (Si on chantait), Michel Delpech, Frédéric François, Gérard Lenorman et Daniel Guichard. Il est noter que des Algériens suivaient ce mouvement et ont même enregistré des chansons à succès comme Tu vas tu viens des Turkish Blend. De ces années d'or de la chanson algérienne, on se souvient de la montée fracassante de la chanson moderne kabyle avec en premier Noureddine Chennoud, puis Idir dont la chanson Avava Inouva fera le tour du monde, Djamel Allam et tant d'autres.
L'arrivée du clip
Après ces années d'or, il y a eu les années 1980 où l'on a vu la montée, notamment, de groupes tels que les T34 mais par la suite, l'arrivée du clip a poussé la majorité des chanteurs à ne se contenter que des images au détriment des bonnes paroles, des belles compositions musicales pour nous offrir des produits bâclés. Il est à relever que ce phénomène n'a pas touché que l'Algérie puisqu'en Europe comme en Egypte, on n'a pas revu des chanteurs du niveau de Georges Moustaki ou d'Abdelhalim Hafez. Pourra-t-on, un jour, voir émerger de nouveaux talents pour nous faire revivre ces années d'or ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.