Tipasa : Le peuple insiste sur la fin total des symboles du système    CHLEF.. «Nous voulons un changement radical !»    Ramadhan.. Les abattoirs d'Alger mobilisés    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    World Cadet Challenge 2019 de Tennis de table.. Azzala et Belache dans l'équipe africaine    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Village ath allaoua.. Hommage à trois martyrs    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    L'arbitre assistant Doulache invité par la commission de discipline    La FAHB sanctionne le CRDM et donne la victoire au CHBB    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Bensalah opte pour la concertation avec la classe politique    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    Campagne de volontariat pour la plantation de l'armoise blanche    SIDI BEL ABBES : 05 blessés dans une collision sur la RN 07    TIARET : 7 ans de prison ferme pour un dealer    MASCARA : 110 motocycles mis en fourrière en 90 jours !    CONSULTATIONS POLITIQUES : La Présidence organisera une rencontre consultative lundi    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Le Coupe arabe des clubs change de nom    Ligue 1 : Fin du championnat le 26 mai prochain    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Khenchela : les artistes pour un vrai changement    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musique: Les années d'or de la chanson
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 09 - 2017

Comme pour le théâtre, l'Algérie a connu dans les années 1960-1970, les années d'or de la chanson. Qu'elle soit d'ici ou d'ailleurs, cette chanson a bercé les jeunes et les moins jeunes qui regrettent ce bon vieux temps.

A cette époque, où les chanteurs algériens ne s'occupaient que de l'interprétation et laissaient l'écriture des textes aux véritables paroliers tels que Mohamed El Hbib Hachlaf, et la composition musicale et l'arrangement aux vrais compositeurs tels que Missoum, Boudjemia Merzak ou Mahboub Bati, on écoutait tout le temps de belles chansons réussies sur tous points de vue. A cette époque, les chanteurs de tous les styles nous offraient à longueur d'années des chansons bien ficelées qu'on pouvait écouter et réécouter sans jamais nous lasser. Dans le moderne (Asri), Abderrahmane Aziz, qui reprenaient certaines compositions du compositeur et virtuode du luth Ray Malek, tel que Ya Kaâba ya Bit Rebbi qu'on a rééntendue à l'occasion de l'Aïd, savait qu'il y avait une relève en des artistes tels que Mohamed Lamari qui avait battu les records de vente avec Ah ya Qelbi écrite et composée par le grand Mahboub Bati. Bien qu'il y avait la concurrence des chanteurs égyptiens et occidentaux, notamment français, on s'arrachait les disques de Guerouabi, Lamari, Driassa, Seloua, Nora et plus tard ceux de Nadia Benyoucef, Nardjess et d'autres qu'on avait découverts grâce à l'émission Alhane Oua Chabab, version Mati Bachir et Seloua. Si à Constantine et Annaba, les disquaires étaient submergés par les demandes des chansons de Hadj Mohamed Tahar Fergani, Layachi Dib et Hamdi Bennani, à Oran, on continuait à s'arracher les disques d'Ahmed Wahbi, Blaoui Houari, bien que ceux d'Ahmed Saber faisaient encore fureur même après sa mort. Au moment où El Hachemi Guerouabi faisait un succès avec sa version de Youm El Khmiss, celle de Benzerga enregistrée sur 33 tours était également très demandée. A la même époque, après avoir eu un grand succès grâce aux belles paroles et à la belle musique de Mchit Nekhetbek, le Blidéen Mohamed Mazouni (à ne pas confondre avec le maître de la chanson andalouse) a décidé de continuer sur sa lancée, sans se soucier des paroles souvent médiocres. Le jeune chanteur, qui partira en France, réussira à s'accrocher en enregistrant des chansons d'occasion.
La deuxième fournée
Après la première fournée exceptionnelle dont faisaient partie des dizaines d'artistes tels qu'Amar El Achab, Reda Djilali (le fils du grand muphti Abderrahmane Djilali), Boudjemâa El Ankis, dont les tubes Oh Yantya et Rah El Ghali Rah furent vendus par milliers, Rabah Driassa et ses dizaines de chansons que tout le monde fredonnait, Khlifi Ahmed et son Kellemni Ouenkelmek Fettilifoune, El Ghazi à qui on reproche de n'avoir pas pu nous offrir un autre succès après Ya Mehla Dhel âchya, Rahma Boualam et ses disques 45 tours (Baloune Ballouna, Edîili Belkhir), Nora qui a eu le premier disque d'or et qui avait chanté en français (Paris dans mon sac), Seloua, Nadia, Thouraya etc., il y a eu la deuxième fournée avec des jeunes tels que Theldja, Nardjess, Nadia Benyoucef, Zoulikha et Youcef Boukhentache. Il faut rappeler que durant ces années d'or de la chanson algérienne, on écoutait en parralèle les succès d'Abdelhalim Hafedh, Fayrouz, Warda El Djazairia mais aussi les Français. Parmi ces derniers, on écoutait les classiques tels que Jaques Brel, Georges Brassens, Charles Aznavour et Léo Ferré mais aussi d'autres plus jeunes, comme Michel Sardou qui avait fait un tabac avec La Maladie d'amour, Julien Clerc (Si on chantait), Michel Delpech, Frédéric François, Gérard Lenorman et Daniel Guichard. Il est noter que des Algériens suivaient ce mouvement et ont même enregistré des chansons à succès comme Tu vas tu viens des Turkish Blend. De ces années d'or de la chanson algérienne, on se souvient de la montée fracassante de la chanson moderne kabyle avec en premier Noureddine Chennoud, puis Idir dont la chanson Avava Inouva fera le tour du monde, Djamel Allam et tant d'autres.
L'arrivée du clip
Après ces années d'or, il y a eu les années 1980 où l'on a vu la montée, notamment, de groupes tels que les T34 mais par la suite, l'arrivée du clip a poussé la majorité des chanteurs à ne se contenter que des images au détriment des bonnes paroles, des belles compositions musicales pour nous offrir des produits bâclés. Il est à relever que ce phénomène n'a pas touché que l'Algérie puisqu'en Europe comme en Egypte, on n'a pas revu des chanteurs du niveau de Georges Moustaki ou d'Abdelhalim Hafez. Pourra-t-on, un jour, voir émerger de nouveaux talents pour nous faire revivre ces années d'or ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.