Pour une redynamisation de la coopération algéro-russe    WOB - GSP programmé le 29 janvier    «J'ai démissionné pour des raisons personnelles»    Quatorze propositions pour le redressement national    A l'avenir, l'Algérie visera le marché étranger    «L'ANP est déterminée à garantir la sécurité des citoyens et du pays lors des élections présidentielles»    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    Messahel s'entretient à Davos-Klosters avec son homologue saoudien M. Ibrahim Al-Assaf    32 lettres d'intention dont 9 de partis politiques déposés    Les employeurs doivent se soumettre à la loi    Quand la mémoire fait défaut    L'arbre qui cache la forêt    1 720 transporteurs contrevenants comptabilisés en 2018    APC ou carnaval fi dachra    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Jusqu'à la fin des temps en lice    Assises nationales du tourisme : Poursuite des travaux au niveau des quatre ateliers    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Commerce : L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Coupe d'Algérie (1ère partie- 8es de finale) : La logique qualification du CRB, l'USMAn et la JSMB    Hamrouche ne sera pas candidat    VFS annonce une nouvelle mesure    Mouwatana met en garde contre le 5e mandat    Mariée à son insu à un "terroriste"    Un concours prévu pour le 2 mars prochain    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Soudan : Al-Bachir rejette la responsabilité de mort de manifestants, accuse les protestataires    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    TRIBUNAL ADMINISTRATIF : La grève de l'intersyndicale de l'Education déclarée illégale    POUR EVITER LA FUITE DES CERVEAUX : L'ordre des médecins appelle au dialogue    Le photographe de presse Benhlima Abdelkrim porté disparu en mer    Le NAHD voit désormais grand    Les experts pointent les insuffisances et contraintes du secteur    Que de derbies !    Une finale avant la lettre entre les plus titrés    Au royaume des poètes arabes    Accord commercial Union européenne-Maroc : Le Front Polisario saisira de nouveau la justice    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Le rêve et la chaloupe    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Bedoui lance le débat    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musique: Les années d'or de la chanson
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 09 - 2017

Comme pour le théâtre, l'Algérie a connu dans les années 1960-1970, les années d'or de la chanson. Qu'elle soit d'ici ou d'ailleurs, cette chanson a bercé les jeunes et les moins jeunes qui regrettent ce bon vieux temps.

A cette époque, où les chanteurs algériens ne s'occupaient que de l'interprétation et laissaient l'écriture des textes aux véritables paroliers tels que Mohamed El Hbib Hachlaf, et la composition musicale et l'arrangement aux vrais compositeurs tels que Missoum, Boudjemia Merzak ou Mahboub Bati, on écoutait tout le temps de belles chansons réussies sur tous points de vue. A cette époque, les chanteurs de tous les styles nous offraient à longueur d'années des chansons bien ficelées qu'on pouvait écouter et réécouter sans jamais nous lasser. Dans le moderne (Asri), Abderrahmane Aziz, qui reprenaient certaines compositions du compositeur et virtuode du luth Ray Malek, tel que Ya Kaâba ya Bit Rebbi qu'on a rééntendue à l'occasion de l'Aïd, savait qu'il y avait une relève en des artistes tels que Mohamed Lamari qui avait battu les records de vente avec Ah ya Qelbi écrite et composée par le grand Mahboub Bati. Bien qu'il y avait la concurrence des chanteurs égyptiens et occidentaux, notamment français, on s'arrachait les disques de Guerouabi, Lamari, Driassa, Seloua, Nora et plus tard ceux de Nadia Benyoucef, Nardjess et d'autres qu'on avait découverts grâce à l'émission Alhane Oua Chabab, version Mati Bachir et Seloua. Si à Constantine et Annaba, les disquaires étaient submergés par les demandes des chansons de Hadj Mohamed Tahar Fergani, Layachi Dib et Hamdi Bennani, à Oran, on continuait à s'arracher les disques d'Ahmed Wahbi, Blaoui Houari, bien que ceux d'Ahmed Saber faisaient encore fureur même après sa mort. Au moment où El Hachemi Guerouabi faisait un succès avec sa version de Youm El Khmiss, celle de Benzerga enregistrée sur 33 tours était également très demandée. A la même époque, après avoir eu un grand succès grâce aux belles paroles et à la belle musique de Mchit Nekhetbek, le Blidéen Mohamed Mazouni (à ne pas confondre avec le maître de la chanson andalouse) a décidé de continuer sur sa lancée, sans se soucier des paroles souvent médiocres. Le jeune chanteur, qui partira en France, réussira à s'accrocher en enregistrant des chansons d'occasion.
La deuxième fournée
Après la première fournée exceptionnelle dont faisaient partie des dizaines d'artistes tels qu'Amar El Achab, Reda Djilali (le fils du grand muphti Abderrahmane Djilali), Boudjemâa El Ankis, dont les tubes Oh Yantya et Rah El Ghali Rah furent vendus par milliers, Rabah Driassa et ses dizaines de chansons que tout le monde fredonnait, Khlifi Ahmed et son Kellemni Ouenkelmek Fettilifoune, El Ghazi à qui on reproche de n'avoir pas pu nous offrir un autre succès après Ya Mehla Dhel âchya, Rahma Boualam et ses disques 45 tours (Baloune Ballouna, Edîili Belkhir), Nora qui a eu le premier disque d'or et qui avait chanté en français (Paris dans mon sac), Seloua, Nadia, Thouraya etc., il y a eu la deuxième fournée avec des jeunes tels que Theldja, Nardjess, Nadia Benyoucef, Zoulikha et Youcef Boukhentache. Il faut rappeler que durant ces années d'or de la chanson algérienne, on écoutait en parralèle les succès d'Abdelhalim Hafedh, Fayrouz, Warda El Djazairia mais aussi les Français. Parmi ces derniers, on écoutait les classiques tels que Jaques Brel, Georges Brassens, Charles Aznavour et Léo Ferré mais aussi d'autres plus jeunes, comme Michel Sardou qui avait fait un tabac avec La Maladie d'amour, Julien Clerc (Si on chantait), Michel Delpech, Frédéric François, Gérard Lenorman et Daniel Guichard. Il est noter que des Algériens suivaient ce mouvement et ont même enregistré des chansons à succès comme Tu vas tu viens des Turkish Blend. De ces années d'or de la chanson algérienne, on se souvient de la montée fracassante de la chanson moderne kabyle avec en premier Noureddine Chennoud, puis Idir dont la chanson Avava Inouva fera le tour du monde, Djamel Allam et tant d'autres.
L'arrivée du clip
Après ces années d'or, il y a eu les années 1980 où l'on a vu la montée, notamment, de groupes tels que les T34 mais par la suite, l'arrivée du clip a poussé la majorité des chanteurs à ne se contenter que des images au détriment des bonnes paroles, des belles compositions musicales pour nous offrir des produits bâclés. Il est à relever que ce phénomène n'a pas touché que l'Algérie puisqu'en Europe comme en Egypte, on n'a pas revu des chanteurs du niveau de Georges Moustaki ou d'Abdelhalim Hafez. Pourra-t-on, un jour, voir émerger de nouveaux talents pour nous faire revivre ces années d'or ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.