Deux clubs espagnols se disputent Isco    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    Fête de l'indépendance: 160.000 logements à distribuer    JM-Oran 2022: La boxe et l'athlétisme enrichissent la moisson algérienne    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    La plaidoirie de Lamamra    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    Les clés de l'indépendance    L'Algérie se dote d'une unité d'insuline    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    M. Diafat lance le programme national de développement des micro-entreprises    Le sens et les messages d'un défilé    Makri avance sa proposition    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    De quoi le 5 Juillet est-il le nom?    Comme un certain 5 Juillet 1962...    Le «Train de la Mémoire» sur les rails    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    Lancement de la distribution de 160.000 logements à l'échelle nationale    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Appel à la levée de l'embargo sioniste sur Ghaza: le Hamas salue un rapport de l'ONU    JM: programme des finales prévues dimanche    JM/Judo: l'Algérie renoue avec l'or 13 ans après    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Message de l'ancien Président Liamine Zeroual à l'occasion de la Fête de l'indépendance    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«L'oralité africaine est un puits inépuisable de mythes»
Entretien avec Benaouda Lebdaï, chercheur
Publié dans Le Temps d'Algérie le 01 - 01 - 2010

Rencontré lors du colloque sur les mythes fondateurs en littérature, Benaouda Lebdai a eu l'affabilité de nous expliciter les mythes fondateurs propres à l'humanité.
Ce professeur des universités à l'université du Mans en France et chroniqueur littéraire empreint d'urbanité affirme que l'imaginaire d'un écrivain, quelle que soit sa latitude à laquelle se greffent ses mythes, ne peut donner qu'une littérature vraie et authentique à l'image de la société. Dans cet entretien intéressant, ce chercheur émérite décline l'oralité comme source d'un imaginaire fécond.
Le Temps d'Algérie : Peut-on connaître votre activité au sein de l'université et vos divers travaux de recherches ?
Benaouda Lebdaï : Je suis professeur des universités au Mans en France, au sein du département d'anglais. J'y enseigne les littératures coloniales et postcoloniales, en particulier les littératures africaines. Je suis aussi responsable des échanges enseignants avec les universités partenaires.
Dans ce cadre, j'ai établi des contacts entre l'université du Maine, Le Mans, et l'université de Bouzaréah, entre les départements de lettres. C'est dans ce sens que nous allons organiser un colloque international sur les littératures africaines, sur l'écriture de femmes, espaces et territoires, les 5, 6 et 7 décembre 2010 à Alger.
Est-ce que chaque pays a ses mythes ou sont-ils propres à certains ?
En ce qui concerne la question des mythes, il est clair selon qu'il y a des mythes fondateurs qui sont devenus communs à l'humanité, une sorte de pot commun, que l'on puise dans les mythes grecs ou arabes par exemple. Cependant, chaque nation possède ses mythes et chaque nation construit ses propres mythes.
En Afrique, il existe autant de mythes que de peuples qui possèdent et partagent la même culture. L'oralité africaine est un puits inépuisable de mythes fondateurs qui sont présents pour expliquer le monde, pour donner du sens aux racines, à l'histoire, à ce qui nous entoure.
Est-ce que la littérature anglo-saxonne ne puise-t-elle pas dans ses mythes ?
Bien entendu que la littérature anglo-saxonne puise dans ses propres mythes et les crée aussi, comme le mythe de la puissance britannique qui s'est construit depuis le Moyen-Age et auquel il a contribué ! Il y a aussi le mythe de sa puissance maritime qui a contribué à la construction de l'empire.
L'imaginaire d'un écrivain ne suffit-il pas pour écrire, faut-il lui rajouter ces mythes ?
L'imaginaire de tout écrivain est la première ressource de toute sa création. Sa fiction vient de là. Son univers mental doit lui être propre, car sans cela il ne fera que plagier et ne sera pas authentique, il ne sera pas lui-même. Maintenant, à son imaginaire personnel, l'écrivain va aussi chercher dans les mythes de sa société pour écrire, pour être vrai vis-à-vis de sa société, s'il le désire bien entendu.
Dans les littératures africaines, l'utilisation des mythes est nécessaire, car elle permet de se réapproprier sa propre histoire vu les vicissitudes du colonialisme. Les mythes sont fondateurs mais tous les mythes ne sont pas tous à reprendre, il existe des mythes réactionnaires.
Avez-vous des projets d'écriture en cours ?
Je viens de publier un ouvrage sur les littératures africaines intitulé De la littérature africaine aux littératures africaines : lectures critiques aux éditions du Tell. Je travaille sur un projet d'écriture d'un ouvrage critique sur la romancière sud-africaine Nadine Gordimer, et je prépare avec des collègues un grand colloque international sur les romancières africaines «Espaces et territoires» qui se déroulera à Alger début décembre 2010.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.