Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«L'oralité africaine est un puits inépuisable de mythes»
Entretien avec Benaouda Lebdaï, chercheur
Publié dans Le Temps d'Algérie le 01 - 01 - 2010

Rencontré lors du colloque sur les mythes fondateurs en littérature, Benaouda Lebdai a eu l'affabilité de nous expliciter les mythes fondateurs propres à l'humanité.
Ce professeur des universités à l'université du Mans en France et chroniqueur littéraire empreint d'urbanité affirme que l'imaginaire d'un écrivain, quelle que soit sa latitude à laquelle se greffent ses mythes, ne peut donner qu'une littérature vraie et authentique à l'image de la société. Dans cet entretien intéressant, ce chercheur émérite décline l'oralité comme source d'un imaginaire fécond.
Le Temps d'Algérie : Peut-on connaître votre activité au sein de l'université et vos divers travaux de recherches ?
Benaouda Lebdaï : Je suis professeur des universités au Mans en France, au sein du département d'anglais. J'y enseigne les littératures coloniales et postcoloniales, en particulier les littératures africaines. Je suis aussi responsable des échanges enseignants avec les universités partenaires.
Dans ce cadre, j'ai établi des contacts entre l'université du Maine, Le Mans, et l'université de Bouzaréah, entre les départements de lettres. C'est dans ce sens que nous allons organiser un colloque international sur les littératures africaines, sur l'écriture de femmes, espaces et territoires, les 5, 6 et 7 décembre 2010 à Alger.
Est-ce que chaque pays a ses mythes ou sont-ils propres à certains ?
En ce qui concerne la question des mythes, il est clair selon qu'il y a des mythes fondateurs qui sont devenus communs à l'humanité, une sorte de pot commun, que l'on puise dans les mythes grecs ou arabes par exemple. Cependant, chaque nation possède ses mythes et chaque nation construit ses propres mythes.
En Afrique, il existe autant de mythes que de peuples qui possèdent et partagent la même culture. L'oralité africaine est un puits inépuisable de mythes fondateurs qui sont présents pour expliquer le monde, pour donner du sens aux racines, à l'histoire, à ce qui nous entoure.
Est-ce que la littérature anglo-saxonne ne puise-t-elle pas dans ses mythes ?
Bien entendu que la littérature anglo-saxonne puise dans ses propres mythes et les crée aussi, comme le mythe de la puissance britannique qui s'est construit depuis le Moyen-Age et auquel il a contribué ! Il y a aussi le mythe de sa puissance maritime qui a contribué à la construction de l'empire.
L'imaginaire d'un écrivain ne suffit-il pas pour écrire, faut-il lui rajouter ces mythes ?
L'imaginaire de tout écrivain est la première ressource de toute sa création. Sa fiction vient de là. Son univers mental doit lui être propre, car sans cela il ne fera que plagier et ne sera pas authentique, il ne sera pas lui-même. Maintenant, à son imaginaire personnel, l'écrivain va aussi chercher dans les mythes de sa société pour écrire, pour être vrai vis-à-vis de sa société, s'il le désire bien entendu.
Dans les littératures africaines, l'utilisation des mythes est nécessaire, car elle permet de se réapproprier sa propre histoire vu les vicissitudes du colonialisme. Les mythes sont fondateurs mais tous les mythes ne sont pas tous à reprendre, il existe des mythes réactionnaires.
Avez-vous des projets d'écriture en cours ?
Je viens de publier un ouvrage sur les littératures africaines intitulé De la littérature africaine aux littératures africaines : lectures critiques aux éditions du Tell. Je travaille sur un projet d'écriture d'un ouvrage critique sur la romancière sud-africaine Nadine Gordimer, et je prépare avec des collègues un grand colloque international sur les romancières africaines «Espaces et territoires» qui se déroulera à Alger début décembre 2010.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.