Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le racisme électoral
Point Net
Publié dans Le Temps d'Algérie le 03 - 02 - 2010

Il y a vraiment un problème concernant le propos raciste en France. Et pas seulement tel qu'il se présente de manière générale. L'embarras est maintenant tellement évident qu'on parvient à en parler franchement : les idées, ou du moins les paroles discriminatoires dans la bouche d'un homme ou d'un courant politiques peuvent très bien être payantes en termes de retombées électorales.
Et ça veut dire ce que ça veut dire, même si ici et là on prend mille et une précautions pour le suggérer. La société française ou des pans entiers de la société française seraient donc susceptibles d'être séduites par le discours raciste au point d'accorder leurs suffrages à ceux qui pourraient le porter et l'exprimer publiquement.
Des décennies durant, l'extrême droite et l'homme qui l'a toujours incarnée, Jean Marie Lepen, en a eu le monopole. Paradoxalement, le reste de la classe politique globalement censée lui porter la contradiction sur le fond de ses idées ne l'a pas toujours fait avec une détermination et une conviction à la mesure de leurs différences.
Mieux- ou pire - les confrontations avec ce courant ont souvent été situées sur le terrain de l'opportunisme électoral qui serait ainsi l'unique motivation du Front National pour développer son discours et avancer ses propositions.
L'extrême droite a rarement réussi un score signifiant en France et ses adversaires croyaient de bon temps de dire à chaque fois que ses électeurs, peu nombreux au demeurant, il les doit au discours haineux dont il ne s'en est jamais caché.
Puis Lepen s'est payé un deuxième tour d'une élection présidentielle, avec le concours précieux de la gauche, censée précisément être aux antipodes des idées racistes. Nicolas Sarkozy viendra avec le reste, puisqu'il a simplement été accusé, comme candidat, puis comme président de «chasser sur le terrain de l'extrême droite».
Maintenant que le président français en exercice a même toutes les chances de succéder à lui-même et que la gauche n'a pas l'intention de renoncer à son terrain de combat, le malaise est d'autant évident que par intermittence, des hommes politiques francs-tireurs sortent les «petites phrases» qui font scandale et polémique avant d'être oubliées. Le fantasque (socialiste !) Georges Fréche vient de servir son énième propos raciste à l'endroit de Laurent Fabius.
Le problème est qu'il est candidat à sa propre succession à la tête de la région du Languedoc Roussillon et qu'il est presque sûr d'y arriver.
Au parti socialiste, on veut bien lui substituer une liste maison, mais elle n'a pas beaucoup de chances de gagner. «Il vaut mieux perdre une région que vendre son âme au diable», telle est la devise de l'état-major du PS. Ah bon ? Les électeurs de cette région seraient donc si sensibles au discours raciste pour qu'on soit si sûr que M. Fréche va triompher ? ça va même être la première fois qu'on nous le dit aussi franchement.
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.