Le FFS s'indigne et demande le retrait de l'article 87 bis du code pénal    Domenech abonde dans le sens de Belmadi et ses propos sur Delort    L'Algérien Mohamed Belhocine élu    Des mesures urgentes pour "décongestionner" Alger    Milan AC : Ibrahimovic fait son retour dans le groupe    Stambouli : "Nous sommes prêts pour le défi"    Tirage au sort des barrages le 18 décembre à Doha    Début des travaux de regarnissage de la pelouse    Signature de trois conventions-cadres avec l'Anade    Campagne de maintenance des raccordements au gaz naturel    Arrestation de trafiquants de drogue présumés    La Seine d'horreur    De la berceuse de Fairouz ou de l'audit ?    sortie culturelle    CS Constantine-MC Oran en ouverture de la saison    Galtier trouve Belmadi «excessif»    Belmadi invité à la visioconférence    6 morts et 30 blessés dans des échanges de tirs à Beyrouth    Le marché de gros de Semmar prochainement transféré à El-Kharrouba    Une entrée de gamme satisfaisante    Violent incendie dans un appartement    Jambes lourdes et alimentation équilibrée    Mon beau chien Giscard...    Comment bloquer les appels indésirables ?    Elections à l'algérienne et syndrome du boycott    Ils ne nous aiment pas...    Focus sur le cinéma d'émigration    Ouverture aujourd'hui à Annaba    Une visite et des attentes    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Belaribi brandit l'expérience algérienne    C'est l'apanage des mamans!    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    Quelles incidences?    Des rejets à la pelle    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    La France muette face à ses massacres    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une vacuité remplie de sensations
Bruno Hadjih expose au CCF
Publié dans Le Temps d'Algérie le 27 - 04 - 2010

«Dans l'ombre chaude algérienne» est une exposition de photographies de Bruno Hadjih, qui se tient du 11 au 29 avril au centre culturel français.
Reporter, photographe et sociologue, l'artiste a focalisé son intérêt sur la ville et la jeunesse algérienne avec une perception et une dimension nouvelles. Son regard mâtiné de souvenirs et de réminiscences dévoile un fort sentiment de l'artiste pour ce pays qu'il affectionne particulièrement. Il revisite l'Algérie, son pays, avec objectivité et tendresse. «Revient-on dans son enfance ?
La mienne pauvre se déploie dans la splendeur d'Alger. Toutes les villes après seront d'exil. Toutes se nourriront de la solitude, de l'abandon, de la peur, seule Alger échappe par la grâce inexpliquée originelle à l'ennui, à l'absurde, à l'enfermement.»
Bruno Hadjih fait sienne cette citation d'Albert Camus qui montre son attachement à cette ville. Ces diverses œuvres sans titre pour la plupart laisse une part de liberté pour comprendre les sentiments du photographe. Mystérieuses, elles exacerbent cette sensation de vacuité que l'on retrouve dans chaque photo.
A chaque image qui indique un site comme la plage, une ruelle, un jardin se greffe un seul personnage, anonyme, et l'on se demande presque ce qu'il fait dans ce lieu. Apparemment, Bruno aime jouer avec ce vide et ces citoyens lambda qui, presque, s'excuseraient d'être là dans cet endroit et moment précis.
Or, n'est-ce pas le but du photographe de saisir des images insolites et en même temps d'une jeunesse en mal d'être et de repères ? Dénudées de toute fioriture, elles sont malgré ce vide pleines d'émotion et d'impressions ineffables. Prises au vif dans le noir au recoin d'une rue ou en bord de mer, ces photographies interpellent par leur profondeur de réflexion.
Il met à nu une société en mutation qui commence à reprendre ses marques et ses balises. D'une grand esthétique, ces photos en noir et blanc donnent ainsi «une unité» selon les propos de l'artiste. Sa technique repose sur un concept minimal.
«Tout juste suffisant pour permettre la justesse du cadrage, le déclenchement de l'obturateur et susciter le questionnement. Je travaille avec le vide (apparent). Ce vide n'est pas une lacune. C'est un espace agissant où la réalité reste mouvante et en suspens. C'est un vide au sens où l'entend Ibn El Arabi : absence d'artifices, dialogue avec l'essentiel», explique Bruno.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.