Décès d'un militaire dans un accrochage avec un groupe terroriste à Jijel    Houda Feraoun placée sous contrôle judiciaire    Nekkaz demande à Zeghmati de le remettre en liberté    RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR l'ALGERIE : Le tiers présidentiel au Sénat dénonce    C'EST LE MINISTRE DES FINANCES QUI LE DIT : Pas de bureaux de change en Algérie    Covid-19 : la course au vaccin montre des résultats prometteurs    EDUCATION NATIONALE : 50 000 DA pour le personnel touché par le Covid    ORAN : Démolition de cabanons à la plage Calypso d'Ain Feranine    Décès de l'ancien archevêque d'Alger    Report au 16 décembre du procès en appel des frères Kouninef    Schalke : Bentaleb sort du silence au sujet de sa mise à l'écart    Pétrole : le Brut de l'Opep à 46,72 dollars à la veille de la réunion de l'Opep+    Foot / Ligue des champions : le CRB et le MCA pour finir le travail    «Pas d'avenir radieux en Afrique sans l'Algérie»    Bayon, un autre SUV en préparation    Des parlementaires britanniques interpellent leur gouvernement sur la répression marocaine au Sahara occidental    Ouverture de nouvelles spécialités en master économie    En effet..., que faire de la Ligue arabe ?    Culture: signature de contrats de performance avec les directeurs du TNA et huit théâtres    L'opinion politique à l'appréciation des juges    Les clubs de Ligue 1 soulagés    Les SG de 4 clubs convoqués devant la commission de discipline    Benrahma marque des points    L'AADL met en demeure le groupe Aceg-Chine    Les travailleurs de l'Eniem investissent la rue    Une contre-expertise indépendante bat en brèche la thèse de la police    Le gouvernement Castex contredit Macron    Le paludisme menace des dizaines de milliers de personnes    Inquiétude des bénéficiaires    Tesla rappelle 870 voitures en Chine    Le procès de Merzoug Touati renvoyé au 26 janvier 2021    "L'Anomalie" d'Hervé Le Tellier primé    HENRI TEISSIER, UN SEIGNEUR DE PAIX    "Impossible de supprimer le ministère des Moudjahidine..."    Décès de Mgr Teissier : la scène religieuse perd "un de ses fidèles serviteurs"    SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Ecole El Merdja Djedida à Baraki : Les parents d'élèves irrités par la dégradation    Prévention contre la pandémie dans les établissements scolaires à Biskra : Aucun élève n'est atteint de la Covid-19    Protéger les enfants travailleurs durant la pandémie    Combat «Don quichotien» ?    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Indifférence aux prix    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    USM Alger: Ne pas tout remettre en question    WA Tlemcen: Garder les pieds sur terre    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Le président Tebboune annonce son retour    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les prix des viandes blanches grimpent de 110 DA/kg entre juin et juillet
Suite à l'arrêt des petits élevages et à la vague de chaleur
Publié dans Le Temps d'Algérie le 24 - 07 - 2010

En l'espace d'un mois environ, les prix du poulet ont grimpé de 110 DA/kg. Pis encore, depuis une semaine, les prix augmentent de10 DA/kg d'un jour à l'autre, témoignent plusieurs commerçants en volaille de la capitale.
«Entre vendredi et samedi, les prix sont passés de 285 DA/kg à 295 DA/kg», a précisé un vendeur de Chéraga, affirmant que même les commerçants voient leurs recettes s'amenuiser suite au recul de la demande. Les prix pratiqués durant la journée d'hier ont oscillé entre 270 et 310 DA/kg pour le poulet et ont atteint les 750 DA/kg pour l'escalope de dinde.
A titre indicatif, chez un commerçant qui affichait ses prix, le cou du poulet est à 100 DA/kg, les ailes à 265 DA/kg, les abats à 265 DA/kg, les cuisses à 335 DA/kg, le blanc à 360 DA et les escalopes à 690 DA/kg. Pour la dinde, les prix donnent le tournis. Ainsi, le cou est à 150 DA/kg, l'aile à 200 DA/kg, les abats à 350 DA /kg, la cuisse à 280 DA/kg et l'escalope à 690 DA/kg.
Les prix en fonction du mercure
Certains volaillers expliquent cette flambée des prix par la hausse des températures qui provoque une forte mortalité du poulet de chair. D'autres vendeurs, par contre, imputent cette hausse des prix au monopole exercé par les grands éleveurs qui s'entendent sur les quantités à écouler sur le marché pour maintenir les prix élevés.
«Avec l'arrêt des petits élevages, la pression sur le marché de l'offre s'accentue», nous a expliqué un vendeur établi à Beni Messous. D'autres commerçants entretiennent les mêmes propos et dénoncent le favoritisme pratiqué au niveau des abattoirs suite à la régression de l'offre.
«A cause de ces pratiques, nous n'arrivons pas à obtenir la quantité que nous souhaitons», s'est plaint un vendeur qui a expliqué l'arrêt des petits élevages par l'absence des grands moyens, notamment la climatisation, chez les petits éleveurs. Ces derniers préfèrent cesser l'activité durant les périodes des grandes chaleurs, synonymes, pour eux, de risque de pertes importantes de volailles.
Certains d'entre eux ont, par contre, expliqué la flambée des prix par le dispositif, lancé par l'Etat, concernant le stockage des poulets en prévision du mois de Ramadhan. Ce stockage a contribué au recul de l'offre sur le marché au moment où la demande est en hausse, notamment pour les besoins des fêtes familiales, selon plusieurs volaillers.
Le poulet congelé pas trop apprécié
A propos de la vente du poulet congelé, ils ont affirmé que leurs clients refusent de le consommer en raison de sa qualité inférieure.
D'autres, par contre, pensent que les clients ne sont intéressés que par les prix sans s'attarder sur la qualité. Sollicités pour donner leur avis au sujet de la possibilité de vendre du poulet congelé, plusieurs ont affiché leur refus alors que d'autres ont accueilli l'idée «pourvu que l'Etat les approvisionne en quantités suffisantes et leur accorde une marge bénéficiaire conséquente». «C'est mieux que de vendre du poulet frais sans grand profit», pense un volailler qui dispose de son propre abattoir.
Le recul de la demande a été observé principalement chez les ménages à faible pouvoir d'achat à tel point que les «chutes de poulets» sont vendues alors qu'elles étaient destinés auparavant à la consommation des chats et des chiens.
Une vieille dame a avoué être incapable de s'offrir un poulet et se contente des chutes qui donnent un goût à la nourriture. Après avoir oublié le goût de la viande rouge, les ménages algériens s'apprêtent à faire de même avec les viandes blanches au moment où le poisson est devenu un luxe depuis des années déjà.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.