Le Président Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Logements AADL: début de l'opération de retrait des ordres de versement de la 4e tranche    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    CDH: appel à la protection des détenus politiques dans les prisons marocaines    APN: reprise du débat autour de la Déclaration de politique générale du Gouvernement    Financement de la campagne présidentielle: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Justice: installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Gymnastique/Championnat arabe: l'Egypte remporte le titre en individuel et par équipes    Un cas psychiatrique!    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Défis africains de la COP 27    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Revente en l'état: Le nombre des importateurs est passé de 43.000 à 13.000    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    «C'est l'artère qui alimente le corps de bataille»    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Washington dissipe les nuages    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Les députés relèvent l'absence de chiffres    «C'est une prouesse diplomatique»    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un engouement sans précédent pour le 15e Sila
Malgré la cherté de certains ouvrages et la pluie
Publié dans Le Temps d'Algérie le 01 - 11 - 2010

Le 15e Salon international du livre d'Alger (Sila 2010) fait une fois de plus parler de lui en raison des prix inaccessibles affichés pour certains ouvrages.
Bien que certaines maisons d'édition étrangères ou nationales aient fait des réductions variant entre 20 et 25%, les prix restent inabordables pour la plupart des citoyens. Nombreuses sont les maisons d'édition, particulièrement étrangères, qui doublent les prix, voire les triplent si on les compare à ceux affichés dans les librairies. Un livre pour enfants à titre d'exemple de l'édition Hachette dont le prix ne dépasse pas les 400 DA en librairie est vendu à 800 Da, sans parler des éditions Gallimard ou Folio, dont le prix du roman atteint les 1200 DA.
Le livre de poche est vendu à 900 DA. Il s'agit pourtant, selon un écrivain algérien, de productions reprises par des maisons d'édition qui ne payent pas les droits d'auteur et utilisent du papier de moindre qualité. Une façon de dire que les prix exorbitants de ces livres sont inexplicables. «Je préférais avoir trois ou quatre livres de l'édition nationale Enag que d'acheter un seul de chez Folio», nous dira une jeune mordue de littérature.
Trois ou quatre livres, c'est le moins qu'on puisse dire ! Du moment que les prix d'un roman classique édité par l'Enag oscille entre 35 et 100 DA, de quoi s'approvisionner d'une dizaine de romans, au lieu d'un seul édité par une maison d'édition européenne. Un guide touristique de l'édition suisse Olizane ne coûte pas moins de 2530 DA. Un support informatique de l'édition Eyrolls coûte entre 2000 et 4000 DA.
Le prix de celui du bâtiment de la même édition atteint les 6000 DA. Quel étudiant ou stagiaire est prêt à se ruiner pour suivre ses études dans les règles de l'art ? «Heureusement qu'il y a des données fournies sur la toile», commentera un étudiant en génie civil.
Il n'y a pas que les maisons européennes qui découragent l'engouement des visiteurs à l'achat «spontané» du livre. Les passionnés de philosophie réfléchiraient à maintes reprises avant de se décider à acheter une autobiographie de Socrate éditée par la maison syrienne Dar El Ferq ou celle d'Aristote éditée par la maison libanaise El Maktaba Echarkia.
C'est le cas de ce sexagénaire qui a réagi en découvrant le prix d'un livre qu'il tenait dans ses mains. «Comment débourser 800 ou 900 DA pour un livre dont les pages ne dépassent pas les 200 et que je lirai en une soirée ?» s'exclamera-t-il. Pis encore, des livres des anciens stocks sont exposés par certaines maisons d'édition françaises à des prix exorbitants.
Le client s'attend à voir un prix abordable lorsqu'il se penche sur un conte étalé sur une discrète étagère – à la limite poussiéreuse – réservée aux vieux livres dans le stand réservé à la maison Gallimard. Grande est sa surprise quand il entend la caissière lui annoncer le prix de 1000 DA. Il le remet ainsi à sa place et sort déçu. Malgré l'engouement du public qui s'y rend chaque jour en dépit des mauvaises conditions climatiques, le livre reste inaccessible.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.