ANIE: Six postulants ont demandé un rendez-vous pour le dépôt de leurs dossiers    Médias: Célébration de la Journée nationale de la presse ce mardi    Où la ruée vers la vente d'or physique mènera les bourses occidentales ?    Côte d'Ivoire: "bilan satisfaisant" de la commercialisation de l'anacarde    Investissements : Le pouvoir politique défunt d'essence totalitaire, a toujours bloqué les initiatives    SYRIE: Un soldat turc tué en Syrie après une attaque kurde    Commerce - Djellab appelle le partenaire américain à contribuer à l'accroissement du volume d'exportations de l'Algérie hors hydrocarbures    L'accord sur le Brexit validé par les 27 Etats membres    AS Monaco: L'Algérien Slimani buteur et passeur face à Rennes (3-2)    Boumerdes : Une femme à la tête de la ligue de football de la wilaya de Boumerdes    Souk Ahras: Hausse sensible de la production du liège en 2019    Adrar : atelier de travail sur la valorisation économique de l'arganier    Mila: Tayeb Zitouni " La préservation des cimetières des chouhada, fait partie de l'intérêt pour l'Histoire"    Festival national de poésie féminine : Le patrimoine constantinois à l'honneur    Littérature chinoise: Des illustrations de la littérature classiques chinoise lancées à la Foire du livre de Francfort    Bensalah procède à un mouvement    Le coach Belatoui ne s'enflamme pas    Augmentation des cas de cancer du sein en 2019    Nouvelles publications du CRASC d'Oran    Rabehi met en garde contre les "fake news"    Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020    Mazda : nouveau teaser de son futur véhicule électrique    La victime succombe à ses blessures    La nouvelle Opel Corsa n'aura pas de version sportive OPC    Gica, premier producteur en Afrique    Saâdani nargue le gouvernement    "C'est urgent", selon l'INESG    Projeté au Festival du court métrage de Nouakchott    Les gardiens nominés pour le trophée Yachine    Real : Ramos ne lâche pas Zidane    Six demandes de rendez-vous déposées auprès de l'ANIE    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    «Nos structures de maintenance sont certifiées par l'aviation civile»    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Londres demande officiellement le report du Brexit    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Derniers préparatifs au Louvre pour l'exposition «Léonard de Vinci»    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La commune des paradoxes
Ifigha
Publié dans Le Temps d'Algérie le 24 - 05 - 2011

Délimitée au nord et au nord-est par la commune de Yakourène, à l'est par celle d'Idjeur, au sud-est par la commune de Bouzeguène, au sud par les communes d'Illoula Oumalou et d'Aït Yahia, à l'ouest par la commune de Souamâa et au nord-ouest par la commune d'Azazga, la commune d'Ifigha, dans la daïra d'Azazga,
à une cinquantaine de kilomètres à l'est du chef-lieu de Tizi Ouzou est desservie par la RN 71 qui relie Azazga et Aïn El Hammam comme elle est traversée par le chemin de wilaya n°251 qui prend naissance au lieu-dit Taslent et va rejoindre Bouzeguène.
Cette commune, relevant de l'ancestral arch des Ath Ghobri, est composée de onze villages dont Ifigha (chef-lieu communal), Ihlalène, Achallam, Hidous, Aourir, Ighil Tizi, Moknéa, Tala Gala et Tabourt.
Pays des «émigrés»
La commune d'Ifigha est surtout connue pour son nombre incalculable de population émigrée. En effet, la moitié de sa population composée de quelque 16 000 âmes, soit environ 8000 personnes, réside à l'étranger, en particulier en France, d'où l'appellation
«le pays des émigrés». Pour le visiteur qui se rend pour la première fois dans cette commune, il est quasi certain qu'il sera frappé par la vue des somptueuses et innombrables villas éparpillées un peu partout. Ces belles œuvres architecturales cachent cependant un manque
criant en matière d'alimentation en eau potable et de l'inexistence d'un réseau d'assainissement. C'est dire que Ifigha est une commune pauvre habitée par une population plutôt riche. Cette population riche contribue justement, et c'est presque une spécificité pour cette région, à réaliser certains projets.
Grâce aux dons, onze mosquées ont été construites, une pour chaque village, des routes qui relient les différents villages, des maisons de jeunes, etc. Toutes ces réalisations sont à mettre à l'actif des habitants qui n'hésitent pas à mettre la main à la poche. La commue d'ifigha qui n'a bénéficié que d'un budget de 2 milliards vit avec de nombreux manques.
L'impérieuse nécessite de la réfection du réseau Aep, le problème d'alimentation en eau potable (Aep) semble être compliqué. La commune, dont le chef-lieu et six autres villages sont alimentés essentiellement à partir des forages de l'oued Sébaou, souffrent des pénuries.
Ce n'est pas que les réservoirs n'existent pas. Bien au contraire. Ils sont même toujours remplis. C'est le réseau d'alimentation qui est à l'origine de tous ces maux en la matière. Les conduites d'Aep étant défectueuses à souhait, d'importantes quantités du liquide vital sont déversées sur les routes et dans les champs. Du coup, l'eau n'arrive pas dans les robinets.
La seule solution demeure la réfection de la totalité de la conduite et du réseau qui n'est pas géré par l'Algérienne des eaux. On apprend qu'un projet de réfection, lancé en 2008, vient d'être inscrit au profit de cette commune. Le réseau d'assainissement est également un autre problème auquel font face les habitants et les autorités locales. Le budget de la commune ne permet pas de réaliser un réseau d'assainissement digne de ce nom. Un projet est inscrit au profit de cette localité dans ce domaine.
C'est surtout les villages de Moknéa et d'Aourir qui en souffrent le plus. Le réseau existant au niveau de ces deux villages a été réalisé grâces aux efforts de la population.
Le projet de gaz naturel avance
Si le réseau routier constitue une véritable consolation dans cette région, celui du gaz naturel continue d'avancer. Au niveau du chef-lieu, les travaux sont quasiment finis au même titre que dans certains villages. Il est à signaler que le projet de raccordement au réseau de gaz naturel n'a connu aucune opposition des riverains même pour le passage des conduites qui alimentent les communes environnantes.
L'APC a également puisé de son budget pour renforcer ce réseau. La couverture en énergie électrique est aussi totale. Il reste le raccordement des nouvelles bâtisses qui est pris dans le programme de la Direction de l'énergie et des mines de la wilaya. A Ifigha, on caresse le rêve de voir la localité bénéficier d'un nouveau siège de l'APC. Le siège actuel est d'une exiguïté légendaire et les retombées sur la qualité des services sont pénalisantes à plus d'un titre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.