La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les projets Desertec et PSM ont besoin de temps pour «mûrir»
Energies renouvelables
Publié dans Le Temps d'Algérie le 31 - 07 - 2011

La production d'électricité à partir des différentes sources d'énergies renouvelables que l'Algérie compte développer sur la période 2011-2030 serait de presque 22 000 mégawatts, indiquent des prévisions de la Commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg).
Dans sa dernière lettre d'information, la Creg indique que ce total de production, 10 000 MW, pourrait être destiné à l'exportation et 12 000 MW au marché national. Le programme comporte la réalisation de 67 projets, soit 27 centrales photovoltaïques, 27 centrales hybrides, six centrales solaires thermiques et sept centrales éoliennes.
Pour le marché national, la concrétisation de ces projets permettra à l'horizon 2030 de produire, à partir des énergies renouvelables, 40% des besoins en électricité. Les plus grandes centrales que le pays va réaliser seront de type solaire thermique qu'elle compte notamment installer dans les régions du Sud. La plus puissante centrale de ce type aura une capacité de 400 MW pour la partie solaire seulement,
selon la Creg qui ne fournit pas de détails sur le lieu de son implantation. Toujours dans le solaire thermique, il est prévu trois centrales de 150 MW chacune pour la partie solaire, dont deux seront construites à El Oued et Bechar. Le coût global de ces projets n'a pas été donné par la commission. Des estimations de la Sonelgaz tablent toutefois sur une facture de plus de 20 milliards de dollars.
Partenariat gagnant-gagnant
Plusieurs pays comme l'Allemagne, l'Espagne et la France ont affiché leur intérêt vis-à-vis du potentiel national en énergies renouvelables. Ils veulent mettre en place et développer des partenariats dans ce cadre.
Est-il préférable pour l'Algérie d'associer des partenaires étrangers dans la mise en œuvre de son programme de ce type d'énergies ou bien d'intégrer les projets et initiatives lancés dans ce domaine à l'image de Desertec (Allemagne) et PSM (France) ? Interrogé par l'APS, Mayouf Belhamel, directeur du
Centre de développement des énergies renouvelables (CDER) trouve que «ces pays ont une assise et une avancée technologique certaines et notamment en énergies renouvelables, mais n'ont pas aujourd'hui un marché économique viable et solvable et souhaiteraient trouver, bien évidemment, de réelles opportunités pour leurs entreprises avec des pays comme l'Algérie (…)».
Concernant le projet élaboré par le pays d'Angela Merkel, Mayouf Belhamel déclare : «L'initiative allemande Desertec a le mérite d'être très claire, et a été pleinement soutenue par l'Algérie. Elle reste, à notre avis, trop ambitieuse et très futuriste». Pour le directeur du CDER, Desertec a besoin de maturation.
«La mobilisation des importants investissements à consentir pour les études, la production et le transport de cette énergie massive vers l'Allemagne comme pays le plus engagé dans le projet dépend de certaines conditions préalables qui méritent, à notre avis, d'être mieux cernées et précisées», dit-il. S'agissant de l'initiative française PSM (Plan solaire méditerranéen),
elle est techniquement plus intéressante, mais elle reste liée beaucoup plus à des considérations politiques inextricables sans solution pour le court terme. «Ces deux initiatives vont prendre, à notre avis, malheureusement encore plus de temps. Nous proposons donc la solution algérienne, en associant librement, dans un partenariat transparent gagnant-gagnant les pays de tous les continents vraiment intéressés pour y participer, selon les ressources qu'ils veulent bien mobiliser, leur participation
pourrait être totale ou partielle dans le Programme national de développement des énergies renouvelables qui vient juste de démarrer», estime-t-on. Pour M. Mayouf, l'Algérie pourrait sans aucun doute tirer profit de ces partenaires immédiats
en matière de transfert de savoir-faire, de technologie, de formation spécialisée, d'intégration industrielle et de possibilité d'accès aux marchés voisins d'électricité dans un cadre de partenariat d'exception à mettre en place notamment avec l'Espagne et l'Italie, directement et dans l'immédiat, et avec l'Allemagne et la France dans une phase ultérieure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.